Le syndrome du mémoire

Image trouvée sur Google Images.

Avez-vous pris quatre kilos soudainement ou perdu autant en une semaine ?

Avez-vous des insomnies ou bien dormez-vous pendant la journée ?

Regardez-vous tous les matins le calendrier ?

Prononcez-vous au moins dix fois par jour le mot « mémoire » ?

Sentez-vous un coup de coeur quand vous entendez le mot « soutenance » ?

Fréquentez-vous les bibliothèques plus souvent que jamais ?

Avez-vous perdu contact avec vos bien-aimés ?

Sentez-vous isolés du reste du monde et par conséquent déprimés ?

Ressentez-vous une envie d’un mois de vacances dans une île exotique ?

Eh bien vous avez le Syndrome du Mémoire !

Ne vous inquiétez pas ce n’est pas aussi grave que vous le pensez. En fait c’est tout à fait naturel d’avoir de telles symptômes car votre avenir dépend de ce mémoire. Il s’agit en fait d’un travail qui clôture deux années d’études ou même cinq pour certains comme moi.

La fin de celui-ci s’approche. Et le mot « fin » est plutôt une métaphore parce qu’une recherche ne se termine pas vraiment en quelque mois (si elle se termine jamais) ! Mais disons c’est la fin de cette procédure où on écrit un certain nombre de pages et dont ensuite on défend les idées.

Alors, comme la chanson dit It’s the final countdown ! Il reste quelques jours pour certains (comme moi !), trois mois environ pour d’autres pour lesquels les effets du syndrome seront moins forts mais plus durables … Mais des solutions existent pour faciliter cette procédure finale qui peut être épuisante pour un corps et un esprit qui doit gérer tellement des choses au quotidien surtout dans une capitale …

Voici quelques conseils après certaines reflexions et observations :

  • De l’eau, de l’eau et encore une fois buvez de l’eau ! Même si vous buvez tous les jours du thé ou du café, cela ne compte pas comme de l’eau et vous ne pouvez en aucun cas tricher sur votre organisme ! Donc buvez de l’eau pour éviter les maux de têtes et la fatigue. Notre corps comme la Terre est constitué de plus de 60% d’eau, d’où cette importance.
  • « Mens sana in corpore sano. »  Un esprit sain nécessite un corps sain d’où cet aphorisme. Bougez au moins une heure par jour. Les journées ensoleillées s’approchent alors pourquoi ne pas aller à pied au supermarché ou à la bibliothèque ? Ainsi vous offrez à votre organisme ce qui lui est nécessaire, commençant par la vitamine D et puis par un éveil corporel qui réveillera surement votre esprit de chercheur !
  • « Que ton aliment soit ton seul médicament » a dit le Grand Hippocrate. Nous avons besoin des vitamines, des protéines et de tous ces éléments nutritionnels qui donnent à notre corps de l’énergie et de  la vitalité. Mais nous ne mangeons pas seulement pour nourrir notre corps. 20% des dépenses énergétiques sont consacrées exclusivement à notre cerveau et qui dit cerveau dit recherche et qui dit recherche dit… mémoire !
  • «  Les obstacles sont ces choses effrayantes que vous apercevez lorsque vous détournez les yeux de vos objectifs. » dit Henry Ford. Adoptez une attitude positive mais en travaillant. Restez concentré sur votre objectif, page par page en donnant le meilleur de vous. La puissance des attitudes et des pensées positives, doit vous accompagner tout au long du mémoire. Il est évidemment facile de tomber sur le piège où vous rêvez du mémoire idéal mais celui-ci n’existe pas. Donc travaillez autant que vous pouvez mais évitez cette idée de perfectionnisme car toute attente cache une deception éventuelle.
  • Mettez-vous à la peau d’un chercheur, d’un écrivain, d’un didacticien de tout ce que votre mémoire vous demande. Vous avez fait un choix de sujet et de problématique et ensuite un choix bibliographique. Vous n’êtes plus seulement un étudiant ou une nounou vous êtes des artistes car vous créez une oeuvre. La qualité de votre mémoire compte plus que sa quantité. Même si votre oeuvre fait seulement quatre-vingt pages, elle reste quand même une création qui portera votre nom et laissera une trace pour toute votre vie. Vous pourriez la faire lire à vos enfants un jour qui sait !
  • Communiquez avec votre entourage ! Ne restez pas isolés longtemps, faites un coup de téléphone à votre famille si elle est loin, allez au cinéma un soir avec vos amis, faites une promenade dans un parc avant d’aller à la bibliothèque, partagez vos émotions avec vos camarades qui écrivent un mémoire. Vous verrez que le syndrome est partagé par la majorité d’eux car jusqu’aujourd’hui je n’ai pas trouvé quelqu’un qui en a échappé.
  • Organisez votre temps. Je suis bien consciente du fait que j’ai du mal avec ce conseil moi-même sachant que je ne considère pas le temps comme un outil. Peut-être alors c’est mieux que je reformule cette phrase en disant « mettez de priorités. » Tout ce qui peut attendre et peut être fait après votre soutenance laissez-le à côté. Pour cela, les listes aident beaucoup ! Personnellement, quand dans un moment donné j’ai quelque chose de très important à accomplir,  je fais des listes sur les livres que j’aimerais lire,  les films que j’aimerais regarder et les monuments et lieux que j’aimerais visiter . Evidemment le contenu de ces listes ne vise pas la réussite de mon mémoire et c’est pour cela qu’ils peuvent attendre l’été ou les vacances prochaines.
  • Envisagez votre mémoire et votre soutenance. J’appelle cela la « méditation du mémoire ». Fermez les yeux, respirez profondément, expirez, respirez de nouveau en gardant votre haleine et imaginez tenir dans vos mains un document. Il s’agit de votre mémoire. Feuilletez maintenant les pages de ce mémoire et ressentez ce travail accompli grâce à toutes ces heures passées à rédiger, lire et corriger. Puis ouvrez les yeux et ressentez cette joie du fait que vous avez accompli ce travail grâce à votre enthousiasme, votre dédicace, vos propres efforts, lectures, vos terrains, corpus, le soutien de votre directeur de recherche.
  • « Croyez en vos rêves et ils se réaliseront peut-être. Croyez en vous et ils se réaliseront sûrement. » dit Martin Luther King. Lisez des temps en temps une citation d’une grande personne qui malgré les obstacles a réussi ce que d’autres disaient impossible ; Jesus Christ, Mahatma Ghandi, Albert Einstein, Helen Keller, Marie Curie … Les attitudes qu’on a envers  un  fait influencent considérablement les résultats. D’où l’importance de cultiver une vision positive sur le monde.
  • Ayez confiance en-vous en agissant. La foi sans action est comme le savoir sans application. Vous serez jugés sur la qualité de votre mémoire et de son maturité. Un fruit amer se distingue rapidement des fruits mûrs. Ainsi, votre mémoire doit être fait avec de la patience parce qu’on récolte ce qu’on a semé !

