Compte rendu de la conférence-débat « Les noms de la mer et quelques petites choses encore… »

A l’occasion de la parution du dernier livre de Louis- Jean Calvet, La méditerranée : mer de nos langues, l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (Inalco) nous a convié jeudi 12 mai 2016 à la conférence- débat intitulée Les noms de la mer et quelques petites choses encore…animée par Gilles Forlot avec la participation de : Georgine Ayoub, Ilil MalibertYatziv, Michel Bozdémir et Philippe Blanchet.

C’est avec passion et enthousiasme que l’auteur est venu nous présenter ce livre dans un amphithéâtre disons- le franchement plein à craquer ! Dans un premier temps, Louis-Jean Calvet nous interroge sur la raison pour laquelle il consacre tout un livre sur la méditerranée et ses langues. La réponse est simple mais n’enlève rien à l’intérêt de l’étude : c’est que les peuples de ce territoire ou de ce continent liquide pour reprendre l’expression de Fernand Braudel partagent depuis plus de 3.000 ans, une histoire commune marquée par les empires, les conquêtes, le commerce des hommes, les échanges entre les différents espaces culturels, etc.

En ce sens, l’auteur avance que les idiomes de la méditerranée sont les plus à même de relater l’histoire de cet espace à travers les emprunts, l’étymologie des mots, la sémantique, les alphabets, la toponymie, les systèmes d’écriture, etc. Il ajoute aussi que les langues du pourtour méditerranéen, continuent, de façon extraordinaire à manifester les liens étroits que ces cultures ont entretenues et entretiennent aujourd’hui encore entre elles.

Pour illustrer cette idée, Louis- Jean Calvet prend l’exemple, du mot abricot, d’étymologie latine (praecoquum,  » fruit précoce « ), emprunté à l’arabe al-barquq via l’espagnol albaricoque. Il présente par la suite, une série d’exemples aussi étonnants les uns que les autres, qui nous font prendre conscience que chaque langue méditerranéenne recèle une fourmilière d’autres langues ; principe expliqué par un des concepts clef du livre : la niche écolinguistique méditerranéenne. Ainsi,  l’étude du phénicien,  de l’araméen, de l’hébreu, du grec, du latin, du berbère, de l’arabe, du turc, de l’espagnol, de l’italien, ou encore du français permettrait d’apprendre de nouvelles choses sur ce territoire traversé par les conflits, les dominations et les conquêtes.

L’auteur conclut son intervention en nous appelant nous autres étudiants à travailler sur notre connaissance du passé qui est incontestablement nécessaire à la compréhension du présent et à la construction de notre futur.

Dans un deuxième temps, Georgine Ayoub, professeure à Inalco et responsable du Master d’Arabe Littéral et Dialectal ; Ilil MalibertYatziv, professeure et coordinatrice du département d’études juives et hébraïques à l’Inalco, Michel Bozdémir, professeur à l’Inalco de langue et civilisation turque et Philippe Blanchet, enseignant- chercheur en sociolinguistique et en didactique de la communication plurilingue et interculturelle à l’Université Rennes 2 sont invités à prendre la parole dans le cadre d’une table ronde.

C’est en réponse aux remarques et aux critiques des intervenants cités plus haut que Louis-Jean Calvet revient dans un troisième et dernier temps sur l’explication de plusieurs points du livre comme la théorie de l’évolution et de la sélection naturelle appliquée aux langues, le concept de niche écolinguistique méditerranéenne, etc.

Parmi les critiques adressées à l’auteur, Philippe Blanchet a soulevé la problématique que posait l’absence d’un corpus permettant l’étude des interactions, élément fondamental de toute recherche sociolinguistique. Ainsi, la question du biais de recherche se posait aussi chez une des plus importantes figures de la sociolinguistique française. L’auteur répond que sa volonté d’inclure ce paramètre, qui est certes fondamental n’était pas dans le cas présent, réalisable contenu de l’époque éloigné. J’ai retenu alors qu’il fallait prendre conscience des limites et des obstacles rencontrées au cours de notre propre recherche afin d’être en mesure d’argumenter nos choix, nos méthodes, nos approches, etc.

 


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.