Les premières pages de mon mémoire

Introduction

1.1. Remarques préliminaires

Ce travail se situe dans le vaste domaine des recherches sur l’acquisition d’une langue étrangère. Plus précisément, il aborde la question de l’influence de la langue maternelle sur l’apprentissage d’une langue étrangère chez les apprenants bulgarophones. Pour cerner encore plus le sujet de notre recherche, nous nous concentrerons sur un aspect tout particulier de la linguistique contrastive, à savoir l’interférence linguistique ou le transfert. La  conception d’interférence  se fonde sur deux principes. D’abord, l’acquisition d’une langue étrangère intervient à un stade du développement cognitif plus avancé que celui atteint lors de l’acquisition de la langue maternelle. Ensuite,l’apprenant  qui apprend une seconde langue possède déjà  un bagage linguistique et un savoir-faire dans sa langue maternelle. Ce double bagage cognitif et linguistique interfère dans l’apprentissage de la langue étrangère.( Lounis Nehaoua, 2010 : 83-91) Les erreurs, appelées interférences, étaient alors perçues comme un transfert négatif de la langue source vers la langue cible( Lounis Nehaoua 2010, : 83-91). Mackey (1976 : 414) définit le concept d’ interférence ainsi : « L’interférence est l’utilisation d’éléments d’une langue quand on parle ou écrit dans une autre langue. C’est une caractéristique du discours et non du code. Elle varie qualitativement et quantitativement de bilingue à bilingue et de temps en temps, elle varie aussi chez un même individu, cela peut aller de la variation stylistique presque imperceptible au mélange des langues absolument évidents. ». Ce processus , appelé du «  transfert » ou de l’interférence, qui fait un lien  entre les structures de la langue première et l’interlangue lorsque les caractéristiques concernée ressemblent ou sont identiques à celles de la langue première , mais peut aussi , notamment lorsque les deux langues contrastent entre elles, provoquer des difficultés d’acquisition qui se traduisent par des erreurs ou des stratégies d’évitement de certains faits de la langue cible.(Vogel, 1990 : 184). Afin d’éviter ces erreurs , l’analyse contrastive a été  préconisée. Représentée par Fries, Lado, Py et Noyau, l’analyse contrastive (1950-1970) qui se base sur les travaux de la linguistique structurale et distributionnelle (Bloomfield) et sur le béhaviorisme (Skinner) consiste à décrire et à comparer les deux systèmes linguistiques afin de prédire les erreurs. La plupart des erreurs étaient perçues comme un transfert négatif  de la langue source vers la langue cible. Les erreurs étaient assimilées à une interférence et pouvaient, donc être prédites à partir d’une comparaison de la L1 avec la L2. (Lounis Nehaoua 2010, : 83-91).

Dans la présente étude, le français constitue la langue cible et pour la plupart des apprenants étudiés , le bulgare est la  langue maternelle. Cette situation acquisitionelle spécifique a des implications intéressantes pour l’analyse de  l’influence de la langue maternelle sur la langue étrangère ,dans le sens où celle-ci peut provenir de plusieurs langues. Ainsi, le français est, dans la plupart des cas, acquis après au moins une autre langue étrangère : majoritairement l’anglais.

1.2 But et  questions de la recherche

Le but général de ce travail est d’examiner à quel point  et comment la langue maternelle des apprenants bulgarophones influence l’apprentissage des prépositions et les pronoms relatifs en français langue étrangère.

Ainsi  nous effectuerons une analyse contrastive de l’influence plurilingue  telle qu’elle se manifeste dans la production écrite des 60 apprenants bulgarophones , repartis en quatre groupes : des débutants , des lycéens , des jeunes adultes et des adultes. Ces groupes  diffèrent  par rapport aux connaissances préalables en français.

Dans cette  étude, nous nous posons les questions de recherche suivantes :

Est-ce que l’influence  de la langue maternelle  pose  des difficultés lors de l’apprentissage des pronoms  relatifs et les prépositions en français ?

Est-ce que la langue maternelle joue le rôle d’outil d’apprentissage ?Est-ce que l’influence de la langue maternelle facilite l’apprentissage du français langue étrangère ?

De quelle manière  cette influence facilite l’apprentissage des prépositions et des pronoms relatifs en français ?

Est-ce que les langues étrangères déjà acquises ultérieurement, influencent l’apprentissage du français ?Et si oui, de quelle manière ?

Pour  répondre à ces questions, une observation des classes d’apprenants de français du niveau B1 a été effectuée au sein de l’Institut français de Bulgarie et du lycée bilingue « Sainte-Sophie » à Sofia(Bulgarie). A la suite de ce stage  un corpus de copies d’ élèves a été  conçu et sera l’objet d’une analyse approfondie des diificultés  que les apprenants rencontrent dans l’emploi des prépositions et des pronoms relatifs en français.

Nous avons également  effectué des  entetiens  semi-dirigeants auprès des enseignants, ainsi que des questionnaires pour les apprenants  afin de mieux répondre aux questions.

1.3 Plan du travail

Ce  premier chapitre  introducteur  sera suivi par un deuxième chapitre qui représentera  le cadre théorique ,en abordant la question de l’interlangue, des interférences linguistiques et de l’analyse contrastive. Le chapitre 3 présentera le contexte et le stage d’observation  effectué en Bulgarie. Ce qui sera suivi par un quatrième chapitre qui sera consacré à  la présentation d’un corpus des copies d’ apprenants en français et les résultats de l’analyse de ce  corpus.Le dernier chapitre (chapitre 5 ) verifiera les hypothèses et conclura le travail.

Bibliographie:

Lounis Nehaoua ,2010 : Les idiosyncrasies scolaires dans l’apprentissage d’une langue étrangère

Vogel Klaus ,1995 : L’interlangue ,Edition  Presses universitaires du Mirail

William. F. Mackey, 1976: Bilinguisme et contact des langues, Edition Klincksieck, Paris

Christina Angelova

Etudiante en Master 2 Didactique des langues , l'université Paris 3 Sorbonne Nouvelle

More Posts


3 réflexions sur « Les premières pages de mon mémoire »

  1. Merci Gabriela pour ton commentaire!Au début je m’avais concentré que sur le bulgare et le français mais pendant mon stage en Bulgarie je me suis rendue compte que les interférences des apprenants ne sont pas uniquement dues à la langue maternelle mais aussi aux langues déjà acquises: à savoir l’anglais, l’espagnol et l’allemand.

  2. Christina, tout d’abord félicitations car personnellement je déteste montrer mon travail surtout quand il n’est pas fini mais je sais que j’ai tort car je pourrais avoir des commentaires qui m’aideraient dans ma rédaction !
    Ensuite, merci de nous montrer ta façon de présenter les titres : 1, 1.1, 1.2 c’est un détail qui retient mon attention car à quelques semaines de l’échéance, tout me rend nerveuse :S

  3. Bravo Christina, tu avances bien! Je trouve très intéressant de faire une analyse contrastive de l’influence plurilingue présente dans la production écrite des apprenants. Tu nous diras pour ta soutenance. Ce sujet m’intéresse beaucoup !
    Bon travail.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.