Les types de normes

«En réalité, de nombreuses recherches sur le thème de « la norme » ont montré que celle-ci n’est ni évidente, ni consensuelle, ni synthétique, au point qu’il est impossible de garder ce terme au singulier : il existe DES normes, de différentes natures. Normes perspectives explicites (du type « ne dites pas… mais dites… ») ; normes d’usages objectives, constatables statistiquement, et variables selon les occasions, les milieux, les personnes, les sujets, les situations…; normes imaginaires, que personne ne suit mais qui existent sous forme de fantasmes, par exemple « la clarté française » ou « l’accent chantant », etc. » (ÉLOY Jean-Michel, 1998)

Typologie des normes

La réflexion portant sur le concept de normes s’est développée surtout chez linguistes et sociolinguistes francophones. Elle s’est enrichie au fur et à mesure d’un certain nombre de distinctions, proposées par différents auteurs, en dépit des disparités existant dans la terminologie, les vues recouvrent assez largement l’étendue du champ considéré et les points de focalisation. Marie-Louise Moreau (1997) propose ainsi d’un modèle à cinq types de normes, fondé sur une double conceptualisation de la langue, qui est à la fois une pratique (perçue par le locuteur ou autrui comme plus au moins prescrite, contrôlée, conforme) du discours et à la fois un discours sur la pratique (une capacité à produire dans des circonstances spécifiques des attitudes langagières, des jugements évaluatifs), selon T. Bulot.

  1. Les normes objectives (on parle aussi de normes constitutives, de normes de fréquence, de fonctionnement, normes ou règles statistiques, etc.) désignent les habitudes linguistiques partagées par les membres d’une communauté. Ce sont les règles qui sous-tendent les comportements linguistiques, indépendamment de tout discours métalinguistique ou épilinguistique. Moreau souligne le fait qu’à l’intérieur d’une communauté, certaines normes objectives partagent un champ d’application général. Au contraire, d’autres normes objectives peuvent se décrire comme concurrences, soit que certains membres emploient tantôt à l’une, tantôt à l’autre, soit que les différents groupes composant la communauté ne privilégient pas les mêmes normes objectives.
  1. Les normes descriptives (appelées aussi normes ou règles constatatives, objectives, etc.) décrivent les normes objectives de manière explicite. Elles ne peuvent être traitées comme descriptives que dans la mesure où elles se bornent à enregistrer les faits constatés, sans associer de jugement de valeur à la description, sans hiérarchiser les normes objectives concurrentes. Même pour les langues les mieux décrites, il importe de percevoir que l’ensemble des normes descriptives ne décrive pas exhaustivement toutes les normes objectives, son nombre est considérablement plus réduit, parce que les attentions portées sur les normes objectives des divers groupes ne sont pas pareilles, certains variétés sont davantage décrites que d’autres, et parce que, à l’intérieur même des variétés les plus examinées, certaines régularités ont échappé aux observateurs.
  1. Les normes prescriptives (nommées aussi normes sélectives, règles normatives, etc.) marquent un ensemble de normes objectives, comme étant le modèle à rejoindre, comme étant « la » norme. Elles hiérarchisent ainsi les normes objectives concurrentes, mais elles empruntent souvent les apparences des normes descriptives dans un discours méta ou épilinguistique explicite. Les formes valorisées se caractérisant essentiellement par une fréquence d’emploi plus élevée dans un groupe social déterminé, identifié de manière variable selon les communautés et selon les circonstances.
  1. Les normes subjectives (ou évaluatives) concernent les attitudes et les représentations linguistiques, elles entretiennent avec les normes prescriptives des rapports complexes, les conditionnant partiellement et étant pour partie déterminées par elles. Elles attachent aux formes des valeurs esthétiques affectives ou morales : ainsi, d’après Moreau, quand la priorité va au capital symbolique, les formes préconisées sont jugées belles, élégantes, etc., les stigmatisées étant perçues comme dysphoniques, relâchées, vulgaires… Quand c’est au groupe que la priorité est accordée, les formes préconisées sont ressenties comme, par exemple, plus expressives, plus chaleureuses, les autres étant prétentieuses et froides, etc. La hiérarchisation en fonction de la priorité à la tradition attachera aux traits de la variété privilégiée les adjectifs vrai, authentique, pur, etc. Les normes subjectives peuvent être implicites ou explicites, en ce dernier cas, elles constituent souvent des diverses stéréotypes. L’intérêt que portent les normes subjectives est qu’elles constituent le domaine discursif par excellence du concept dans la mesure où l’analyse sociolinguistique peut ainsi mettre à jour les représentations sociales des groupes sociaux individués par leur écart à la norme.
  1. Les normes fantasmées renvoient notamment à la théorie de l’imaginaire linguistique (Houdebine, 1993). Les membres de la communauté linguistique se forgent un ensemble de conceptions sur la langue et son fonctionnement social, qui ne présentent parfois qu’une zone inacceptable. Elles peuvent être individuelles ou collectives et ajoutent sur les quatre types de normes précédentes, dont elles méconnaissent généralement l’extension, avec pour terrain privilégié, mais non exclusif, celui des rapports entre normes objectives, prescriptives et subjectives. Moreau souligne que l’un secteur important des normes fantasmées concerne la manière dont les membres de la communauté conçoivent ce qu’est la norme, la part que prennent les grammairiens et les autres institutions normatives dans sa définition, et les groupes sociaux qui la détiennent. On peut ainsi mettre parfois en évidence, dans certaines communautés qu’une proportion majeure de locuteurs envisagent la norme comme en ensemble abstrait et inaccessible de prescriptions et d’interdits, qu’ils ne voient s’incarner dans l’usage de personne et par rapport auquel tout le monde se trouve donc nécessairement en défaut.

 

Bibliographie

Bulot, t. et Blanchet, P., 2013, Une introduction à la sociolinguistique : Pour l’étude des dynamiques de la langue française dans le monde. Editions des Archives Contemporaines.

ÉLOY Jean-Michel, et al., 1998, «  Qualité de la langue et crise du français», in Le français aujourd’hui, 124, p. 14

MOREAU M. –L., 1997, « Les types de normes », in Sociolinguistique (Concepts de base), Mardaga, Sprimont.

 


YAN Xiaodong

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.