Compte rendu de L’acquisition de plusieurs langues. D’où vient l’idée de la perfection phonétique dans mon mémoire (première partie)

Michel Kail, est directrice de recherche au CNRS et spécialiste de psycholinguistique. Elle est aussi l’auteure de L’acquisition du langage, appartenant à la collection « Que sais-je ? ».

Depuis la naissance de la psycholinguistique dans les années 1950, celle-ci tend à se borner dans son terrain monolingue. À partir des années 1990, les psycholinguistes cherchent à adapter les théories au bilinguisme ou au plurilinguisme.

Dans L’acquisition de plusieurs langues, l’auteure s’intéresse d’abord à la notion du bilinguisme, ainsi que ses catégories internes et les méthodologies : elle introduit aussi des notions interdisciplinaires à propos de l’acquisition des langues permettant une meilleure compréhension chez les lecteurs; ensuite, elle fait le point sur l’acquisition simultanée des langues, à travers une hiérarchie d’accès aux langues et des capacités différentes : de perception des sons jusqu’à la production précoce, du babillage jusqu’à l’établissement de la grammaire à partir du lexique; le chapitre qui suit souligne des notions inéluctables en matière de l’acquisition successive des langues, en particulier la fameuse « période critique »; de plus, les deux derniers chapitres sont  consacrés à élucider la partie cognitive du bilinguisme, autrement dit, les influences effectuées par le bilinguisme sur les déficits langagiers : le vieillissement, les maladies, ainsi que les avantages et désavantages apportés par le bilinguisme ; finalement, il est à noter que l’auteure cherche aussi à expliquer et comprendre elle-même : quel lien entretenu entre l’acquisition bilingue et la structure du cerveau ? Quel rôle jouent-ils l’hémisphère droite et les neurosciences?  Le processus d’acquérir plusieurs langues modifie-t-il la structure du cerveau ?

Chapitre I une entrée dans le monde du bilinguisme

Depuis les deux dernières décennies, de plus en plus de recherches sont menées dans le domaine du bilinguisme. Les chercheurs indiquent que presque la moitié du monde parlent deux langues. Pourquoi une telle augmentation du bilinguisme, se posent-ils la question. Et les réponses éventuelles sont évoquées : l’extension du bilinguisme découle de causes multiples, mais surtout d’une utilisation massive d’Internet.

Alors comment définit-on les locuteurs « bilingues» ? Le fait de pratiquer deux langues dont les niveaux sont déséquilibrés ? Ou la langue seconde est  proche de la « fluidité native » ? La plupart des chercheurs penchent sur la première proposition. Il est aussi à noter que Grosjean, cité par l’auteure, souligne que le bilinguisme n’est pas une juxtaposition de deux monolingues réunis dans une personne.

Les catégorisations du bilinguisme sont diverses :

  • bilingue équilibré & non équilibré;
  • bilingue précoce & tardif;
  • bilingue composé & coordonné;
  • bilingue additif & soustractif;
  • bilingue populaire & bilingue de l’élite.

D’où on constate que le bilinguisme est de nature dynamique. Pour reconstituer cette dynamique, Grosjean a proposé le concept de Mode de langage : 

Il implique un choix de certains registres quand le locuteur se trouve dans de différentes situations de conversation. Quelles sont les différences entre les modes de langage ? Sachant que le premier,  mode de langage monolingue,  se caractérise par le moindre d’alternances codiques (code-switching). Le choix de registres se fait, de préférence,  au sein d’une seule langue. Dans ce cas-là, on peut considérer que l’autre langue est désactivée, mais cela ne signifie que celle-ci ne fonctionne pas du tout, puisqu’elle fournit aussi à la « langue activée » d’interférences le type statique ou dynamique. De plus, dans ce mode-là, le discours n’est pas fluide à cause des hésitations lors de changements des codes. Quant au second, mode bilingue, il renvoie à l’interaction entre « langue de base » et « langue invitée », sous forme d’alternances codiques. Plus la « langue invitée » intervient, plus de formes de langues mixtes vont apparaitre, par contre, le discours sera plus fluide.

Après avoir eu une idée préliminaire du bilinguisme, on continue à s’interroger sur des niveaux d’efficience sur l’acquisition bilingue. Ce qui nous oblige d’abord à faire le point sur des théories en matière de l’acquisition, principalement fondées sur L1, qui se constituent de trois pôles :

1) la conception formelle du langage qui renvoie à la fameuse Grammaire Universelle de Chomsky, qui confirme une innéité de la capacité langagière dans toute l’humanité;

2) la conception fonctionnaliste ou émergentiste, qui soutient que la grammaire peut être apprise, en recourant à l’interaction. Avec une intégration éventuelle cognitive et systématique, l’acquisition du langage peut être automatisée;

3) la conception socioculturelle qui met l’accent sur la variation et qui porte sur la capacité d’alterner de stratégies en fonction de contextes.

