Compte rendu de L’acquisition de plusieurs langues. D’où vient l’idée de la perfection phonétique dans mon mémoire (deuxième partie)

Chapitre V les conséquences cognitives du bilinguisme 

Ce chapitre vise à montrer le changement de direction des recherches sur des conséquences cognitives du bilinguisme, des recherches centrées sur déficits à celles qui centrent sur des avantages. Les travaux de Byalistok et ses collègues suggèrent que le traitement de l’information chez les bilingues aide à empêcher des maladies telles sont la maladie d’Alzheimer. Néanmoins ce processus peut aussi conduire à un coût cognitif important.

On commence par des déficits découlant du bilinguisme :

Quant à la taille du vocabulaire, le nombre du lexique chez les bilingues dans chacune de ces deux langues est moins que cel de chez les monolingues. Alors que la quantité des concepts des bilingues dans chacune des langues est pareille que celle des monolingues.

Lors de l’accès au lexique dans la dénomination, les bilingues ont eu besoin de plus du temps pour y arriver que les monolingues. Une explication souligne qu’il est possible que les représentations lexicales sont moins fréquentes dans la langue dominante chez les bilingues que dans la langue des monolingues. Une autre explication indique qu’il résulte de l’interférence entre les langues qui exige du temps. À part le déficit dans l’accès au lexique, d’autres recherches sont menées par le biais de différentes tâches telles sont l’identification du mot dans le brut, décision lexicale,  ou encore fluidité lexicale, dans le but d’expliquer les origines de ces déficits.

Dans ce qui suit, le regard se tourne vers les avantages du bilinguisme :

Les personnes bilingues possèdent une meilleure capacité dans les activités métalinguistiques, selon Vygotsky, « le bilinguisme pourrait rendre les enfants plus sensibles au caractère arbitraire des relations entre formes et significations » (KAIL : 2005 : 92). Prenons un exemple apparu dans l’ouvrage, face au conflit au sens et à la forme des phrases, l’enfant bilingue gère mieux que l’enfant monolingue.

De multiples tâches ont été effectuées telles sont la tâche de Stroop, la tâche de Simon, la tâche de Flanker, dont les résultats révèlent un meilleur contrôle exécutif chez les bilingues grâce à leur habitude à gérer la compétition entre les deux langues (le contrôle exécutif se constitue de trois fonctions : la mise en jour de la mémoire du travail, l’inhibition de distracteurs ou de réponses, et la flexibilité cognitive.). Ils concentrent mieux au sujet poursuivi et sont capables de se dégager des indices trompeurs (une capacité d’inhibiter d’autres facteurs dérangeants dans la production du langage)

Pour approfondir nos connaissances à cet égard, on peut remonter jusqu’au système attentionnel qui consiste de différentes capacités cognitives : l’alerte (maintien d’un état d’attention), l’orientation (sélection d’information) et le contrôle exécutif. Toutes les trois composantes ont été examinées dont les résultats montrent que, dans les dimensions d’alerte et de contrôle exécutif, les bilingues sont meilleurs que les monolingues alors dans la dimension d’orientation, il n’y a pas d’effet évident jusqu’à maintenant.

Finalement, le fait de pratiquer deux langues permet aussi à une réserve à un fonctionnement cognitif normal malgré le vieillissement et de la lésion de cerveau. Même s’il ne peut pas empêcher l’arrivée de la maladie d’Alzheimer, il aide à la retarder chez les bilingues par rapport aux monolingues.

Chapitre VI les bases cérébrales de l’acquisition bilingue 

Ce chapitre s’intéresse à la mise en relation de l’acquisition bilingue et le cerveau. On s’interroge sur la différence entre le cerveau bilingue et cel de monolingue, sur la possibilité du changement de l’organisation d’une certaine partie du cerveau en apprenant une autre langue, etc. Ce qui est nouveau, c’est qu’on procède à expliquer tous ces phénomènes à partir d’une nouvelle perspective, les neurosciences cognitives.

La conception localisatrice et les aires du langage 

La théorie dans une perspective localisatrice est d’origine dans XIXe siècle, qui relie une certaine fonction avec des parties de différentes localisations du cerveau. Par exemple, l’aphasie de Broca est un problème de la production du langage, alors l’aphasie de Wernicke, la compréhension. Pourtant, des recherches ont prouvé que cette théorie localisatrice de manière précise ne s’applique pas au modèle du langage.

