Les facteurs intervenant dans le processus d’appropriation du français langue étrangère

Puisque l’acquisition d’une langue étrangère est un phénomène assez complexe, dans le présent article je me propose de parler des facteurs qui influencent le processus d’appropriation du français langue étrangère, m’appuyant principalement sur le premier chapitre de l’ouvrage  Acquisition de la grammaire du français, langue étrangère , écrit par Daniel Véronique.

Ainsi, je vais commencer par admettre que plusieurs facteurs peuvent influencer l’apprentissage d’une langue étrangère parmi lesquels il me semble important de rappeler : les connaissances relatives aux langues apprises antérieurement, les connaissances du monde qui diffèrent selon l’âge auquel le sujet tente de s’approprier une langue cible, les contextes dans lesquels se fait l’apprentissage.

Ces connaissances sont catégorisées en connaissances explicites et implicites en langue cible et le passage entre celles-ci peut être expliqué par deux mécanismes : le premier étant celui de la procéduralisation (Anderson 1983). Dans le cadre de ce mécanisme, « les connaissances d’ordres général et descriptif se transforment en connaissances exécutables de façon automatique dans des contextes particuliers » (Véronique, 2009 : 25) lors de l’acquisition de la langue cible en contexte institutionnel où l’enseignement consiste souvent à présenter des règles grammaticales, suivies d’exercices. Le second mécanisme est celui de l’explicitation proposé par  Karmiloff Smith (1992) dont la caractéristique essentielle est celle du développement linguistique chez des enfants acquérant leur langue première, cette notion désignant « le mouvement cognitif inverse de celui impliqué dans la procéduralisation »(Véronique, 2009 : 25) s’agissant de la prise de conscience et de l’acquisition de la structure d’un comportement linguistique déjà maîtrisé et automatisé. En effet, les enfants apprennent à utiliser les formes linguistiques de leur langue première et découvrent le fonctionnement sous-jacent plus tard.

Concernant le contact entre la langue source et la langue cible, il est communément admis que les langues antérieurement acquises influencent l’élaboration des connaissances en langue cible, mais les discussions les plus nombreuses se font autour du rôle de la langue source ou première dans l’acquisition d’une langue étrangère. La langue première peut avoir une influence positive lorsque le choix d’un terme en langue source a des effets bénéfiques en langue cible ou négative qui c’est exactement le contraire. Dans ce sens, Selinker (1969) distingue : le transfert linguistique positif, le transfert négatif et le transfert neutre. Ces transferts de la langue source à la langue cible ne se font pas automatiquement mais passent par la perception typologique des deux langues mises en contact par l’apprenant.
Entre les langues en contact il y a aussi une estimation de la proximité / distance. Par exemple, de mon expérience dans l’apprentissage de l’anglais et du français comme langues étrangères, je considère que la langue française est une langue de proximité face à la langue roumaine qui est ma langue première, vu qu’il y a beaucoup de ressemblances notamment d’ordre lexical, puis certaines ressemblances morphologiques et syntaxiques, mais je ne pourrais pas dire la même chose concernant la langue anglaise. Des études ont montré que les langues connues exerçaient une influence tant au niveau lexical et grammatical qu’au niveau discursif. Dans le cas de l’apprentissage de plusieurs langues, il est supposé que chaque langue précédemment acquise a un rôle spécifique dans l’acquisition de la nouvelle langue. Dans mon cas, j’ai commencé à apprendre la langue anglaise à l’âge de dix ans et la langue française à l’âge de douze ans, en milieu institutionnel (en Roumanie, la deuxième langue étrangère la plus étudiée en milieu scolaire est le français). Pour moi, l’anglais n’a eu aucune influence dans l’appropriation du français. Personnellement, je pense qu’entre ces deux langues il y a un grand écart d’ordre lexical et grammatical, par contre ma langue première a eu une influence positive dans l’appropriation du français.

Le facteur d’âge dans l’acquisition d’une langue étrangère fait aussi partie des discussions et des recherches de ces dernières années qui tournent notamment autour de l’hypothèse de la période critique (entre deux et treize ans) avancée par Lenneberg (1967) qui est une période privilégiée pour une appropriation déterminée, confirmée par certains études et contestée par d’autres. Je rajouterais ici que dans mon pays le début d’apprentissage d’une langue étrangère en milieu institutionnel est choisi à l’âge de dix ou douze ans. D’après les psychologues, cet âge correspond à la fin de la période la plus favorable, pendant laquelle la faculté d’imitation de l’enfant est considérable, donc, ce serait mieux que les élèves commencent à étudier une langue étrangère un peu plus tôt, au moins dès la première année de l’école primaire correspondant à l’âge de sept ans.

Un autre facteur important dans l’appropriation d’une langue étrangère est celui du contexte dans lequel l’acquisition se déroule. Quand on parle de contexte on évoque en général deux grandes situations prototypiques : le contexte naturel (non-guidé) et le contexte institutionnel (guidé). Dans le premier cas, l’apprenant est exposé à la langue cible et l’utilise dans ses diverses activités sociales, s’agissant d’une acquisition de la langue cible en situation réelle et dans le deuxième cas l’apprenant se fait aider et guider dans un cadre didactique qui met en présence, outre les protagonistes (les apprenants et l’enseignant) , la classe, un manuel et d’autres supports didactiques. Selon Porquier (1986), il existe aussi un troisième type de contexte, le contexte mixte, dans lequel l’apprenant fait l’expérience des deux premiers contextes simultanément ou successivement. Selon Dabène (1994) et Porquier (1994), le contexte d’appropriation peut être homoglotte (l’apprenant peut apprendre la langue cible dans un environnement linguistique où cette langue est parlée) et contexte hétéroglotte          ( contexte dans lequel la langue cible n’est pas pratiquée). En ce qui me concerne, j’ai commencé à apprendre le français en milieu hétéroglotte ( ou exolingue ), en contexte institutionnel (guidé), ensuite j’ai continué à l’apprendre en milieu homoglotte (ou endolingue), en contexte naturel. Le passage entre les deux contextes à été « dur » pour moi, dans le sens où, à ma première arrivée en France je ne comprenais presque rien et personne. De plus, malgré mes connaissances lexicales et grammaticales, je n’étais pas capable de produire des phrases appropriées aux différentes situations auxquelles j’étais confronté. Ce qui est intéressant, est que la période difficile de ce passage a été très courte. Le contact avec les natifs a eu une influence bénéfique dans l’amélioration de mon français. Il a fallu juste m’exercer à l’oral et mettre en pratique mes connaissances acquises auparavant.

La liste des facteurs qui interviennent dans l’appropriation du français langue étrangère peut continuer. D’ailleurs, je vous invite chers lecteurs à continuer cette liste en rajoutant d’autres facteurs qui vous semblent les plus importants.

 

Bibliographie:

  1.  VERONIQUE, Daniel (2009) : L’acquisition de la grammaire du français, langue étrangère, Didier, Paris.

 

Timuc Mirela

Étudiante en Master 2 - Didactique du Français Langue Étrangère

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.