Les difficultés d’apprentissage du français par les apprenants bulgares

Les erreurs que chaque individu  commet lors d’apprentissage d’une langue étrangère sont dues le plus souvent  à l’interférence de la langue maternelle et celle qu’on est en train de maitriser : dans notre cas  la langue française.Pourtant on ne peut pas expliquer le processus compliqué de l’apprentissage d’une langue uniquement  en analysant les erreurs.La notion d’erreur n’est liée qu’aux règles et leur infraction tandis que la notion de difficultés comprend tout le processus de l’apprentissage qui  se base sur quelques paramètres :

1)Les paramètres didactiques et socioculturels : la mise au point de méthodes et de programmes scolaires, adaptés aux publics spécifiques ;l’évaluation du niveau culturel et éducatif des apprenants ayant en vue les possibilités de travail individuel ;l’importance du milieu familial quant au choix de la langue étrangère et la motivation de l’apprenant lors de son apprentissage.

2)Les paramètres matériels et techniques : les  manuels, les cabinets linguistiques,l’equipement des salles(projecteurs,ordinateurs,tableaux intérférants etc.) dont la différence est considerable   dans les écoles de la capitale(mieux équipées) et celles de la campagne, entre les lycées bilingues et les lycées ordinaires ou techniques en Bulgarie.

3)Les cadres : la formation des enseignants de français, leur motivation et leur désir de perfectionnement, ainsi que les possibilités de stages à l’étranger.

4)Les paramètres psychologiques des apprenants : la capacité de concentration, les différentes types de mémoire, les penchants naturels , le rapport entre la mémoire et la pensée , le manque de motivation et d’aide de la part de la famille.

5)Les paramètres linguistiques : le fonctionnement du système linguistique dans de différentes situations de communication, les possibilités de communiquer en français, la pratique de la simulation en tant que méthode d’apprentissage. La maitrise parfaite de la langue etrangère  est liée à la maitrise des éléments paralinguistiques –l’intonation, les gestes,le langage du corps ,l’expression du visage ainsi que le niveau de maitrise de la langue maternelle.

Lors de l’apprentissage du français langue étrangère , les erreurs  les plus  répandues chez les apprenants bulgarophones sont dues à l’interférence entre les langues (Interlanguage Interference).Ces erreurs  sont dues à la transposition incorrecte des connaissances de la langue  maternelle, le bulgare sur la deuxième langue, le français.On vous présentera quelques-uns des erreurs les plus typiques :

Bulgare Français
Je suis 20 ans J’ai 20 ans
Je se lave Je me lave
Il y aura beau temps Il fera beau temps.

Il existe deux formes d’interférence : explicite et implicite. L’interférence explicite on la trouve dans les cas où les apprenants commettent des erreurs d’orthographes ainsi qu’à l’oral, transposant leurs connaissances linguistiques de la langue maternelle sur la langue étrangère, en ignorant les normes  de la langue étrangère .Chez l’interférence implicite, les apprenants ne font pas de  fautes, parce que tout simplement ils évitent de construire  des phrases dont la construction grammaticale et lexicale est difficile. Mais ainsi le vocabulaire ne s’enrichit pas et le langage se simplifie et perd  son expressivité.Les apprenants  n’utilisent également pas  des termes et des formes lexicales qui ne possède pas d’équivalent dans la langue maternelle. Par exemple : les pronoms adverbiaux en et y sont éliminés sous l’influence de l’interférance  implicite. A la question « Tu vas à l’école , » les apprenants répondent « Non, je reviens » au lieu de « Non ,j’en reviens », Veux-tu du thé ?Non, merci ,je ne veux pas au lieu de « Non, merci ,j’en veux pas ».

L’interférence  se manifeste dans différentes domaines : phonétique, lexical, grammatical.

L’interférence  phonétique 

L’interférence  phonétique est   la cause de la prononciation incorrecte influencée de la langue maternelle ou de la première langue étrangère. Vue que la langue bulgare possède un sysème phonétique assez différente de celui du français ,les apprenants trouvent des difficultés à prononcer certaines phonèmes.Par exemple :age>ash, élève>elef, rouge>roush, fleur>fljor,salut>salou.Une autre difficulté est de faire également la différence entre les voyelles « e » et « » (ex. le,les,lu) parce que les bulgarophones entendent le même son.C’est valable pour les sons comme des sons comme e et eu ,de et deux, eu  et u, deux et du , de  et du : du café, de café.On peut rencontrer des difficultés  dans l’apprentissage des accents dont l’emploi est différent en langue maternelle :e, é , è :ex. entre repartir  et répartir.