Bon semis et bonne récolte à vous !

Sitographie

Chanson « The Final Countdown » : https://www.youtube.com/watch?v=nu6Os0R-tq4


Olga Kourntidou

Titulaire d'une Licence de Russe délivrée par l'Université de Strasbourg, je suis actuellement étudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l'Université de Paris 3- Sorbonne Nouvelle.

More Posts

7 réflexions sur « Le syndrome du mémoire »

  1. Olga, merci des conseils utils, et les symptômes au début de l’article sont drôles. Pour moi aussi, l’organisation du temps reste un problème, je vais essayer de faire une ou un « to do list » comme Christina. Et bon courage pour la soutenance!

    1. Merci Yiqun ! Evidemment tu es la bienvenue à ma soutenance! Personnellement je n’utilise pas les « to do list ». J’utilise plutôt « to do later » pour les choses que j’aimerais faire plus tard. Savoir que ma journée commence avec une liste des choses à faire me stresse car une journée de notre vie ce n’est pas comme une journée au super-marché, il y a pleins de choses qui arrivent qu’on ne peut pas prévoir (heureusement d’ailleurs non ? si non ça aurait été très annuyant). Après, cela concerne mon cas, peut-être pour d’autres ça marche. Ce que j’avais remarqué c’est que quand je me sentais bien c’est-à-dire prête et inspirée je pouvais écrire jusqu’à 15 pages par jour alors que quand je me forçais, en le considérant un devoir, le résultat n’étais pas très bon. C’est pour cela que je pense que l’écriture du mémoire est quelque chose qui est très personnel. Les conseils et l’article c’est surtout pour ajouter un peu d’humeur et quelques conseils générales pour la bonne santé durant ces dernières étapes !

  2. Ah Olga,

    Je n’ai pas pensé être si stressée. Cela dit, le début de la soutenance a été difficile. D’autres éléments contribuent parfois à notre angoisse comme le retard de l’arrivée d’un des jurys !

    En tous cas, à mon avis, il faut être bien préparé. Improviser un monologue durant la soutenance ne doit pas avoir lieu que dans des situations extrêmes où on n’a pas attendu à telle ou telle question.

    J’aimerais t’assurer que la soutenance était pour moi une belle expérience qu’on n’aura pas tous les jours ! A profiter alors.

    Bon courage à toi.

  3. Merci ma chère Olga pour tes conseils et tes encouragements!Moi personnellement je fais ce qu’on appelle « to do list » et j’essaye de faire au moins la moitié des choses visées pour la journée!Je te souhaite bon courage pour la suite et je viendrai assister à ta soutenance!

    1. Merci ma Christina ! je serais très heureuse de te voir à ma soutenance ! Et je te souhaite aussi bon courage pour ton mémoire

  4. Merci pour ton partage Olga.

    Oui, bien évidemment, j’ai été dans le même état dont tu décris. Mais cela loin d’être terminé. On me félicite souvent d’avoir terminé le mémoire mais on oublie également que la recherche ne termine pas (au moins pour moi). En outre, le système universitaire français est fait d’une façon que tout s’enchaîne jusqu’à la fin de juin.

    Oui, j’ai terminé mon mémoire un peu en avance. Cela m’a coûté tous les week-ends que j’ai passés à bosser, lire, rédiger et réfléchir ! Pour qu’une fois que ça soit terminé, j’aurais assez du temps afin de préparer mon projet de thèse.

    C’est assez dur mais je pense que la grosse partie a été déjà achevée.

    Bon courage à toi dans ta dernière ligne droite.

    1. Chère Amal, je savais dès le début que ce mémoire était très important pour toi mais je ne t’avais jamais vu aussi stressée comme le jour de ta soutenance ! Donc je me suis inspirée de ton cas aussi pour cet article. Je te félicite pour ce travail que t’as préparé avec tant de patience et de persistance. Je te remercie en te souhaitant bon courage pour ton projet doctoral.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *