Une brève présentation des dialectes chinois

Cet article s’inscrit aussi dans le cadre de mon mémoire de Master : les incidences des dialectes chinois dans l’apprentissage de la prononciation du français. En tant que contexte linguistique important du mémoire, il faut avant tout avoir un aperçu des dialectes chinois, surtout les traits linguistiques des dialectes.

Bien que des spécialistes sociolinguistiques, didactiques et linguistiques se livrent aux discussions violentes sur la terminologie « langue » versus « dialecte », on va choisir désormais le mot « dialecte » pour désigner les langues régionales chinoises afin d’insister sur leur caractère local.

Selon le site Ethnologue[1] qui opère régulièrement un recensement global des pays et leur situation démographique et linguistique dans le monde entier, il y a, au total, 298 langues individuelles répertoriées en Chine. Toutes les langues sont encore vivantes, dont 274 sont indigènes alors que les 24 autres sont allogènes. De plus, 14 langues sont institutionnelles, 23 sont en voie de développement, 103 sont encore vigoureuses, 126 éprouvent en malheur, c’est-à-dire elles risquent de disparaître dans le futur, et 32 sont en train de disparaître[2]. Ce n’est qu’une source concernant l’état quantitatif des langues en Chine. Différentes statistiques proviennent des critères de recensement. Il y a d’autres établissements et spécialistes qui nous proposent d’autres statistiques aussi. On dirait qu’il y a plus de 80 langues non inter-compréhensives et dont les locuteurs ne sont pas capables de communiquer l’un avec l’autre parmi les 56 groupes ethniques (Yuan, 2004). Et ces langues ne se réunissent pas à un seul groupe linguistique, elles, en revanche, sont réparties dans de différents groupes. La majorité des langues chinoises se trouvent dans les langues sino-tibétaines et les langues altaïques, alors d’autres font partie des langues austronésiennes, des langues indo-européennes.

Une telle analyse succincte provoque ensuite une hiérarchisation du système linguistique en Chine. Sachant qu’en Chine, 56 groupes ethniques sont réunis, dont 55 ethnies minoritaires, comme les ethnies Miao, Bai, Dong, etc., et une ethnie principale qui représentent 94 % de la population (selon le recensement de l’année 2000), soit plus de 1,1 milliard de la population chinoise (Sun, Hu & Huang, 2007 : 108), on divise les langues chinoises en deux parties : les langues de l’ethnie Han et les langues des groupes minoritaires en Chine. Les langues chinoises parlées par les Hans appartiennent à la famille des langues sino-tibétaines alors que sauf les ethnies Hui et Man qui parlent les langues chinoises, les autres 53 ethnies minoritaires, pour elles, emploient les langues de leur propre nationalité (Baumann & Lee, 1988). Au sujet des langues de l’ethnie Han qui est la nationalité la plus peuplée dans le monde, elles se répartissent dans tous les coins du territoire chinois. Le chinois est une des langues les plus anciennes et encore bien vivant jusqu’aujourd’hui. Il aussi une des langues que les locuteurs utilisent à la fois oralement et par écrit tous les jours. L’origine du « chinois » – les langues des Hans (en chinois : 汉语) – date de la dynastie Shang (environ 1570 – 1045 av. J.-C.). Même si le caractère du chinois s’est beaucoup évolué, le système du caractère chinois reste quasiment le même.

Le chinois est aussi composé de plusieurs branches que l’on appelle « les dialectes du chinois ». La hiérarchisation des dialectes chinois a persisté depuis très longtemps, à partir de la Dynastie Han (206 av. J.-C. – 220 ap. J.-C.). La classification du chinois moderne date de l’année 1932 où La carte des zones des langues est parue dans La nouvelle carte de la République de Chine publiée par Shun Pao (Shanghai News). A l’époque de la République populaire de Chine, c’est-à-dire après l’année 1949, on ne cesse pas d’essayer de catégoriser les dialectes chinois. Au milieu des années 1950s, un recensement des dialectes chinois a été réalisé pour la première fois. Les spécialistes ont utilisés les terminologies et les bases théoriques héritées avant la fondation de R. P. –C. Et cependant, comme la hiérarchisation s’appuie sur plusieurs facteurs – le facteur politique, économique, géographique et le développement de dialectes, etc., on n’a pas encore atteint un consensus sur le nombre total des dialectes du chinois. Selon la classification la plus récente, on hiérarchise le chinois en huit dialectes : le mandarin (la langue des officiels du Nord, en chinois : 北方官话), le wu (en chinois : 吴语), le xiang (en chinois : 湘语), le gan (en chinois : 赣语), le hakka (en chinois : 客家话), le cantonais (en chinois : 粤语), le min (en chinois : 闽语) et le jin (en chinois : 晋语) (Sun, Hu & Huang, 2007 : 98).

