Phonétique en classe de FLE : Quoi et comment enseigner ?

Etant donné que l’enseignement/ apprentissage de la phonétique française est la première étape de l’enseignement/ apprentissage du français, on doit y accorder une grande importance. Et cependant, c’est un domaine un peu déserté par rapport aux autres domaines linguistiques, comme la grammaire, le lexique, etc. Sous l’influence de la mondialisation, la compétence communicative s’avère cruciale alors que justement la compétence phonétique est la base linguistique qui favorise l’intelligibilité entre les interlocuteurs. Le compte rendu porte sur un article intitulé Phonétique en classe de FLE : quoi et comment enseigner ? paru en 2013 dans le périodique Le français dans le monde (n°386). L’auteur de cet article est Margaret Bento, maître de conférence en sciences du langage à l’Université Paris Descartes, Département de linguistique générale et appliquée.

Cet article nous propose des points de repère au sujet de la correction phonétique pour les apprenants. Bento propose des conseils sur la correction phonétique suivant les six phases que préconisent Champagne-Muzar et Bourdages : sensibilisation, discrimination, intégration corporelle, association code écrit/ code oral, production orale dirigée, production orale spontanée. Ces phases se succèdent principalement en conformité avec les stades d’acquisition : on ne peut pas prononcer ce que l’on ne peut pas discriminer ou percevoir, sauf que la phase d’association code écrit/ code oral puisse se trouver avant ou après la production. Autrement dit, la perception et la discrimination sont les conditions présupposées de la production. Et l’étape « intégration corporelle » intervient aussi dans les autres phases.

Sensibilisation

La sensibilisation consiste à former la capacité discriminative des apprenants. En suivant des règles ou des stratégies, on demande aux apprenants d’écouter des mots similaires phonétiquement. Néanmoins, cet exercice ne peut pas se réaliser avec les mêmes parties des mots : on peut placer les sons à discriminer dans de différentes positions, par exemple : à l’initiale, à la finale, en syllabe ouverte, etc. On peut recourir à plusieurs moyens afin de contrôler la difficulté de ce processus : contrôler la durée du son, la visualisation des organes phonatoires, les mouvements gestuels et corporels, l’introduction des contextes, etc. Bento a proposé à la fin de cette partie de faire sensibiliser les apprenants aux sons à travers le miroir qui peut reflète l’arrondissement ou l’étirement de leur bouche.

Discrimination

Après avoir eu une idée générale sur les sons en question, il s’agit ensuite de mener des discriminations entre les sons semblables. La méthode la plus courante est « la comparaison-choix » qui consiste à écouter d’abord quelques mots et à ensuite indiquer s’ils sont différents ou identiques de manière phonétique. Sûrement, il y a encore d’autres méthodes effectives dans cette phase, comme le recours aux contextes, aux gestes, etc. De toute façon, cette phase se fonde sur des connaissances acquises de la phonétique et vise à bien articuler les mots de la langue cible.

Production

Maintenant, c’est au tour des apprenants ! Dans cette phase, ils doivent s’entraîner à produire quelques mots. Et il est conseillé par certains phonéticiens de faire un travail d’échauffement physique.

Deux formes sont prises dans l’activité de production : la production dirigée et spontanée. Concernant la production dirigée, comme indique son appellation, elle se fonde sur les exercices répétitifs à l’aide de la direction de l’enseignant et des documents authentiques. Une transformation se produire lors qu’on va de la production dirigée vers la production spontanée. La production spontanée peut se raccorder avec les objectifs communicatifs puisque ce sont des textes ou des énoncés que les apprenants produiront. Afin de prendre en compte des imperfections de la production de l’apprenant, enregistrer ou filmer leur discours s’avère justement un moyen efficace pour avoir un retour de ce qu’il produit tout à l’heure.

Association code oral/ code écrit

La dernière phase que Benton mentionnée dans son article s’appelle « association code oral/ code écrit ». Cette phase vise à associer les sons aux graphèmes du français. Il faut remarque qu’en français, la relation entre le son et le graphème n’est pas biunivoque. Un son peut correspondre à plusieurs graphèmes français. Pour ce faire, l’exercice de la reconnaissance visuelle associée au son est proposé dans l’article, qui demande aux apprenants de remplir des espaces lacunaires avec une phonie adéquate.

Pour conclure, ce n’est pas un article très détaillé mais assez succinct qui nous donne de l’éclairage sur la correction phonétique et la didactique de phonétique française. On dit souvent que la phonétique est la partie la plus difficile à enseigner, or, cela s’explique par le fait qu’il y a encore peu de gens qui s’intéressent et qui veulent la creuser. En tant que futur enseignant non natif, ces idées ci-dessus m’indiquent les chemins plus efficaces à poursuivre en prenant en considération des particularités du profil des étudiants chinois.

 

Référence :

  • Bento, M. (2013). Phonétique en classe de FLE – Quoi et comment enseigner? Le français dans le monde, (386), 38‑39.

Yi Yin

Étudiant en master 2 Didactique du français langue étrangères/seconde et langues du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *