Mon terrain de recherche : UPE2A au collège Daniel Féry

Mon terrain de recherche est le collège Daniel Féry, qui se situe à la commune de Limeil Brévannes. C’est un collège public qui accueille plus de 500 élèves à la rentrée 2015 et dispose d’un dispositif d’accueil (UPE2A). C’est dans la classe d’UPE2A que je fais des observations.

L’enseignante qui se charge du cours de français en UPE2A est Madame Lagrange, qui a déjà 10 ans expériences comme professeur de français CLA/UPE2A. Elle donne 12 heures de cours de UPE2A par semaine.

Dans la classe, il y a vingtaine d’élèves. Concernant leur pays d’origine, ils viennent des différents pays, comme l’Italie, le Mali, la Tunisie, le Vietnam, le Cap-vert, la Bulgarie, le Portugal, le Kazakhstan, etc. Ainsi les langues parlées sont également variées : la russe, l’arabe, le portugais, etc. Et leurs niveaux de français sont très divers, certains parlent presque couramment le français, accomplissent vite des tâches, certains parlent très peu de français, et leur niveau d’écriture est aussi faible.

J’ai commencé mon observation dans cette classe depuis le mois de mars, et ai observé immédiatement la difficulté de gérer une classe d’UPE2A. D’une part, les élèves qui parlent la même langue d’origine communique souvent dans leur langue. Quelquefois ils s’entraident pour expliquer les mots, les consignes, etc., mais parfois ils bavardent en leur langue sans que l’enseignante les comprenne. D’autre part, comme les niveaux des élèves sont hétérogènes, de temps en temps l’enseignante doit les diviser en deux ou plusieurs groupes pour accomplir des différentes tâches qui correspondent à leurs niveaux. Quand l’enseignante corrige les travaux d’un groupe, les élèves des autres groupes pourraient être distraits. Et cela prend beaucoup de temps. D’ailleurs, les élèves n’ont pas le même emploi du temps, donc quelquefois certains élèves apprennent un point grammaire au cours d’UPE2A, mais ceux qui suivent leur cours dans la classe ordinaire pendent ce temps-là sont en retard sur ce point grammaire. Cela demande du rattrapage et des efforts supplémentaires en dehors de la classe, cependant ce n’est pas toujours le cas. Enfin, il ne faut pas oublier qu’avant d’être les élèves, ce sont les enfants. Au lieu de travailler, ils préfèrent jouer. Donc on peut voir les élèves qui ne font pas leurs devoirs, les élèves distraits et bavardent entre eux et les élèves qui mangent du bonbon pendant le cours. Dans la classe il y a aussi un garçon qui a le problème de comportement. Bien sûr il existe encore d’autres facteurs qui rendent difficile la gestion de la classe d’UPE2A.

Bien que je rencontre des difficultés sur la rédaction de mon mémoire, je ne regrette pas du tout de mon choix de ce terrain de recherche. C’est la première fois que j’entre dans un collège français et observe une classe d’UPE2A. Grâce à cette occasion, j’ai non seulement rencontré des gens gentils et sympathiques, mais aussi beaucoup discuté avec l’enseignante sur les différences entre le collège français et le collège chinois, cela me permet de mieux comprendre l’organisation et le fonctionnement du collège français. Cette expérience sera une expérience inoubliable pour moi.

Yiqun DONG

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langues du monde, option recherche, à l'Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3

More Posts


2 réflexions sur « Mon terrain de recherche : UPE2A au collège Daniel Féry »

  1. Yiqun ! Comme tu le sais déjà j’avais fait mon stage de M1 au sein de ce collège. Oui les professeurs sont courageux car organiser un cours d’UPE2A demande beaucoup d’énergie, de créativité et d’investissement personnel. Du fait que ce sont des ENA il y a plusieurs facteurs à prendre en compte comme leur départ et leur installation en France. J’ai bien aimé le fait que les professeurs proposaient des activités inter-culturelles car c’est une manière d’introduire la pluralité en classe de français. Ce que j’ai trouvé plus intéressant c’est la connaissance avec chaque enfant quand je les aidé à faire leurs devoirs, ils ont des parcours tellement différentes ! De plus, tu dois l’avoir remarqué, l’UPE2A est une mine de richesses linguistiques !

  2. Merci Yiqun de partager cette expérience avec nous!

    Je me suis amusée en lisant ton article. Je m’imagine un groupe de jeunes apprenants de collège, beaucoup d’entre eux de nationalités différentes, mis dans un espace restreint, dans une salle de classe et s’exprimant dans des langues différentes… ça me rappelle du mythe de la tour Babel :). De toute façon, ce n’est pas évident. Encore une fois je réalise à quel point le métier d’enseignant est difficile, mais en même temps intéressant. Le cas que tu as présenté demande beaucoup de méthode et de patience de la part de l’enseignant, parce que, effectivement, ce n’est pas facile à gérer une telle classe.

    d’enseignant est difficile, mais en même temps intéressant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.