De ce fait, des études lésionnelles se sont consacrées à dévoiler quelles sont les structures nécessaires pour le traitement du langage, dont les résultats indiquent qu’il s’agit de l’hémisphère droite qui est plus impliqué chez les bilingues que chez les monolingues.

Les neurosciences cognitives du bilinguisme 

Deux méthodes importantes sont introduites pour rendre compte de l’activité des neurones dans une région du cerveau lors du traitement du langage, soit IRMF (imagerie fonctionnelle par résonance magnétique) et PE (potentielles évoquées électriques). IRMF et PE sont servis au traitement de L1 et L2 chez les bilingues, les résultats montrent une interaction entre l’âge et les activités neuronales.

Les changements structuraux du cerveau induits par l’expérience bilingue 

Finalement, on s’intéresse à l’influence de la part des expériences bilingues aux structures du cerveau, est-ce que l’apprentissage d’une nouvelle langue va changer d’anciennes structures ?

Les recherches sont lancées à travers l’examen de trois paramètres : la densité de la matière grise, l’épaisseur corticale et l’intégrité de la substance blanche. Les résultats montrent que, par rapport aux monolingues, les bilingues ont une plus grande densité de la matière grise, plus l’apprentissage est efficace, plus l’acquisition se fait au jeune âge, plus la densité s’accroît. De plus, même une courte durée d’apprentissage peut entrainer des changement de la densité de la matière grises et de la substance blanche.

Mise en relation avec le sujet de mémoire 

L’ouvrage de Michèle Kail, intitulé l’acquisition de plusieurs langues (2015), s’inscrit dans des recherches sur des fonctionnements cognitifs, des théories du langage et celles de la cognition. Néanmoins, il est à noter qu’un ouvrage précédant de même auteure, l’acquisition du langage (2012) a un lien inéluctable avec le premier, parce que l’ouvrage précédent s’intéresse sur l’acquisition de L1, dont des recherches sont bien organisées et des résultats clairement montrés, s’appuyant sur lequel cherche le nouveau livre de Kail à élargir le champ et travailler sur l’acquisition bilingue voire plusieurs langues. Au bout de la lecture, on constate, d’un point de vue global, que les recherches sur les monolingues sont bien solides, tandis qu’il reste beaucoup de potentiel dans celles de L2, ce faisant, les recherches de l’acquisition bilingue se caractérisent par une structure interne déséquilibrée, c’est-à-dire, les recherches sur l’acquisition de L2 est en comparaison avec celle de L1, dans le but d’élucider le processus, dont des analogies ou des différences, alors que les portions des recherches de ces deux secteurs ne sont pas équivalentes.

En tant qu’apprenante étrangère ayant vécu un long processus de l’acquisition et de la correction de la phonétique française, quelques dimensions dans cet ouvrage m’intéresse particulièrement. Dans le chapitre III, l’auteur souligne que les bébés se disposent d’une capacité à distinguer des contrastes phonétiques qui se décline tout au long de la maturation neuronale. Et dans le chapitre IV, l’auteure évoque que pour les bilingues successives, ceux qui distinguent bien les sons dans sa langue première nuancent mieux ceux dans L2, que le problème d’accent est issu de la perte de plasticité, d’où vient le point de vue que l’âge détermine le degré de l’accent, pourtant, il indique qu’il est aussi possible pour un adulte bilingue d’avoir un accent natif ou quasi natif. Tout ce qu’on vient de mentionner met l’emphase sur la corrélation négative entre la réussite phonétique chez les bilingues et l’âge, mais il ne nie pas la possibilité pour un apprenant adulte d’avoir un accent natif, pourtant, l’auteur n’indique non plus comment les non-natifs peuvent y arriver. Alors nos réflexions portent plutôt sur comment arriver à acquérir un accent plus proche des natifs.

