La notion de l’insécurité linguistique chez Nicole Gueunier

Parmi les premiers à exploiter ce concept d’insécurité linguistique dans le monde francophone, les travaux de Nicole Gueunier sont incontournables.

Les recherches de N. Gueunier sont axées sur des thèmes suivants : la norme (Gueunier, et al., 1978), le continuum créole acrolectal-français régional à partir de corpus oraux (Gueunier, 1980, 1983, etc.), l’évaluation des compétences en français (Gueunier, 1994 et 1995). Ses travaux s’inscrivent dans la continuité des sociolinguistes variationnistes américains et notamment de W. Labov, même si les travaux qu’elle a menés sur le terrain s’en détachent par ailleurs. » (Lignée, 2002, P. 271)

L’insécurité linguistique, dans un premier temps mise au jour dans des situations unilingues, a rapidement été appliqué à des situations plurilingues, ou diglossiques. À partir des études de W. Labov, des chercheurs ont en effet mis en relation la notion d’insécurité linguistique avec les situations de contacte de langues, dans lesquelles, d’une façon quasi officielle, une langue est reconnue comme moins prestigieuse que l’autre et où les langues parlées correspondent schématiquement à une stratification sociale.

Les premiers auteurs de ce type d’analyse, N. Gueunier, É. Genouvrier et A. Khomsi découvrent, dans une étude qui vise à comparer les « attitudes de divers Français de milieu urbain par rapport à l’usage oral de leur langue maternelle et à la norme linguistique dans ses diverses manifestations », une distinction entre le caractère régional et général de l’insécurité linguistique, et repèrent une corrélation entre la diglossie et l’insécurité linguistique.

Selon Gueunier, en travaillant dans les années 1970 sur diverses situations de « diglossie », en France métropolitaine d’une part et à la Réunion d’autre part, et en les comparant avec la situation tourangelle, réputée la plus monolingue en France, il a cru pouvoir repérer une corrélation entre diglossie et insécurité linguistique. En effet, les taux maxima de sécurité linguistique, calculés par test de type labovien, étaient obtenus à Tours, où étaient également tenus les discours les plus « sécures », alors qu’en Picardie, à Limoges et par ailleurs à Saint-Denis de la Réunion, on obtenait les résultats inverses.

L’insécurité linguistique est calculée en termes d’écarts entre les représentations qu’ont les locuteurs sur leurs propres productions verbales et celles qu’ils ont sur le « bien parler ». L’analyse quantitative (calcul de statistiques) se double d’une analyse plus qualitative dans laquelle les auteurs interprètent les discours des locuteurs recueillis par le biais d’entretiens personnalisés. Les présupposés théoriques, les enquêtes, les méthodes adoptées et les critères d’interprétation des données sont largement inspires des enquêtes faites par W. Labov à New York. L’insécurité linguistique est décrite comme se manifestant par l’expression fréquente d’un sentiment d’infériorité, des pratiques d’hypercorrection, un haut degré d’exigence de conformité à la norme et de résistance au changement. L’hypothèse de départ est que le degré d’insécurité linguistique le plus élevé est atteint par les classes moyennes.

Du point de vue de la théorisation, l’étude de N. Gueunier et al. suggère une distinction établie entre un sentiment de sécurité et/ ou d’insécurité linguistique régional, par rapport à son propre régiolecte, et un sentiment de sécurité et/ ou d’insécurité linguistique national par rapport au français standard de référence.

Les résultats de cette étude montre que les locuteurs tourangeaux possèdent dans l’ensemble une bonne conscience de la norme, celle-ci étant toutefois en corrélation avec l’élévation du niveau social. L’attachement normatif est manifeste chez les sujets de catégorie sociale intermédiaire, qui tiennent à conformer le plus possible leurs usages linguistiques à la norme, ce qu’ils imaginent corroborer l’ascension sociale à laquelle ils aspirent. C’est également dans cette catégorie que les doutes concernant la normativité du discours sont les plus fréquents, et donc que l’insécurité linguistique est la plus élevée. Dans les catégories sociales les moins élevées, la relative sécurité linguistique est interprétée comme une certaine indifférence à l’égard de la norme linguistique. Concernant le sentiment de sécurité linguistique régionale, elle se manifeste essentiellement par le fait que les Tourangeaux disent ne pas avoir d’accent et portent un jugement défavorable à l’égard des autres régiolectes.

En comparaison, Lille, Limoges et Saint-Denis de la Réunion se caractérisent par un fort sentiment d’insécurité linguistique, manifesté, à divers degrés, par des sentiments de malaise, de gêne, d’infériorité, dus à la pratique du français jugée défectueuse et non conforme, et donc par des jugements épilinguistiques auto-dépréciatifs. Les auteurs remarquent que ce type d’attitude (et notamment concernant l’insécurité linguistique régionale) est beaucoup moins prononcé à Limoge qu’à Saint-Denis et à Lille, où l’usage de la langue régionale est considéré comme une marque d’infériorité sociale. Ce résultat est attribué au fait qu’à Limoge, la langue régionale est largement moins pratiquée que dans les deux autres villes, ce qui leur permet de conclure que le sentiment de sécurité et/ ou d’insécurité linguistique est à mette en relation avec l’exposition à la langue régionale.

Gueunier, É. Genouvrier et A. Khomsi remarquent néanmoins que les discours épilinguistiques se caractérisent souvent par une certaine ambivalence, où se mêlent sentiments négatifs et sentiments positifs vis-à-vis des langues régionales qui restent un marqueur d’appartenance à une communauté culturelle et historique. L’aspect « esthétique » de la variété régionale est souvent souligné, notamment à la Réunion, où, comme le remarquent les auteurs, on perçoit une certaine ambiguïté dans les attitudes et les opinions apparemment positives envers le créole, qui mettent au jour une certaine idéologie linguistique fortement marquée par l’histoire coloniale. Dans toutes les catégories sociales, les témoins insistent sur cet aspect esthétique du créole.

 

Bibliographie

BRETEGNIER, A., 1996, « L’insécurité linguistique : un objet insécurité ? », in ROBILLARD, D. de & BENIAMINO, M. (EDS), Le français dans l’espace francophone, Tome 2, Paris, Champion.

BRETEGNIER, A., et LEDEGEN, G. (Eds), 2002, Sécurité/insécurité linguistique : Terrains et approches diversifiés, propositions théoriques et méthodologiques, Paris, L’Harmattan/ Université de la Réunion.

Gueunier, N., Genouvrier, E., Khomsi, A., (1978), Les Français devant la norme, Champion

 



Citer ce billet
YAN Xiaodong (2016, 4 juin). La notion de l’insécurité linguistique chez Nicole Gueunier. art, langage, apprentissage. Consulté le 20 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/cydg

YAN Xiaodong

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.