LA FRANCOPHONIE : UNE NOTION POLYSÉMIQUE

Je me suis appuyée sur les recherches de Michel Tétu pour définir cette notion et en retracer l’histoire.

La francophonie est un terme ambivalent. On distingue habituellement la francophonie avec un f minuscule de la Francophonie avec un F majuscule.

Le mot francophonie écrit tel quel renvoie à « l’ensemble des peuples ou des groupes de locuteurs qui utilisent partiellement ou entièrement la langue française dans leur vie quotidienne ou dans leurs communications. » (Tétu, 1997). Comme on peut le remarquer, cette signification est exclusivement géo-linguistique. Plus généralement, on différencie deux catégories : les espaces francophones de langue première (le français est également langue officielle ou co-officielle) et les espaces francophones de langue seconde. Il n’est pas la langue première de la majorité de la population ni une langue étrangère au sens strict du terme. Il dispose d’un statut particulier dans ces espaces: il peut être langue officielle ou co-officielle, langue d’enseignement, langue des médias, deuxième ou troisième langue de communication courante etc…

La Francophonie désigne le regroupement international de gouvernements ou institutions qui utilisent le français dans leurs activités (Tétu, 1997). Cette Francophonie s’est mise en place à partir des années 1950 par le biais d’organisations non-gouvernementales d’abord avant de s’institutionnaliser dans les années 1970. L’Organisation internationale de la Francophonie ou l’Agence universitaire de la Francophonie sont emblématiques de cette Francophonie.

Qu’en est-il de l’histoire du concept ? Le mot apparaît pour la première fois dans les travaux du géographe Onésime Reclus en 1880 dans un contexte colonial. L’expansion territoriale de la France s’accompagne d’une implantation et imposition de la langue française dans ses colonies. Pour Reclus, la francophonie sert à mesurer le nombre de locuteurs francophones dans ces territoires. Le mot sombre dans l’oubli avant de resurgir en 1962 à travers les écrits notamment de Senghor dans la revue Esprit puis de se populariser :

« La Francophonie, c’est cet Humanisme intégral, qui se tisse autour de la terre : cette symbiose des “énergies dormantes” de tous les continents, de toutes les races, qui se réveillent à leur chaleur complémentaire. » (Senghor,1962).

Pour l’écrivain, la Francophonie est la concrétisation de ce qu’il appelle la Civilisation de l’Universel, nouvelle humanité prenant racine à partir des diverses cultures du monde. Le dialogue des cultures, leur métissage en respectant chacune de leur spécificité doit aboutir à cet Universel. Il s’agit de s’unir sur une base de fraternité en reconnaissant la diversité culturelle. 

Bibliographie :

SENGHOR L. Le français langue de culture. Esprit. Paris : Éditions Esprit, 1962, n°311, p. 837-844.

TÉTU M. Qu’est-ce que la FRANCOPHONIE ?. Vanves : Hachette-Edicef, 1997. 317p.

1Union internationale de la presse francophone, anciennement appelée Association internationale des journalistes de la presse de langue française.

Gaëlle Raviton

Titulaire d'une licence d'anglais obtenue à Paris 3 et anciennement assistante de FLE à Birmingham, je suis actuellement étudiante de master 2 de didactique du FLE et des langues du monde à Paris 3.

More Posts


Une réflexion sur « LA FRANCOPHONIE : UNE NOTION POLYSÉMIQUE »

  1. Ca me fait légèrement sourire cette idée de “diversité culturelle” quand on parle de francophonie, lorsqu’on sait qu’elle met principalement en avant la France et la norme parisienne et qu’ensuite, viennent les autres pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.