Pourquoi ai-je choisi ce sujet de mémoire ?

En parcourant les titres des mémoires des étudiants en M2 à Paris 3, on peut aisément s’apercevoir de la richesse du champ de la didactique du français langue étrangère. En effet, on peut aussi bien s’arrêter sur des sujets qui traitent de politiques linguistiques, de francophonie, de diversité culturelle ou de littérature que sur des sujets qui analysent des approches didactiques, des manuels scolaires ou des types d’évaluation, etc.  Il n’y a pas lieu de préciser que cette petite liste n’est pas exhaustive.

Dans ce puits sans fond de possibilités, j’ai dû comme tous mes camarades de promotion, « me situer » rapidement dans un champ complexe. Pour se faire, j’ai en premier lieu posé ma réflexion sur le choix de mon sujet de recherche, décision qui entraina avec elle, le choix de l’encadreur, du lieu du stage et la création de ma bibliographie, etc.

Je partais avec ce qui me semblait être un petit avantage, j’étais passionnée par le statut ambigu et toutes les péripéties que la langue française a connu dans mon pays et c’était bien de ce sujet dont je voulais rendre compte.

Ce pays qui n’adhère toujours pas à l’Organisation Internationale de la Francophonie mais qui par son nombre de locuteurs de langue française, est considéré comme l’un des premiers pays francophones (certaines études parlent de premier pays francophone après la France) est l’Algérie.

Par ailleurs, dans le cadre d’un séminaire intitulée, Didactique des langues maternelles et des langues étrangères, a émergé l’évidence du choix de mon (futur) encadreur. Les différents sujets abordés et les parenthèses faisant cas des exceptions au Maghreb, et particulièrement en Algérie m’ont confirmé l’intérêt de ce professeur pour ces questions, raison pour laquelle, il a voulu encadrer ce mémoire de recherche.

Ensuite ? Il est clair que l’intérêt pour un pays ne suffit certainement pas à délimiter un sujet ou à situer un champ de recherche. Parlerais-je de politiques linguistiques, de littérature d’expression française, de contact des langues, etc. Là aussi les possibilités étaient infinies, alors que choisir dans cet océan de sujets passionnants ? D’une brève conversation avec mon encadreur, je me suis enrichie de trois précieux conseils : premièrement, il peut être ennuyeux à la fois pour soi-même et pour les autres, de se consacrer à l’étude de ce qu’on appelle un sujet rabattu. Effectivement, à quoi sert-il de répéter inutilement ce qui a été brillamment dit par le passé ? Une recherche que l’on salue est une recherche actuelle qui soulève de nouvelles questions et de nouvelles perspectives. Cette remarque m’a permis de mettre de côté de nombreux sujets où je me serai sans conteste écroulée sous le poids de trop nombreuses références. Le deuxième conseil consistait lui, à restreindre au mieux son champ d’investigation ; on ne peut aborder en une centaine de pages tous les facteurs ayant un lien avec notre sujet. Ainsi, il fallait mieux approfondir un angle de recherche que de proposer un regroupement de questions dans une étude mal structurée et sans réponses apportées. Le troisième et dernier conseil m’encourageait à partir collecter des données directement sur le terrain car il fallait à tout prix, éviter de tomber dans les compte rendus superposés de livres.

Éclairée par ses remarques, mon champ de recherche commençait petit-à-petit à se dessiner.Je me suis posée alors une seule question, qui peut sembler de prime abord déroutante mais qui est, en réalité une bonne manière de commencer à penser une recherche. Qu’est-ce qui me semble être l’élément le plus curieux ou le plus paradoxal dans le système éducatif algérien actuel?

La réponse n’a pas tardé puisque ayant moi-même étudié en Algérie jusqu’à l’obtention de ma licence de Langue et littératures française, j’étais auparavant scolarisée dans un système (primaire, collège et secondaire) où la langue arabe est la langue de tous les enseignements et où le français comme l’anglais sont enseignés comme des langues étrangères ; cependant, (et c’est ici que se trouve l’élément paradoxale), l’enseignement supérieur scientifique et technique continue à être dispensé en langue française ! Dans le cadre de ce mémoire, j’ai donc choisi de me consacrer à l’étude de la rupture linguistique dans la continuité de l’acquisition des connaissances entre l’enseignement scolaire dispensé en arabe et l’enseignement supérieur scientifique, dispensé en langue française et ses conséquences sur la qualité de l’enseignement algérien.

Dans mon cas, le sujet de mon mémoire m’a conduit à penser mon champ de recherche et non pas l’inverse. De surcroit, même si un sujet est très nettement délimité, le champ de recherche, reste lui, toujours ouvert puisque que l’on fait appel à des concepts très variés dans diverses domaines des sciences du langage. A ce sujet, Philippe Blanchet témoigne que « l’histoire des sciences nous montre qu’il est difficile d’étudier un objet complexe sans être amené, de manière ponctuelle ou fondamentale, à croiser d’autres objets et d’autres champs tant les frontières en apparaissent fragiles »[1].  On ne fait donc et il y a bien des raisons à cela, uniquement se situer dans un champ de recherche.

