Apprentissage des mots

Compte rendu de lecture

Dans l’article « Lexique mental et apprentissage des mots » (2006), Van der Linden tente de résumer les résultats de nombreuses études antérieures sur le lexique mental et sur l’apprentissage des mots.

L’auteure rappelle que c’est depuis les années 80 que les chercheurs en linguistique acquisitionnelle commencent à s’intéresser à l’apprentissage des mots. Bien que l’enseignant a toujours évalué les connaissances lexicales de ses élèves, la façon dont ils apprenaient des mots n’a pas été forcément une question centrale. En effet, jusqu’alors, cela a été le terrain des psychologues. La situation a évolué depuis, et aujourd’hui, le fonctionnement du lexique mental et les mécanismes de stockage des mots dans la mémoire sont des sujets qui intéressent non seulement les psycologues mais aussi les linguistes. Notamment la question qui préoccupe ces derniers est de savoir comment apprendre efficacement des mots. L’auteure présente d’abord certaines recherches menées dans le domaine de la psycholinguistique, ensuite celles dans l’acquisition des langues étrangères.

Les recherches psycholinguistiques se concentrent sur des questions portant sur la structure du lexique mental. Selon certaines études, on pourrait dire que, dans notre langue maternelle, on possède environ 50.000 mots (l’estimation du nombre des mots varie selon les études), qui sont stockés de façon organisée dans la tête. Plusieurs recherches ont été menées pour saisir cette organisation. Elles portent principalement sur deux aspects : la vitesse avec laquelle le locuteur retrouve un mot dans son lexique mental, et les relations entre les mots dans la mémoire. Pour la vitesse, les résultats de ces recherches montrent que « les mots fréquents se reconnaissent plus vite que les mots moins fréquents », et « les mots concrets se reconnaissent plus vite que les mots abstraits » (ibid. : 35). Pour les relations entre les mots dans le lexique mental, il s’est avéré que les liens qui existaient entre mots étaient particulièrement forts s’il s’agissait du même champs lexical.

Regardons ensuite les connaissances lexicales en langue étrangère. Les questions qui se posent portent sur les lexiques des deux langues de l’apprenant et leur stockage. Selon certaines études, « les lexiques des deux langues sont stockés séparément, avec un accès direct des concepts aux mots dans les deux langues » (ibid. : 36). Par ailleurs, à en croire Kerkman et De Bot (1989), « le stockage des mots de L2 est probablement différent selon, d’un pert, le niveau d’apprentissage en L2, et de l’autre, les caractéristiques du mot en question » (Van der Linden, 2006 : 36) : les apprenants avancés et les bilingues équilibrés stackeraient des mots des deux langues ensemble dans la mémoire, alors que chez les  apprenants de niveaux inférieurs, ils seraient stockés séparément. Selon Hulstijn et Tangelder (1991), les confusions entre deux mots commises chez les apprenants seraient dues plutôt à la ressemblance de sens qu’à celle de forme.

Passons aux connaissances lexicales des bilingues. D’après certaines études, chez les bilingues, les lexiques des deux langues ne correspondraient pas à « deux entitées séparées » (Van der Linden, 2006 : 37). L’auteure fait un lien entre ce résultat et celui de l’étude de Swinney (1979) : ce dernier montre que chez des monolingues, « les deux sens d’un mot polysémique sont toujours avtivés simultanément », même si le contexte désigne clairement l’un des deux significations (Van der Linden, 2006 : 37). Selon l’auteure, cette relation de polysémie existerait également entre des mots qui appartiennent à deux langues différentes. On peut suggerer que le stockage des formes des mots et le stockage de leurs significations sont communs, d’où l’activation simultanée.

Les recherches linguistiques sur l’apprentissage des mots, de leur côté, s’intéressent tout d’abord au nombre de mots à connaître pour comprendre une langue étrangère. Selon les résultats de nombreuses études, pour comprendre globalement un texte écrit, il faudrait connaître au moins 90 % des mots employés dans le texte. Dans la plupart des textes, ce “ 90 % ” correspond à peu près aux 5000 mots les plus fréquents d’une langue. Pour comprendre un texte sans problème, il semblerait qu’il faudrait connaître 95 % des mots, soit 11.000 mots. Par ailleurs, le nombre de mots en L2 dont disposent les apprenants avancés serait autour de 10.000 mots (contrairement à 50.000 mots chez les locuteurs natifs).

La question est maintenant de savoir comment apprendre des mots au maximum et de la façon la plus efficace. Tout d’abord, c’est le rôle du contexte qui a intéressé les chercheurs. Certaines études montrent que apprendre des mots dans un contexte significatif qui demande à l’apprenant une participation active est probablement efficace. Ensuite, l’auteure aborde le rôle du son et des images. Comme elle le dit, « l’apprenant a un double accès au sens du mot, par la forme verbale (le son du mot), et par l’image » (ibid. : 41). Lorsqu’il y a plusieurs sources d’informations, l’apprentissage serait stimulé selon la théorie d’apprentissage d’Anderson (1983). D’après des recherches sur l’influence du son et de l’image dans l’apprentissage des mots, présenter un mot avec la prononciation ou avec une image débouche sur un meilleur apprentissage. Pourtant, la combinason des deux n’amène pas forcément à une meilleur résultat que lorsque l’on a recours par exemple seulement à l’image.

L’auteure souligne à la fin que, dans le domaine du lexique mental et dans celui de l’apprentissage des mots, énormément de questions restent toujours sans réponse. Encore plus de recherches permettront de nombreuses transpositions des connaissances dans l’enseignement des langues étrangères.

Référence

Van der Linden, E. (2006), « Lexique mental et apprentissage des mots », Revue française de linguistique appliquée, 2006 / 1, vol. 11, 33-44. https://www.cairn.info/revue-francaise-de-linguistique-appliquee-2006-1-page-33.htm, consulté le 19 mai 2016.

Sayaka WAKASA

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.