Quatres carnets :L’encre la plus pâle vaut mieux que la meilleure mémoire

好记性不如烂笔头。

« L’encre la plus pâle vaut mieux que la meilleure mémoire. »

Ce proverbe culte chinois rend compte du fait qu’une trace écrite est toujours plus probante que la mémoire. Dans ce sens, la meilleure façon de combattre contre l’incertitude de la mémorisation est de garder une trace écrite. Pour les chercheurs, ce travail de note semble plus considérable.

Dans son ouvrage Changer de société, Refaire de la sociologie (2006), Bruno LATOUR propose d’établir un journal pour garder chaque pas de mouvement lors qu’on fait une recherche. Selon lui, « tout fait partie des données », il peut donc être utile de préparer quelques différents carnets avant de commencer le travail.

Carnet secrétaire

Le premier carnet, peut être considéré comme un agenda de la recherche dans lequel on note chaque activité de l’enquête de façon synthétisée : Qui ? Que ? Où ? Quand ? Sans cela, on risque d’oublier, au fil du temps, comment l’étude s’est graduellement transformée.

Carnet de ressources

Le second carnet sert à la collecte de l’information. Il faut réserver, par ordre chronologique, toutes les informations de recherche tout en les classer selon des catégories. Un travail soigneux de la collecte des informations référentielles ne facilite pas uniquement l’étude actuelle, sa portée se dirige plus loin, vers des travaux postérieurs.

Carnet de brouillon

Il faut consacrer un troisième carnet dans le but de consigner des essais de brouillon. « On ne saurait parvenir à déployer de façon adéquate des imbroglios complexes sans un flot continu d’esquisses et de brouillons. » On se jette très souvent à l’idée d’un décalage entre l’enquête et la rédaction. Mais les idées sortent de façon inattendue à l’esprit, si on ne les note pas, ils nous quitteront. C’est donc une bonne habitude de garder toujours à la main une espace pour elles, même si on ne trouve une valeur que des années plus tard.

Carnet d’écho

« L’étude peut bien être terminée, mais l’expérience continue ». Une recherche sans retour pourrait être considérée comme inachevée. À ce stade, il est nécessaire d’avoir un quatrième carnet de cette « seconde expérience » afin de marquer les effets qu’apporte le travail sur les autres.

 

Bibliographie

LATOUR Bruno., 1996, Changer de société. Refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, pp. 194-197.



Citer ce billet
YAN Xiaodong (2016, 4 juin). Quatres carnets :L’encre la plus pâle vaut mieux que la meilleure mémoire. art, langage, apprentissage. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/cydc

YAN Xiaodong

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.