Dans les sondages (LHQ, Language History Questionnaire), des questions sont mises au centre de l’acquisition de L2, sur les niveaux d’efficience : l’âge d’acquisition, la durée d’exposition à la langue, l’efficience dans les secteurs clés de la compréhension et la production de la langue écrite et orale, la lecture, l’écriture.

De plus, lors des recherches, une attention a été particulièrement portée sur des secteurs suivants pouvant influencer cette efficience : les participants (le niveau de contrôle varie selon les individus); les paradigmes expérimentaux; les modèles (bien construits aux monolingues mais pas encore suffisants aux bilingues).

À la fin de ce chapitre, nous somme menés à rendre compte des lésions langagières chez un sujet bilingue : deux genres de symptômes, les amnésies et les aphasies, celles-ci sont liées à une atteinte du mémoire procédural, celles-là, du mémoire déclaratif. Des experts indiquent que le vocabulaire est stocké dans le mémoire déclaratif chez les bilingues, alors que la grammaire est stockée dans le mémoire procédural chez les bilingues précoces, au mémoire déclaratif chez les bilingues tardifs. Tout ce qu’on vient de dire exerce de différentes influences chez les bilingues dans leur L1 ou L2, mais les recherches n’en sont pas assez développées.

Chapitre II des notions transversales dans de différentes acquisitions des langues 

Ce chapitre vise à introduire des notions communes dans l’acquisition bilingue simultanée et l’acquisition successive que présentent les chapitres suivants. L’acquisition simultanée concerne plutôt la période préscolaire, où l’émergence de L2 est liée fortement à L1; tandis que l’acquisition successive porte son attention sur les adultes, en discutant le facteur crucial dans ce processus : l’âge, ou la période critique. Malgré ces divergences, ils ont des notions véhiculaires telles sont ce qui suit :

Les effets d’Input 

L’enfant bilingue revoit moins d’input dans chaque langue que l’enfant monolingue reçoit dans une langue entre les deux. Néanmoins, l’input dans deux langues n’est pas de même proportion, l’enjeu est ainsi de la repérer.

La dominance d’une langue 

Pour les enfants bilingues, la manipulation des deux langues se montre toujours de manière déséquilibrée, il y aura une langue faible, et une autre, forte. Les facteurs impliqués sont multiples, y compris principalement l’âge d’acquisition de L2, et la capacité de perception des bébés. Mais les patrons de dominance se différencient selon d’autres éléments, tels sont le MLU (Mean length of utterrance), la fluidité, la préférence, le degré de fréquence des code-mixing, etc.

Un apprentissage implicite ou explicite ?  

Un apprentissage implicite renvoie à un processus d’appropriation non intentionnel, non conscient, mais s’effectuant d’emblée de façon automatique; tandis qu’un apprentissage explicite est conscient, l’input peut être accueilli de manière organisée, logique. L’auteure indique que le savoir implicite arrive plus tôt que cel d’explicite. De ce fait, l’acquisition simultanée précoce rentre plutôt dans le cadre « implicite », alors qu’une acquisition successive se met plutôt du côté explicite, entre autres, l’intégration de la grammaire de L2 dans un apprentissage.

La distance entre les langues et la diversité typologique des langues 

Le fait de pratiquer deux langues chez un individu apporte naturellement des comparaisons, notamment sur les similarités. Actuellement, les recherches à cet égard se divisent en deux domaines : à travers la tradition des recherches d’interlingues ou dans une perspective typologique.

Chapitre III l’acquisition simultanée 

Perception:

Avant la naissance, les enfants ont déjà une préférence des langues influencée directement par la mère; et ils arrivent à la discrimination des contrastes phonétiques grâce à un engagement neuronal incomplet, alors au fur et à mesure du temps, avec la maturation du cerveau, cette sensibilité se décline; en outre, ils sont sensibles aux contrastes prosodiques émergeant entre 5 et 10 mois; le développement phonotactique (les combinaisons des sons qui sont possibles) fonctionne bien pour les bébés de 10 mois dans un environnement bilingue.

Compréhension: 

Pour les enfants monolingues, il existe un décalage entre le progrès production et compréhensions. D’où vient-il ? Des hypothèses en ont découlé : le lexique de compréhension et cel de production sont séparés, leurs liens respectifs avec d’autres activités cognitives non langagières sont inégaux; de plus, la compréhension lexicale précoce fait intervenir deux hémisphères langagières alors la production sollicite plutôt l’hémisphère gauche. Néanmoins, pour les enfants bilingues, c’est un domaine qui a besoin être exploré.

Production: 

Des patrons se manifestent dans le babillage pour des enfants de bilinguisme simultané : une plus grande fréquence pour des syllabes CV (consonne + voyelle) que VC, plus de syllabes ouvertes que fermées; des modèles différents pour les bébés anglophones et ceux de francophones, le MLU est plus élevé en français qu’en anglais; de plus, il existe plus de productions polysyllabiques en français.