C’est ainsi que cette perspective d’ « accent » me donne l’inspiration, dans une certaine mesure, à mettre en relation de la poésie de Baudelaire à la perfection phonétique des apprenants chinois (mon sujet de recherche est Didactique de la littérature du FLE en milieu universitaire chinois : des poèmes extraits dans des Fleurs du Mal enseignés à l’Université Océanique de Chine), notamment sur l’aspect de la prosodie, de l’intonation et du rythme en français. C’est la raison pour laquelle que  j’ai mis ici ce compte rendu. En prenant l’exemple, montré par Véronique Kuhn dans l’ouvrage dirigé par Anne Godard : La littérature dans l’enseignement du FLE, qu’on voulait inviter les apprenants à améliorer leurs prononciations, de manière automatique, en rendant compte des différences entre la prononciation modèle et les prononciations personnelles, avec des entraînements réguliers et intensifs. Les intérêts didactiques consistent non seulement à développer leurs compétences communicatives, notamment celle de la phonétique, mais aussi à apprendre à apprendre, et de se dégager peu à peu des méthodes traditionnelles chinoises (principalement par des cours magistraux) dans l’acquisition et l’apprentissage du français. Cette approche phonétique, par rapport aux autres méthodes proposées dans mon mémoire, s’inscrit dans une perspective plus innovatrice, plus communicative; ayant recours à la musicalité de la poésie de Baudelaire, on a pour objectif de rendre les cours de littérature plus adaptables au contexte du terrain et aux besoins actuels des apprenants cibles.

Références

KAIL Michèle.  L’acquisition du langage, Paris, Presses Universitaires de France. Que sais-je ?, 2012.

KAIL Michèle.  L’acquisition de plusieurs langues, Paris, Presses Universitaires de France. Que sais-je ?, 2015.

GODARD Anne (dirigé). La littérature dans l’enseignement du FLE, Paris, Didier, 2015.

Fan XIE

Etudiante en Master 2 Didactiques des langues à l'Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

More Posts


3 réflexions sur « Compte rendu de L’acquisition de plusieurs langues. D’où vient l’idée de la perfection phonétique dans mon mémoire (deuxième partie) »

  1. Merci Fan pour ton billet !
    Le domaine de l’acquisition des langues est très intéressant et complexe. On a presque envie de se plonger dans les neurosciences cognitives, tellement c’est fascinant.

    Et puis, en lisant le passage sur la perfection phonétique, je me suis souvenue de quelques phrases de Klein (1989) qui se trouvent ci-dessous et qui m’avait interpellée il y a quelque temps. (Pour t’expliquer le contexte : Klein explique que le fait de pouvoir comparer ses productions, y compris sa prononciation, et celles des locuteurs natifs est crucial pour continuer à progresser. C’est comme tu dis « des différences entre la prononciation modèle et les prononciations personnelles ». Selon lui, il faut que l’apprenant se rende compte de cette distance entre son interlangue et la langue cible. Autrement, c’est la fossilisation qui arrive.)

    « L’incapacité à percevoir cette distance est une des raisons pour lesquelles certains apprenants plafonnent à un certain niveau, alors que d’autres continuent à apprendre : leur distance objective de la langue cible est la même, mais les premiers ne sont pas capables de la percevoir ou la sous-estiment, alors que d’autres la perçoivent ou parfois même la surestiment. » (Klein, 1989 : 90)

    C’est vrai que l’aspect phonétique est particulièrement intéressant quand on a une langue maternelle éloignée. Et comme tu le dis, comment arriver à la perfection, c’est LA question qu’on se pose. Ton approche par la poésie pourrait y contribuer !

    Référence
    Klein, W. (1989), L’acquisition de langue étrangère, Paris: Armand Colin.

    1. Merci Sayaka pour ton commentaire. Bien que l’enjeux actuel d’apprentissage d’une langue étrangère porte plutôt sur les compétences communicatives, plus précisément, de se faire comprendre par les autres. Pourtant, comme tu l’as dit, pour les apprenants d’une langue étrangère, la dimension phonétique est importante parce que parfois une prononciation non standard peut causer une mauvaise compréhension, notamment dans une communication académique sollicitant une production précise. C’est la raison pour laquelle, les apprenants en milieu universitaire a besoin de ces entrainements.

      1. Tu as raison, le public universitaire est particulièrement concerné. Surtout, dans les études supérieures en France, il y a beaucoup d’occasions qui demandent aux étudiants de monologuer assez longuement (par exemple, des exposés oraux). Et on entend très bien la prononciation de chaque étudiant. L’entraînement phonétique s’impose pour les étudiants étrangers, comme tu le dis.
        Merci pour ta réponse !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.