Difficultés rencontrées dans l’écriture de mon mémoire

 

Au cours de mes recherches, j’ai rencontré beaucoup de difficultés…j’avoue que ce n’est pas du tout facile à écrire un mémoire, un ouvrage de cent pages où toutes nos idées liées au sujet qu’on veut traiter doivent être rassemblées de manière cohérente et harmonieuse.

Je commencerai par évoquer la difficulté concernant le choix du titre. Jusqu’à présent, je l’ai changé plusieurs fois…autant de fois, que lors de la pré-soutenance du mémoire, quand on nous a demandé d’écrire le titre au tableau, j’avais même oublié quelle était la dernière version. Après plusieurs hésitations, je me le suis souvenu, je l’ai écrit au tableau, ensuite, à la suggestion de mon professeur, je l’ai modifié à nouveau et jusqu’à présent il est resté le même : « La grammaire et les manuels roumains de français langue étrangère ».

D’autres difficultés ont été liées au choix du corpus à analyser. Le corpus que je compte analyser est constitué de manuels de français langue étrangère. D’ailleurs le titre l’indique bien.  Le problème qui s’est imposé était de faire le choix de ces manuels. A partir de  quels critères les choisirai-je pour qu’ils soient les plus représentatifs?  Afin de trouver une solution à cette difficulté, j’ai suivi les précieux conseils de mon directeur de mémoire qui m’a suggéré  de consulter le site du Groupe de recherche apprentissage et contexte (GRAC), voir les recherches sur  » Grammaire et contextualisation » réalisées autour des sujets comme la grammaire, le contexte et la contextualisation. Personnellement , je trouve très utile ce site et je le conseille vivement à ceux qui poursuivent des recherches s’inscrivant dans le même champ d’études .

Le projet du groupe Grac est « d’organiser et de mener à bien des études systématiques des formes de  contextualisation  de la grammaire du français (comme description de la langue) dans des ouvrages de grammaire française  produits  hors de France  et qui peuvent être adaptés aux utilisateurs concernés »[1], par conséquent  la recherche porte sur les formes observables de la contextualisation de la description du français dans les grammaires produites  à l’étranger  (français enseigné comme langue étrangère). Dans mon cas, l’étude porte sur la grammaire des manuels de français langue étrangère publiés le plus récemment,  fabriqués en Roumanie, conçus par des auteurs roumains, approuvés par le Ministère de l’Education, adaptés aux élèves d’origine roumaine des institutions scolaires etc.

Je compte examiner le discours grammatical de ces manuels afin de révéler entre autres leurs spécificités, voir s’ils s’écartent sur certains points des manuels de FLE conçus par des auteurs francophones, pour s’adapter aux représentations et à la culture métalinguistique des apprenants du contexte roumain.

En même temps, je m’attends à ce que j’y retrouve une grammaire  adaptée au contexte spécifique roumain afin d’être utilisée dans l’enseignement institutionnel.

Une autre difficulté rencontrée est la réalisation de l’état des lieux concernant mon sujet. Jusqu’à présent j’ai trouvé peu de travaux qui ont été consacrés aux études liées à ma recherche. Pourtant, en continuant à chercher, j’espère réussir à trouver les données nécessaires afin de  finaliser mon travail.

Je vais conclure par une note optimiste, on essayant de me convaincre que pour tout problème il y a une résolution. Petit à petit, à force du travail et de la persévérance  on peut obtenir de bons résultats.

 

Sitographie:

[1] http://www.univ-paris3.fr/grac-grammaires-et-contextualisation,  consulté le 28 mai 2016

Timuc Mirela

Étudiante en Master 2 - Didactique du Français Langue Étrangère

More Posts


12 réflexions sur « Difficultés rencontrées dans l’écriture de mon mémoire »

  1. Merci, Laura, d’avoir partagé ton expérience liée à l’élaboration du mémoire. Le fait de savoir que je ne suis pas la seule à avoir rencontré des difficultés dans l’écriture du mémoire me rassure et me donne le courage de continuer.

    Ton sujet, « L’enseignement-apprentissage des langues par la pratique théâtrale » me semble très intéressant. D’ailleurs, grâce à ton partage j’ai découvert une nouvelle méthode d’enseignement, la méthode « gottodrama », que je ne connaissais pas avant et dont je viens de lire qu’elle a pour objectif principal de combiner l’enseignement de la langue et les techniques théâtrales. Cette méthode doit être très efficace pour stimuler la motivation et la communication des apprenants.

    En ce qui concerne les difficultés que tu as rencontrées, peut-être ce serait bien que tu demandes des conseils à ton directeur de mémoire afin que tu puisses finaliser ton travail.

    Je te souhaite de trouver l’inspiration nécessaire dans la poursuite de ton travail d’écriture!

  2. Merci, Mirela, pour ton billet, qui m’a donné envie de relater les expériences vécues sur le long chemin de l’élaboration de mon mémoire, à la thématique très différente de la tienne : je travaille, pour ma part, sur l’enseignement-apprentissage des langues par la pratique théâtrale.
    Comme toi, j’ai longuement hésité sur le titre, qui, à ce jour, n’est toujours pas définitif : il m’apparaîtra comme une évidence, je l’espère, à la fin de la rédaction complète.
    De même, ma principale difficulté est liée, elle aussi, au corpus, c’est à dire à mon terrain de recherche : un atelier de théâtre bilingue espagnol/FLE universitaire dans le but d’apprendre l’une des deux langues cibles. Il se trouve que l’animatrice de cet atelier s’est vue confrontée à des problèmes d’absentéisme et de discipline, ce pourquoi elle n’a pas pu appliquer la méthode « gottodrama » d’enseignement de la langue par le théâtre qu’elle avait prévue. D’une façon générale, je l’ai sentie, tout au long de mes observations, « déboussolée » parce qu’ayant du mal à maîtriser ses étudiants. J’ai filmé toutes les séances et choisi un corpus de douze scènes ,(contenu dans la dernière partie du mémoire, que je vais bientôt aborder), jouées respectivement par une francophone en espagnol et par un hispanophone en français, à des étapes de travail différentes. Et voilà mon problème actuel : je vais avoir du mal à analyser ces séquences : d’une part, elles sont trop rapprochées dans le temps pour constater un réel « progrès » linguistique des participants et d’autre part, au jour d’aujourd’hui, (je réfléchis en même temps que j’écris), je ne sais pas exactement ce que je dois chercher dans ces images…! Je ne parviens pas à me sortir de la tête que l’atelier a été « raté »(accidentellement : c’est une mauvaise année », m’a avoué l’animatrice) et qu’il n’est pas représentatif de l’apprentissage d’une langue par le théâtre. Alors je vais devoir mettre les mains à la pâte pour trouver ma « matière »de travail. C’est en forgeant qu’on devient forgeron, dit le proverbe…

  3. Merci d’avoir partagé ton expérience avec nous. C’est vrai qu’il est difficile de structurer un long exposé mais il ne faut pas se décourager… Il faut travailler notre mental de chercheur comme font les sportifs! Pour eux l’entrainement et pour nous la rédaction. On finira bien par constater les résultats!
    D’autre part, je pense que tu ne devrais pas t’inquiéter de ne pas trouver suffisamment de corpus. Cela veut tout simplement dire que ton sujet n’a pas fait l’objet d’innombrables études et que ton travail apportera donc de nouvelles perspectives.
    Pour le titre, pourquoi pas: « Enseignement de la grammaire dans les manuels roumains de français langue étrangère » ? ou bien « Analyse des manuels roumains de français langue étrangère; quel place accordée à la grammaire ? » Juste quelques idées. Bon courage à toi.

  4. Merci, Mirela, je prendrai connaissance du contenu de cet article, puisque ces trois termes concernant la grammaire, notamment « ordinaire, pédagogisée, transposée », éveillent ma curiosité. En outre, je vois que tu attribues à la grammaire « ordinaire » une signification différente de celle que j’ai tirée d’un article de Porquier (2007), ce qui me fait lire plus sur ce sujet.

    Bonne rédaction!

  5. Merci Christina pour tes encouragements! Bonne chance à toi aussi!

  6. Merci Mirela d’avoir partagé ton chemin de recherche et les difficultés et les contraintes que tu as recontrées. Je suis d’accord que trouver des travaux sur ton sujet présente un vrai défi mais ne cesse pas à chercher. Moi aussi au début j’avais du mal à trouver des travaux (surtout en français). Il y a beaucoup de travaux qui sont qu’en anglais.Je te souhaite bonne chance avec ton mémoire! Je suis sure que tu vas y arriver! 🙂

  7. Merci Anna pour ton commentaire!

    Pour mieux comprendre, je te conseille de lire l’article « Grammaire et contextualisation » (pages 10 et 11) où tu peux lire que les « Grammaires ordinaires, pédagogisées, transposées sont utilisées dans l’enseignement ». Par « grammaire pédagogisée » je comprends la transposition de la grammaire savante, universitaire, non-pédagogique, afin d’être adaptée à l’enseignement. Peut-être je me trompe en pensant que « grammaire pédagogisée » est synonyme avec « grammaire pédagogique ». En tout cas, merci de m’attirer l’attention sur la signification de ces termes! J’y réfléchirai.

  8. Je te conseille vivement de consulter le numéro que j’ai découvert il y a quelques jours et qui porte sur ton sujet (au cas où tu ne l’a pas encore lu), à savoir :

    Beacco J.-Cl., Kalmbach J.-M., Suso López J., (2014) « Les contextualisations de la description du français dans les grammaires étrangères », Langue française 181, Paris, Larousse. [En ligne] Consulté le 31/05/16 URL : https://www.cairn.info/revue-langue-francaise-2014-1.htm

  9. Mirela, merci d’avoir partagé avec nous les difficultés que tu as rencontrées au cours d’écriture de ton mémoire. Je suis d’accord avec toi que tout problème lié à la recherche a une solution. Ainsi, il est important de rester optimiste.

    Comme mon mémoire s’inscrit également dans le domaine de la grammaire du FLE, je m’intéresse beaucoup à ton sujet. Après avoir lu ton billet, j’aimerais te demander ce que tu entends par “une grammaire ordinaire, pédagogisée, transposée” ?

    Je me rappelle que Porquier ([1], 2007) définit la grammaire ordinaire comme “la grammaire telle qu’elle est présente, latente, sous-jacente derrière les énoncés et les interactions du langage courant, usuel, naturel. Et donc dans le cerveau des gens […]” ([1], p. 27), ce qui signifie que c’est la grammaire intériorisée, et elle donc “n’a pas d’explicitation dans les manuels de grammaire ni dans les méthodes de langue, et échappe même aux descriptions des linguistes” (Ibidem). Est-ce que c’est ce type de grammaire que tu appelles “la grammaire ordinaire” ? Si oui, je comprends mal comment tu peux la retrouver dans les manuels que tu veux analyser ? Quant à deux autres termes, je n’ai aucune idée.

    [1] PORQUIER, R. (2007), « Grammaire ordinaire, source d’activités… », Le Français dans le monde 354, Paris, FIPF/CLE International, p. 27-29.

  10. Merci de partager ton expérience ! La même difficulté nous arrive souvent que le sujet est très pointu et peu de travaux le traitent. Selon mon expérience, si le sujet est peu traité, il y a aussi des avantages ! On est plus libre d’associer des théories « générales » au service de ma recherche, employées dans des terrains proches ou bien même dans d’autres disciplines. Ce qui est le cas de mon mémoire, où j’emprunte beaucoup de la science de l’éducation, en réfléchissant sur une spécificité en didactique des langues. Peut-être ce serait une piste ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.