Les défis du mémoire

Je m’en souviens comme si c’était hier. J’écrivais un billet au sujet de l’angoisse de la page blanche, de mes pannes d’inspiration, de mes difficultés à rédiger les dossiers, les articles ou les toutes premières pages de mon mémoire. C’était comme un chemin sans issue. Les idées étaient insaisissables. Le conseil de mon directeur résonnait dans ma tête « c’est en écrivant que la réflexion vient.». Je m’attelais à la tâche mais sans succès. Heureusement, cette situation fut temporaire.

Au fil des jours, à mesure que j’écrivais, j’étais agréablement surprise par le flux d’informations, les données qui arrivaient pour le contenu des trois parties linéaires de mon cadre théorique (francophonie, culture et manuels). Je me réjouissais de la fluidité des idées, de mon avancée, des ressources que je trouvais dans plusieurs disciplines et de la véracité du conseil. Cependant, un autre défi m’attendait : la gestion et l’organisation des informations. Je me posais les questions suivantes : « donc si je définis la diversité culturelle francophone et plus généralement la diversité culturelle dans ma première partie sur la francophonie, est-il plus logique de définir à ce moment-là la culture?…mais il est sans doute préférable de définir la culture dans ma seconde partie sur la culture ?…je dois tout réorganiser ? ».

Il m’était impossible de trouver une réponse, de trancher. Ces questions apparaissaient comme de véritables énigmes. J’étais paralysée donc je n’écrivais plus. L’éternelle page blanche m’observait de nouveau. J’essayais de trouver de l’aide auprès de mon entourage qui à l’unanimité me conseillait de continuer à écrire et de traiter cet aspect plus tard.

Finalement, j’ai réussi à surmonter cette épreuve en me faisant à l’idée qu’il fallait continuer à écrire en acceptant les imperfections et les blocages.

Gaëlle Raviton

Titulaire d'une licence d'anglais obtenue à Paris 3 et anciennement assistante de FLE à Birmingham, je suis actuellement étudiante de master 2 de didactique du FLE et des langues du monde à Paris 3.

More Posts


3 réflexions sur « Les défis du mémoire »

  1. Merci pour ton billet (je me sens moins seule). C’est vrai qu’au début, mon appréhension concernait l’écriture et puis finalement, j’ai pris conscience de la vraie difficulté de ce travail qui est de faire le tri parmi une documentation abondante tout en évitant de me répéter….
    Pour s’en sortir, il faut se dire que l’on résoudra ces énigmes uniquement si l’on cesse de penser qu’il existe une manière “parfaite”de faire. En gros, il faut absolument arrêter avec ce perfectionnisme destructeur! Bon courage pour la suite 🙂

  2. Merci d’avoir partagé ton expérience personnelle! En même temps je connais également la difficulté de gérer les informations. Lorsque j’ai été confrontée à ce type de difficulté, l’ouvrage suivant m’a bien aidé : “Ecrire un Mémoire en Science de l’information et de la Communication” qui est un recueil de cas, démarche et méthodes (2014) d’Aude Seurrat. Elle ne parle pas de la didactique des langues mais elle explique bien comment il faut organiser un mémoire. Peut-être qu’il serait intéressent de le lire même après avoir rédigé ton mémoire.
    Je te souhaite bonne chance pour la suite et ta soutenance!

  3. Merci de partager ton expérience ! La parole de directeur m’impressionne beaucoup : « c’est en écrivant que la réflexion vient ». Avant de commencer à écrire, j’ai cherché des idées dans la lecture en souhaitant constituer une bibliographie qui servait tout au long de la rédaction, mais souvent ai peiné à chercher celles qui pourraient soutenir la mienne. Et finalement, ce ne serait pas l’acceptation de l’imperfection qui réussit l’écriture, mais plutôt notre capacité de chercher et de sélectionner des informations s’améliore, la capacité de synthétiser, d’associer la revue au service de développement de nos idées. C’est grâce à l’occasion de la rédaction du mémoire, on profite d’une « autodidaxie » !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.