La plus grande difficulté à laquelle les apprenants bulgarophones sont confrontées est la nasalité.Cela pose des obstacles à l’apprentissage de la langue étrangère en décourageant les appenants.Ils ne font pas aucune différence  entre –im et –em(importer et emporter) ;entre –em  et –am(emporter et implifier  par exemple) ;entre  -in  et –en(introduire et enchanter) ;entre –en  et  -an(enchanter et antérieur).

L’apprenant n’arrive pas à distinguer les sons mais aussi il trouve beaucoup de difficultés à prononcer correctement les nasales.

Les particularités susmentionnées de la prononciation ainsi que de la vitesse du français oral mettent des obstacles à l’apprentissage et à la compréhension de la langue étrangère.Même si l’apprenant connaît  l’orthographe et la signification des mots ,comme  importer et emporter par exemple, le bulgare ne les distingue  pas à l’oral.

 L’interférence lexicale on observe  un emploi incorrecte des mots par les apprenants  , l’invention des unités lexicales  inexistantes , en  appliquant  des suffixes de la langue étrangère ,ou tranduisant littéralement  le mot/l’expression tel(le) qu’il est en bulgare : athéiste  au lieu d’athée ;protest au lieu de protestation ; « sportiste » au lieu de « sportif »,« Je voudrais tourner votre attention »  au lieu de « Je voudrais attirer votre attention », « les oiseaux se rendent au printemps » au lieu de « les oiseaux reviennent au printemps ».On voit que  les  exemples donnés plus haut  démontrent une sorte de traduction directe des phrases du bulgare en français.Les apprenants ont tendance à utiliser   des empreintes de différentes langues adaptées à la langue bulgare que’ils utilisent par la suite d’une  incorrecte à cause de la similitude phonétique et léxicale.

L’interférence grammaticale  concerne les changements  dans  la structure et les éléments structuraux de la langue française.Elle  aborde plusieurs aspects de la grammaire bulgare/française comme :l’article partitif,les prépositions,le genre,les verbes pronominaux,les pronoms relatifs,l’adjectifs.

1)Article partitif 

La langue bulgare ne possède pas d’article partitif ce qui pause des difficultés dans l’apprentissage de français.L’exemple donné démontrera qu’en bulgare il n’y a ni article ni préposition : Ex.Je bois du  café > je bois café

 

2)Les prépositions

Les prépositions sont toujours problématique pour  les apprenants, mais les bulgares trouvent des difficultés particulières dans les cas suivants :

-Les verbes transitifs :comme aider qqn- en français le verbe est sans préposition tandis qu’en bulgare il est avec une préposition. C’est pourquoi l’apprenant fait très souvent  l’erreur d’utiliser le verbe avec la préposition à : aider à qqn

Verbes qui se construisent avec à + infinitif ou de + infinitif : penser  à/ penser de, décider à / décider de. En bulgare on  le traduira avec la même préposition ce qui provoque des amalgames du sens et l’apprenant  prend beaucoup de temps à saisir la différence et à utiliser correctement les prépositions françaises.

 

3)Le genre du nom 

L’interférence grammaticale est la cause aussi des  erreurs commises par rapport au genre du nom :quand le genre du nom en français respecte le genre des noms en bulgare.Le tableau suivant l’ illustre bien :

En bulgare En français
Une groupe Un groupe
Un fenêtre Une fenêtre
Un dent Une dent

Une autre particularité est qu’en français  le neutre n’existe pas à la différence de la  langue bulgare .

4)La forme pronominale des verbes

Dans la langue bulgare ,  il existe   un seul pronom « se » utilisé  pour toutes les personnes et genres,tandis qu’en français il existe  de différents  pronoms :je me ,tu te ,il se, nous nous, vous vous.Ex. je se lave, tu se lave,nous se lavons etc.

5)Des pronoms relatifs et plus spécialement les pronoms relatifs simples :qui et que

La langue bulgare possède un seul pronom relatif .En revanche en  francais,il y en a deux et  leur  fonction est différente :qui remplace le sujet et que– le complément objet direct (COD).Une autre difficulté  est le fait que dans la langue bulgare le complément objet direct ne joue pas le même rôle  qu’en  français ,et les apprenants comprennent difficilement la spécificité  du sens des deux pronoms relatifs.En plus le

