L’alternance codique intra-phrastique dans le discours de jeunes bilingues

L’article intitulé  «L’alternance codique intra-phrastique dans le discours de jeunes bilingues » est un article tiré de la revue numéro 6 du site d’AILE(Acquisition et Interaction en Langue Etrangère),dirigée par  Suzanne  Schlyter. Ce numéro regroupe des articles représentant différentes directions de recherche.Les études concernent de jeunes enfants à l’âge de 2 et 5 ans , qui acquièrent simultanément deux langues dans leur environnement familial. Cet article est écrit par Annick De Houwer où elle met l’accent sur  les caractéristiques structurelles des énoncés mélangés(EM) au cours du processus d’acquisition bilingue. Annick De Houwer définit  les énoncés mélangés en tant que des énoncés contenant au minimum un morphème dans chacune des deux langues.Ainsi son étude porte sur onze enfants bilingues.On y trouve six langues au total qui fournissent cinq combinaisons langagières différentes :allemand/français ;néerlandais/anglais ; allemand/italien ;anglais/allemand ;espagnol/anglais.En effet l’analyse des énoncés est divisée en quatre sous-parties : d’une part, l’auteur étudie les énoncés comportant des traductions où l’enfant traduit littérallement l’élément repris sans y faire des modifications ou rajouter des éléments.Ce qui donne l’idée d’une auto-correction de la langue  de la part de l’enfant.Exemple :Ensuite on a les énoncés comportant des éléments extra-propositionnels dans une autre langue que le reste  de l’énoncé.C’est-à-dire qu’ un élément incrustré dans la phrase,provient d’une autre langue que le reste de la phrase.Pour Hower  cette combinaison n’exige pas une étude plus approfondie du simple fait que ce n’est qu’une juxtaposition d’élements structuraux.

Ceux-ci sont suivis par les énoncés mélangés comportant des mots composés qui contiennent en eux une combinaison de deux morphèmes libres dont chacun provenant d’une langue différente. Dans ce cas on parle de néerlandais/anglais et d’allemand/français. Et finalement l’auteur présente les énoncés où le mélange consiste de compositions bilingues .On a ici un mot composé de deux morphèmes différents :un morphème libre provenant d’une langue et un autre lié d’une autre langue ce qui amène à une suffixation bilingue.L’auteur donne comme exemple une petite fille nommée Kate parlant néerlandais et anglais,qui dit « looken » dont  le morphème « en » est une marque de la désinence de l’infinitif en néerlandais. De Hower précise qu’en dehors  de leur structure, les énoncés mélangés diffèrent également  par leur longeur et complexivité. Elle  distingue trois types de longeur : énoncés mélangés très cours , courts et longs. Elle explique que les énoncés très courts ne contiennent que deux morphèmes libres et un nombre variable de morphèmes liés.Ce qui est illustré par un exemple de Manuela âgée de 3 ans qui parle espagnol et anglais.Ensuite il y a les énoncés mélangés courts :il s’agit en effet de  trois morphèmes libres  et un nombre variable de morphèmes liés.Dans ce cas l’auteur donne comme exemple Guilia parlant italien et allemand.Enfin les énoncés mélangés longs sont ce qui  possèdent quatre morphèmes libres : exemple de Frank(3 ans) qui parle allemand et anglais.Hower précise un peu plus loin dans son article que les énonces mélangés qui sont objet de son analyse contiennent deux critères :le nombre de lieux de changement de langue et les types d ‘éléments structuraux sur lesquels porte le changement de langue.Pour déterminer le nombre de fois où il y a eu un lieu de changement de langue,l’auteur ne prend en compte que les morphèmes libres.Ainsi les énoncés tès courts n’ont qu’un seul lieu de changement de langue qui dans le cas de Kate  porte sur le dernier morphème libre(ex. Yellow bos).Quant aux  énoncés mélangés courts,De Hower explique que théoriquement ils sont censés avoir deux lieux de changement de langue mais en pratique la majorité d’eux en ont un seul.Ceci est illustré par un exemple d’un énoncé franco-allemand produit par Annika(3 ans) : « un peu ehm warten (attendre) » ce qui démontre que le changement porte la plupart de temps sur le dernier morphème libre en fonction des morphèmes  antécédents.Bien comme ceux derniers, les énoncés mélangés longs ont un lieu unique de changement de langue.Néanmoins il est possible d’y avoir deux lieux de changement voire trois lieux ou plus.Ceci est dû au fait que plus un énoncé est long, plus il y a la possibilité de plusieurs lieux de changement de langue.

Cet analyse porte non seulement sur le nombre de lieux où  les enfants produisent une altérnance mais aussi sur les parties de discours où on observe que la partie la plus touchée est  le nom, suivi des adverbes ,les verbes et au final les adjectifs.Cette priorité du nom n’est  lié  ni à l’âge ni à la capacité linguistique du bilingues :tout comme  les enfants,les adultes emploient le plus souvent des noms et des groupes nominaux dans leurs  énoncés mélangés.

A la fin de l’article, l’auteure fait une conclusion ouverte en déclarant que d’autres études seront nécessaires sur les combinaisons des langues afin de formuler  une théorie de l’évolution de l’alternance codique intra-phrastique.

 

  1. Annick De Houwer , L’alternance codique intra-phrastique dans le discours de jeunes bilingues » AILE ,1995 

Christina Angelova

Etudiante en Master 2 Didactique des langues , l'université Paris 3 Sorbonne Nouvelle

More Posts


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.