Compte rendu de l’article : « Les ENA : le public prioritaire concerné par le FLSCO en France »

Bien que l’appellation « ENA » ait été remplacée par la nouvelle appellation « EANA » (élève allophone nouvellement arrivé), l’article « Les ENA : le public prioritaire concerné par le FLSCO en France » rédigé par Joël Sallé reste un des premiers articles qui me permet de connaître le public des mes recherches.

Joël Sallé divise son article en quatre parties.

Dans la première partie — « Une définition officielle peu précise », l’auteur essaie d’analyser le public par sa formulation « Les élèves nouvellement arrivés en France sans maîtrise suffisante de la langue française ou des apprentissages ».

  • « les élèves ». Ce terme concerne « tous les enfants ou adolescents scolarisables »[1]. Théoriquement, les enfants préscolaires doivent être également pris en charges par des dispositifs spécifiques. Cependant en réalité, ce n’est pas souvent le cas.
  • « nouvellement arrivés ». On rencontre des difficultés pour interpréter l’adverbe « nouvellement ». C’est plutôt le problème de la durée pendant laquelle les élèves peuvent être considérés comme élèves « nouvellement arrivés en France ». Les institutions et les académies ne sont pas cohérentes sur ce point-là : dans un établissement, les élèves nouvellement arrivés sont des élèves qui sont arrivés sur le territoire français depuis moins de douze mois, mais dans un autre établissement ce délai peut être prolongé jusqu’à deux ans.
  • « en France ». Le dispositif destine non seulement à des élèves étrangers, mais aussi les élèves français dont leur langue maternelle n’est pas le français, ce sont souvent des élèves venant des départements d’outre-mer.
  • « sans maîtrise suffisante de la langue française ou des apprentissages ». Cette expression est très floue et subjective. On n’a aucun de critère pour mesurer si la maîtrise est suffisante ou non.

Dans la deuxième partie — « La diversité du public accueilli », l’auteur parle principalement de l’ hétérogénéité des ENA.

  • Les origines. Les ENA se caractérisent par la diversité des origines : « des académies ont recensé plus de 60 nationalités. »[2] Et la répartition de ces nationalités sur le territoire est hétérogène.
  • Les parcours personnels. Les conditions économiques, sociales et les conditions d’arrivée en France sont très variées entre les élèves, et cela peut influencer leur processus d’intégration scolaire.
  • La diversité des parcours scolaires et des bagages linguistiques. On divise en général les ENA en deux groupes selon leur parcours scolaire: les élèves non scolarisés antérieurement (NSA) et les élèves déjà scolarisés antérieurement. En plus, l’ hétérogénéité des acquis donne beaucoup d’importance à des entretiens et des tests d’évaluation. Or il est difficile de mesurer précisément le niveau de connaissance et de savoir-faire d’un élève.

La troisième partie—« Un décompte difficile à réaliser avec précision » montre les difficultés de dénombrer les ENA. Une part, la définition de ENA n’est pas claire. D’autre part, les ENA arrivent tout au long de l’année dans les dispositifs, qui rend le décompte complexe et difficile. D’ailleurs, il existe le problème du manque de fiabilité du dispositif de recueil statistique. Dans cette partie l’auteur analyse également les données de la DEEP de 2008.

À la fin, selon la quatrième partie— « Une répartition très inégale des ENAF sur le territoire », il existe une grande hétérogénéité sur la répartition des élèves dans les académies. Parmi les académies qui regroupent plus d’élèves, on trouve l’Académie de Paris, de Limoge, de Créteil, de Lyon, etc.

 

Cet article est un des premiers articles qui me fournissent des connaissances sur le public ENA et constitue une composante de la bibliographie de mon mémoire. Cependant il a été rédigé il y a quelques années, certaines informations ne sont plus valables aujourd’hui.

 

Bibliographie:

J. Sallé (2012), « Les ENA : le public prioritairement concerné par le FLSCO en France », dans C.Klein (2012), Le français comme langue de scolarisation : accompagner, enseigner, évaluer, se former, Futuroscope : SCEREN CNPP-CRDP, pages 15-20

 

Yiqun DONG

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langues du monde, option recherche, à l'Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3

More Posts


Une réflexion sur « Compte rendu de l’article : « Les ENA : le public prioritaire concerné par le FLSCO en France » »

  1. Yiqun, ton article nous donne plusieurs informations précieuses sur la scolarisation des ENA. Je ne savais pas que l’appellation avait changé donc je rectifie tout de suite : EANA. Les sites de CASNAV fournissent également des informations importantes et même des ressources pédagogiques intéressantes. Par exemple le site du CASNAV de Strasbourg offre des traductions audio et écrites d’albums dans plusieurs langues et parmi elles : le russe, l’arabe, le chinois, l’italien, le turc, l’allemand. Je trouve l’idée géniale ! Voici le lien : https://www.ac-strasbourg.fr/pedagogie/casnav/enfants-allophones-nouvellement-arrives/ressources-premier-degre/supports-pour-valoriser-la-langue-dorigine/traductions-audio-et-ecrites-dalbums/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.