 6)La place de l’adjectif 

L’accord et la place de l’adjectif posent des problèmes.En bulgare l’adjectif épithète se place avant le nom. Le complément du nom se place après le nom lui-même, comme en français. L’adjectif s’accorde en genre et en nombre avec le nom qu’il accompagne. Les articles sont postposés aux adjectifs qui sont devant le nom. A la 3ème personne du singulier, le genre de l’adjectif possessif dépend de la personne qui détient l’objet et du genre de l’objet. En français,l’adjectif   peut se trouver devant ou derrière  qui provoque un changement du sens de l’énoncé : Ex : Un pauvre homme/ un homme pauvre,Un grand homme/Un homme grand,Un homme brave/Un brave homme

Homonymie grammaticale/ lexicale :

L’homonymie grammaticale et lexicale est une des difficultés principales qui est très souvent à surmonter et même  après  une bonne maîtrise de la langue il arrive qu’elle entrave la compréhension et la communication.

Homonymie grammaticale : à /as ; les /l’ai ; là / l’a/la ; ce/ se ; des/dès/ dé ; leur/leurs/ l’heure ; ma/ m’as/ m’a ; sans/cent/sang/ sens/sent ; été/étais/était/étaient ; cet/cette/ sept /ces/ses/c’est/sais/sait ; on/ont ; non/nom/n’ont ; ou/où ; sa/ça ; son/sont ; par/ pars/ part ; ton /t’ont/thon etc.

Homonymie lexicale : mer/mère/ maire ; mal/malle ;parti/partie ; compte/ comte/conte ; peau/pot ; bon/bond/ laid /lait  ;  saine/ scène ; sale/ salle ; coup/ cou/coût ;  ancre /encre ; tante/ tente; port/pore, porc; foi/foie/fois ;  phare/fard ; mettre/ maître/mètre ; guère / guerre ; mur/mûre/mûr ; pain/pin ; vert/verre, ver/vers ; sot/saut/seau/sceau ; pomme/paume etc.

 Conclusion :

La motivation des apprenants est un des facteurs décisifs quand il s’agit de surmonter les difficultés d’apprentissage et d’obtenir  ainsi de meilleurs  résultats dans l’enseignement d’une langue étrangère.Pour cela il ne faut pas négliger le rôle des méthodes qui devraient éveiller l’intérêt et la curiosité des apprenants, être adaptées au niveau des élèves et tenir compte des difficultés provenant des particularités de la langue maternelle afin de  faciliter le processus d’apprentissage et rendre le travail plus efficace et motivant.De nouveaux programmes et projets du Ministère de l’Education, conformes au Cadre de langue  européen, ainsi que les nouvelles méthodes d’apprentissage de langue étrangère ont fait  leur entrée dans les établissement scolaires au cours de l’année 2014 -2015.L’accent y est mis sur l’approche communicative, sur un nouveau choix de textes contemporains et surtout des documents authentiques qui favorisent une meilleure maitrise de la langue vivante, sur des moyens plus efficaces d’enseigner le lexique en donnant non seulement la définition des mots, mais aussi leur emploi dans des situations concrètes.

 

Bibliographie:

B.Lekova. Language Interference and Methods of Its Overcoming in Foreign Language Teaching in: Trakia Journal of Sciences, vol 8, suppl. 3, pp 320-324, 2010

St .Mateva , R. Danailova  , Homonymie  Francaise, Sl ., 2001,p. 215

Peicheva,  Des problèmes dans l’apprentissage d’une langue étrangère, 1988

 

Christina Angelova

Etudiante en Master 2 Didactique des langues , l'université Paris 3 Sorbonne Nouvelle

More Posts


Une réflexion sur « Les difficultés d’apprentissage du français par les apprenants bulgares »

  1. Christina, ton article nous donne un aperçu de certaines réalités. Je ne suis pas d’accord avec la première phrase de ton article : « Les erreurs que chaque individu commet lors d’apprentissage d’une langue étrangère sont dues le plus souvent à l’interférence de la langue maternelle et celle qu’on est en train de maitriser ». Est-ce que c’est ton avis après d’observations ou est-ce que cette idée vient d’une de tes références ? Sans langue maternelle on aurait pas appris une langue étrangère. Toutes les langues mènent au Langage. Les interférences font partie d’un processus naturel, l’apprentissage d’une nouvelle langue, mais à mon avis éloigner la langue maternelle de la classe de FLE ne conduirait pas forcément à moins d’erreurs. La langue maternelle comme le démontrent des travaux de V. Castelotti (2001) et de L. Dabène (1994) par exemple peut avoir le rôle d’appui. Si on compare le fonctionnement de deux langues sachant qu’en plus on parle de deux langues venant de la même famille (langues indo-européennes) peut-être ce sera plus efficace qu’une immersion en français.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.