Les bébés utilisent des unités phonétiques afin  d’associer la forme des premiers mots, d’où fonde leur lexique initial. Mais au fur et à mesure du temps, quand ils écoutent plus pour distinguer le sens que la forme, ils auront plus de mal à distinguer des mots similaires. Mais sur le plan du bilinguisme précoce, cette perspective liée à la phonétique n’est pas assez explorée.

Les recherches du rôle de l’input dans le vocabulaire initial s’inscrivent dans une dimension d’études récentes. Une observation longitudinale est menée par Pearson et al., dans le but d’étudier la relation entre l’exposition à la langue et l’étendue du vocabulaire initial, souligne que le nombre de mots dans chaque langue est proportionnel au degré d’exposition à la langue, par exemple, une réduction de 20% d’input du vocabulaire correspond à une réduction de 20% de production des mots.

Le développement du lexique permet une construction grammaticale. Il s’agit d’un lien évident et crucial entre les deux, durant ce processus, le phénomène de code-mixing apparaît chez les bilingues, étant un trait des sociétés bilingues, il est marqué d’un double caractéristique : un ajustement de communication et une obéissance des contraintes structurales.

Interaction:

Deux langues existent dans le même cerveau chez les bilingues, bien que le degré d’activation ne fonctionne pas de mêmes rythmes, et une interaction s’implique entre les deux systèmes. Deux genres de travaux montrent comment ils s’interagissent.

Le coût du traitement on-line: l’influence de variabilité des langues 

Le coût des indices est relié avec la notion modèle de compétition. Pendant l’acquisition, les enfants bilingues accèdent au sens implicite des phrases à travers des indices linguistiques qui sont dans un mode de compétition, ceux qui favorisent le traitement des phrases, et valident le plus  vont  gagner la compétition.

Des expérimentations effectuées auprès des enfants  des langues romanes,  précisent qu’avant 9 ans, le temps de la détection de la violation de la grammaire pour les bilingues est plus long que celui pour les monolingues, parce que chez les bilingues, les indices linguistiques de deux langues sont toujours en interaction.

L’impact typologique 

Les langues se distinguent au niveau typologique, par exemple, selon Talmy (KAIL : 2015 : 59), les langues germaniques sont de cadrage satellitaire, mais les langues romanes sont de cadrage verbal. Ces différences typologiques interviennent dans les interactions des langues chez les enfants bilingues simultanés, qui choisit un moyen plus simple fourni par une des deux langues pour accéder au sens d’une intensité élevée. 

Chapitre IV l’acquisition successive 

La période critique est au centre dans l’acquisition successive, l’âge influence un apprentissage d’une langue. Néanmoins, une hypothèse sur la période critique se fait de la polémique dans la mesure où elle suppose que la maturation neurocognitive a des incidences sur l’acquisition d’une L2.

La notion de période critique trouve son origine dans le champs de l’embryologie dans les années 1920, dans l’objectif de définir des périodes de dangers lors du développement d’un embryon. Et elle a été introduite et popularisée, par Lenneberg, dans le domaine de linguistique  des fondements biologiques du langage, afin de comprendre des attritions telles que l’aphasie. Quant à un apprentissage au cours d’une période critique, les facteurs endogènes (la maturation) et exogènes (l’environnement) impliqués sont traités de façons identiques, alors qu’en dehors de cette période, c’est-à-dire lors de la réduction de plasticité, l’apprentissage lie plus à l’environnement. Les travaux de Johnson et Newport ont montré qu’il existait une relation négative entre la réussite en L2 et l’âge de l’acquisition.

Mais quels sont les effets de la part de l’âge dans l’acquisition d’une L2 ?

Nombreux travaux soulignent que l’âge détermine le degré d’accent dans une langue non native, à cause du degré de la perte de plasticité. Pourtant, d’autres travaux indiquent qu’avec un apprentissage intensif aux niveaux de perception et de production, c’est possible qu’un apprenant non natif ait un accent natif. De plus, l’assimilation et la différenciation des catégories phonétiques y jouent aussi un rôle important. Pour les individus d’origines différentes, s’ils distinguent bien les sons dans leur L1, cela va aider à une meilleure discrimination phonétique à L2.

En outre, l’âge d’acquisition joue aussi un rôle dans les transferts des stratégies entre les langues. Ces transferts des stratégies se constituent de la différenciation, le transfert proactif (les stratégies de L1 appliquées à L2), le transfert rétroactif (les stratégies de L2 sont appliquées à L1) et l’amalgame (une assimilation de nouvelles stratégies acquises à L2 appliquée dans l’ensemble de stratégies des langues). Des travaux affirment qu’une acquisition tardive tend à un transfert proactif, tandis que celle de précoce, rétroactif.

Fan XIE

Etudiante en Master 2 Didactiques des langues à l'Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.