Sauf le chinois, les langues parlées par la plupart des groupes minoritaires sont moins recensées par les dialectologues chinois car, avant 1949, on n’attestait pas le statut politique des groupes minoritaires et ainsi, ces régions étaient arriérées au niveau économique et culturel. C’est juste après 1949 que le gouvernement chinois rend compte de l’importance des langues des ethnies minoritaires et qu’un recensement à grande échelle est mis en œuvre à la fin des années 1950s (de 1956 à 1958 de manière plus précise). Et le résultat des études de terrain se manifeste dans l’ouvrage Introduction générale des langues des ethnies minoritaires (1959). Et 40 ans après, les spécialistes des langues minoritaires chinoises ont fait encore une fois une nouvelle recherche sur l’identification des langues minoritaires de manière approfondie, avec un complément crucial des données des langues minoritaires de Taïwan (Sun, Hu & Huang, 2007 : 27). Jusqu’à présent, une dizaine de langues ou dialectes, comme le zhuang, le miao, le qiang, etc. ont déjà mené des recherches synthétiques et relativement exhaustives, avec des publications des ouvrages sur ces langues chinoises.

Synthétiquement, quant aux langues utilisées dans la République populaire de Chine, on va employer deux mots très concis : unification et divergence. D’un côté, la divergence est la caractéristique la plus évidente des langues chinoises. Beaucoup de langues et dialectes issus de différentes familles linguistiques se croisent en Chine, surtout les régions côtières situées au Sud-Est de la Chine. Et elle est aussi plus familière pour les citoyens que la caractéristique d’unification des langues chinoises. Or, on pense davantage à la diversification des langues chinoises, à une grande richesse de notre répertoire linguistique, alors que l’unification, en tant qu’au contraire de la particularité, a éveillé moins de curiosité. D’autre part, en Chine, quelle que soit la langue que l’on parle tous les jours, on n’a qu’un seul système scriptural dans le territoire si grand. Tous utilisent les caractères en tant que symbole d’écriture. Et le dialecte le plus important du chinois – le mandarin, s’étend du nord des régions du Fleuve Yantze aux régions du Sud-Ouest de la Chine. De Kunming (chef-lieu de la province du Yunnan, une province du Sud-Ouest de la Chine) à Harbin (chef-lieu de la province du Heilongjiang, une province du Nord-Est de la Chine), distant de plus de 2000 km, la communication ne pose pas gros problème. De plus, la vulgarisation du mandarin standard – le putonghua – à partir des années 1950s renforce cette unification langagière (Baumann & Lee, 1988).

[1] https://www.ethnologue.com

[2] Hypertexte de la citation : https://www.ethnologue.com/country/CN (Toutes ces informations s’inscrivent dans leur ouvrage intitulé Ethnologue: Languages of the World paru en 2016.), consulté le 17/ 05/ 2016.

Références bibliographiques :

  • Baumann, T., & Lee, M. W. (1988). Language atlas of China. Hong Kong: Longman.
  • Sun, H.,Hu & Huang.(2007). Les langues chinoises (1ère édition). Beijing: The Commercial Press. (en chinois : 孙宏开, 胡增益, & 黄行. (2007). 中国的语言 (第1版). Beijing: 商务印书馆.)
  • Yuan, Z.R. (2004). A la vulgarisation du mandarin standard. Beijing: Langugage & Culture Press. (en chinois : 袁钟瑞. (2004). 话说推普. 北京: 语文出版社.)

 

Sitographie :


Yi Yin

Étudiant en master 2 Didactique du français langue étrangères/seconde et langues du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.