[1] BLANCHET, Philippe. Les sciences du langage, un vaste champ de recherche, Sciences Ouest [en ligne], 2003, Le langage n°205 [consulté le 30 mars 2016].  Disponible sur http://www.espace-sciences.org/archives/science/18572.html

 


7 réflexions sur « Pourquoi ai-je choisi ce sujet de mémoire ? »

  1. J’ajouterai, pour ma part, que ce choix ne cesse de s’affiner au fil du temps et ,ce, suite aux innombrables lectures qu’on ait eu à faire. De surcroit, l’intégration de la communauté scientifique que ce soit par la participation à des colloques, à des journées d’études ou par nos premiers par sur « Arlap », qui personnellement, m’a permis de repenser et d’étoffer mon sujet à maintes reprises .

  2. Merci Betty pour ton commentaire. Je me retrouve aussi dans ce que tu dis… J’ai aussi tendance à me disperser, ce qui ralentit beaucoup mon travail.
    C’est peu-être ce qu’il y a de plus dur quand on y réfléchit: savoir démêler le plus important du moins important et ne pas s’arrêter à tout bout de champ. Même dans ma rédaction, je peux bloquer une demi-heure parce qu’une phrase ne me plait pas! En tout cas, je te souhaite bon courage également. Je me souviens de ton exposé très intéressant sur l’enseignement de la littérature en RDC et je suis sure que ton mémoire le dépassera de très loin.

  3. Oui, c’est effectivement ce que j’avais lu en me renseignant sur les politiques linguistiques. Oui, je pourrai venir! Non, je ne la connais pas encore mais ça sera également en septembre.

  4. Merci Gaëlle pour ton commentaire. La situation linguistique algérienne est malheureusement une superposition de paradoxes. En la résumant grossièrement, les dirigeants politiques successifs ont mené avec un volontarisme obstiné une arabisation précipitée dans le cycle scolaire mais à l’université, cela s’est avérée plus complexe vu la logistique francophone en place dans les filières scientifiques. Du coup, on se retrouve jusqu’à aujourd’hui dans une impasse concernant la langue d’enseignement…
    Le Maroc était dans la même situation mais les choses avancent de leur côté: les matières scientifiques seront de nouveau francisées à la prochaine rentrée scolaire.
    C’est vrai que qu’on aborde le vaste sujet de la francophonie ou des politiques linguistiques, on ne fait plus seulement de la didactique mais comme tu l’as dit de l’histoire, de la sociologie, ou de l’anthropologie! et ça nous fait prendre conscience de tous les enjeux sous-jacents que soulève les langues.

    P.S. Comme je suis rentrée en Algérie pour faire un stage, je présenterais mon mémoire en deuxième session en septembre… J’espère que tu pourras venir quand même. Ta date de soutenance ne figure pas non plus dans l’agenda?

  5. Tour comme toi, j’ai moi aussi pensé avoir ce « petit avantage » face à mes camarades. Pensant qu’en me penchant sur la sociolinguistique et la diglossie en RDC, je trouverais forcément un sujet qui me passionnerait. Finalement, quand il a fallu le préciser, ce qui semblait être un avantage s’est finalement retourné contre moi. Je voulais tout étudier, voir trop de choses, avais du mal à faire la distinction entre un sujet macro et un sujet micro, avais peur de ne pas avoir trop de choses à dire..
    Ce qui n’était alors qu’un projet de mémoire s’est transformé en un sujet précis, fort passionnant. Toutefois, lors de la rédaction, j’ai parfois l’impression de retourner dans mes anciens vices et de ne pas me focaliser sur un domaine (ce qui m’a d’ailleurs été récemment reproché).. Donc je pense, qu’en effet, les frontières des différents domaines qu’on aborde sont poreuses, mais qu’il faut sans cesse, recentrer notre sujet pour ne pas se retrouver avec un travail aux données trop larges !
    Bon courage Nora.

  6. Comme j’aborde la francophonie dans ma recherche, j’ai écrit une petit paragraphe sur la situation socio-linguistique en Algérie. J’ai effectivement constaté le paradoxe autour du statut du français dans le système éducatif et cela a suscité ma curiosité donc ton sujet m’intéresse beaucoup.
    Et je rebondis sur cette citation que je trouve véridique pour ma part « l’histoire des sciences nous montre qu’il est difficile d’étudier un objet complexe sans être amené, de manière ponctuelle ou fondamentale, à croiser d’autres objets et d’autres champs tant les frontières en apparaissent fragiles ». Au fil de l’écriture de mon cadre théorique, je me suis effectivement rendu compte que mon objet de recherche allait à la croisée de diverses disciplines (didactique, sociologie, anthropologie, sciences de l’éducation). J’ignore ta date de soutenance mais je te souhaite bon courage pour la rédaction

  7. Merci Nora d’avoir partagé avec nous le choix de ton mémoire.Et je suis comme toi, c’est le choix de mon sujet de mémoire qui a choisi le champ de recherche.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.