Compte rendu de la journée d’études — L’évaluation de l’oral

Vendredi 29 janvier 2016, j’ai assisté à la journée d’études L’évaluation de l’oral, organisée par Inalco, qui a réuni quinzaine de participants afin de présenter leurs expériences et d’apporter leur réflexion sur les questions liées à l’évaluation de l’oral.

Parmi les participants, Jean-Paul NARCY-COMBES, venant de l’Université de Nantes, a apporté sa réflexion sur « Prendre en compte de la globalité de la production de discours oral ».

Selon NARCY-COMBES, l’évaluation constitue un véritable défi, car très souvent on évalue autres choses que l’on voulait faire, et il existe des limites des pratiques pédagogiques.

Le présentateur rappelle d’abord qu’il n’y a pas de linéarité dans la production. Un élève parle bien dans un contexte sur un certain sujet, mais il peut parler moins bien sur un autre sujet ou dans un autre contexte. Cela constitue une des difficulté d’évaluer la production (orale). Une autre limite des pratiques, les individus qui parlent dans un environnement socioculturel donné, fonctionneront mieux dans des tâches qui correspondent à qui ils sont, peuvent progressivement évoluer, mais pour ceux qui ne connaît pas la situation donnée ? Par exemple, très souvent dans l’approche communicative, on a des tâches de simulation comme : « Vous être des Américains dans un restaurant, que faites-vous ? » Mais pour les élèves chinois qui ne sont jamais dans allé à ce type de restaurant, , comment font-ils ? Ce n’est pas faisable, car on les demande d’imaginer quelque chose qu’ils ne puissent pas imaginer.

En outre, on essaie d’évaluer avec la grille du CECRL, mais cette grille proposée n’est pas claire, on peut y trouver des expressions ambiguës. Par exemple, « expression simple », mais qu’est-ce que cela signifier « simple »? En fait, le niveau de difficulté n’est pas le même pour les différents individus. Un autre exemple, « La prononciation d’un répertoire très limitée », qu’est-ce que ça veut dire, « très limitée » ? Par ailleurs, on entend dire que « je suis au niveau B1. », mais au niveau de la production, comment on la juge ? Pour NARCY-COMBES, quand on mesure et comprend le développement de l’oral dans les discours, il faut prendre en comte les problèmes de contenu, de culture, de la parole, de phonétique, phonologie et linguistique, etc.

A la fin, le présentateur parle aussi des trois types d’évaluation : évaluation diagnostic (degré d’écart avec la norme et difficultés anticipées d’atteinte de l’objectif), évaluation formative (objectif atteint ou non-atteint, souvent pas notée), évaluation sommative/certificative (notée, la tâche doit être accomplie).

L’évaluation de l’oral est une tâche délicate dans la pratique des enseignants. Cette présentation, qui ouvre des discussions sur l’évaluation de l’oral de la journée, permet aux futurs enseignants comme moi de connaître les différents types d’évaluation, et comprendre la difficulté d’évaluer la production orale et les problèmes existants dans ce domaine, etc. Grâce à des nombreuses présentations et discussions, cette journée d’études enrichissante pourrait me sert dans ma pratique à l’avenir.

Yiqun DONG

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langues du monde, option recherche, à l'Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3

More Posts


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.