La notion de l’insécurité linguistique chez William Labov

Traditionnellement, on considère que la première apparition de ce concept remontre aux années 1960 dans les travaux remarquables de W. Labov sur la stratification sociale des variables linguistiques, notamment du phonème /r/. Ce linguiste américain, considéré comme un des fondateurs de la sociolinguistique moderne, « appartient à l’école variationniste qui s’inscrit dans une logique structurale », il postule l’existence d’une corrélation entre le mécanisme du langage et celui de la société. En d’autre terme, le langage, en tant que « forme du comportement social », représente des indices qui pourraient refléter des processus sociaux :

« Dès lors que l’on conçoit sérieusement le langage comme étant une forme de comportement social, il est évident que tout progrès théorique dans l’analyse des mécanismes du changement linguistique contribue directement à la connaissance générale de l’évolution sociale. […] Par là, les principaux résultats de la linguistique, qui ont pu apparaître lointains et non pertinents à bien des sociologues, peuvent se révéler finalement compatibles avec l’évolution actuelle de la sociologie, et utiles à la compréhension des fonctions et des transformations sociales. » (1976)

La recherche labovienne ici portent essentiellement sur la structure de la langue et le changement linguistique, d’après lui, la structure de variations stylistiques, « elle s’associe étroitement à la stratification sociale qui imprègne de nombreux aspects de la société urbaine ». Ainsi, lors de ses enquêtes à New York, W. Labov s’appuie exclusivement sur le comportement linguistique, plus précisément sur des variables phonologiques des locuteurs classés selon des variables sociales. La démarche met en rapport des jugements de normativité, des performances effectives et des auto-évaluations, c’est-à-dire « la façon dont le sujet estime son propre usage ». Les résultats relèvent, de l’avis de W. Labov, des « indices de l’insécurité linguistique » chez certains enquêtés, et c’est surtout les locuteurs de la petite bourgeoisie qui « illustrent le mieux l’insécurité linguistique de la communauté new yorkaise ».

« […] c’est la petite bourgeoisie qui tend le plus à prononcer les r, allant jusqu’à dépasser de loin de la classe supérieure à mesure que le style s’élève. Tout indique que les locuteurs de la petite bourgeoisie sont particulièrement enclins à l’insécurité linguistique. […] Cette insécurité linguistique se traduit chez eux par une très large variation stylistique ; par de profondes fluctuations au sein d’un contexte donné ; par un effet conscient de correction ; enfin, par des réactions fortement négatives envers la façon de parler dont ils ont hérité. » (Ibid.)

En effet, W. Labov a observé, dans ses travaux, l’écart existant entre « usage personnel » et « usage correct » de locuteurs, et c’est cet écart qui lui a permis de mesurer une insécurité linguistique. Dans la pratique langagière des locuteurs, les signes et les manifestations de l’insécurité linguistique sont nombreux, comme le montre W. Labov : « Les fluctuations stylistiques, l’hypersensibilité à des traits stigmatisés que l’on emploie soi-même, la perception erronée de son propre discours, tous ces phénomènes sont le signe d’une profonde insécurité linguistique chez les locuteurs de la petite bourgeoisie». Tous ces phénomènes de l’insécurité linguistique se manifestent, selon W. Labov, « à l’évidence dans la sensibilité de ce groupe aux pressions d’en dessus » et à la norme. En général, les forces sociales qui s’exercent sur les formes linguistiques sont de deux types, que l’on peut décrire comme des pressions d’en dessus et des pressions d’en dessous. En ce qui concerne des pressions d’en dessus que nous retiendrons ici, elles désignent le processus de correction explicite qui s’exerce sur certains formes linguistiques, au regard de la norme, donc la forme légitimitée dans une communauté linguistique.

Dans ces enquêtes à New York, les locuteurs de la petite bourgeoisie, ou, plus généralement, du second groupe dans le hiérarchie, tendent le plus à prononcer les r, allant jusqu’à dépasser de loin de la classe supérieure, ils adoptent de préférence les formes de prestige et essaient de se distinguer des classes moyennes desquelles ils sont issus. Cette ambition vers le « bon sens » provoque, de cette sorte, un bon nombre de manifestations d’insécurité linguistique dans le discours.

Malgré ses travaux remarquables que se réfèrent les études postérieures autour du concept d’insécurité linguistique, dans ce premier texte fondateur Sociolinguistique, W. Labov ne consacre à cette notion que très peu de pages, et il manque une réelle théorisation de l’insécurité linguistique, mais une démarche vise à :

  • repérer d’une part les symptômes de l’insécurité linguistique, davantage dans la petite bourgeoisie qui a selon lui une forte conscience de la norme et une auto-dévalorisation de son propre parler ;
  • mesurer d’autre part l’insécurité linguistique au moyen d’un test qui donne l’indice d’insécurité linguistique en calculant l’écart entre les performances effectives des locuteurs, et leurs jugements épilinguistiques et leurs représentations de la langue légitimée.

 

Bibliographie

Bretegnier, A., 1996, « L’insécurité linguistique: objet insécurisé? Essai de synthèse et perspectives », dans Didier de ROBILLARD et Michel BENI AMINO (dir.), Le français dans l’espace francophone, Tome II, Paris, Honoré-Champion, pp. 903-919.

Labov, W., 1976, Sociolinguistique, Trad. Fr.d’A.Kihm, Paris, Editions de Minui, P. 176.

 

 


YAN Xiaodong

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

2 réflexions au sujet de « La notion de l’insécurité linguistique chez William Labov »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *