Journée d’études en sociolinguistique

Les langues en image : approches sociolinguistiques

 

11 mai 2016 : la date de la remise du mémoire approche.

12 mai 2016 : les journées d’études, même si elles ne concernent pas directement le sujet de notre mémoire, sont obligatoires ce semestre !

13 mai 2016 : première journée d’études à laquelle j’assiste depuis janvier.

Je rejoins des camarades de classe à l’Inalco. Nous échangeons sur l’avancée de notre mémoire et de nos recherches. Beaucoup de stress tout d’abord mais suivi d’un grand soulagement quand nous nous rendons compte que nous avançons au même rythme et que le projet est faisable sans se mettre autant de pression.

La journée d’études commence avec un café/thé et des biscuits offerts par les organisateurs. On nous distribue des documents pour la journée et après avoir attendu tous les participants, les premiers intervenants se lancent.

Les premières heures sont émouvantes : la disparation de Thierry Bulot quelques mois auparavant régit chaque intervention : hommage oral, écrit mais aussi vidéo.

Thomas Vetier est un doctorant qui a commencé sa thèse avec Thierry Bulot. Il nous expose son projet, en coopération avec l’association l’Age de la Tortue : “L’Encyclopédie des migrants”, une œuvre qui rassemble 400 lettres de migrants de France, Espagne, Portugal et Gibraltar.

Sa thèse est à la rencontre de ce projet : il questionne à travers toutes ses lettres, le regard hégémonique sur la migration. Ce qui l’intéresse ce sont les discours mais surtout leurs représentations. Le nom de Thierry Bulot résonne durant toute l’intervention de son ancien doctorant : son travail de recherche se poursuit sans lui.

Le travail de recherche est multiple, comme j’ai pu le voir à de nombreuses reprises au cours de cette journée.

En effet, les interventions suivantes étaient à propos de filmer la recherche.

On a pu ainsi voir des films très intéressants sur des récits de vie, des pratiques langagières. Ce qui m’a marqué c’est le travail autour : trouver les sujets à filmer, faire le film, et ensuite analyser les données recueillies. Mais aussi, voir le travail de recherche après : dans un des films (1) diffusés au cours de cette journée, on découvre Abdel, un locuteur plurilingue, qui livre ses réflexions sur la médina de Rabat où il a vécu et où il travaille, parfois accompagné du chercheur. À la fin du film, on découvre cette fois le chercheur qui prend des notes sur le récit d’Abdel : le travail ne s’arrête pas au film mais la recherche continue au-delà.

Cette journée m’a aidé à me rendre compte de toutes les façons dont la recherche peut se faire.

 

 

(1) Abdel, les langues et la médina de Rabat, film de 45 minutes, Réalisateur : A. Rakotomalala, Prod. Lacnad/PREFics

GENEVIEVE Lucie

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langues du monde

More Posts


2 réflexions sur « Journée d’études en sociolinguistique »

  1. En effet Gabriela, merci de cet ajout ! Je n’ai pas parlé de toutes les interventions de cette journée mais c’est vrai que ce documentaire était très intéressant.
    Ça me rappelle qu’avant de choisir définitivement le sujet de mon mémoire, j’avais pensé à travailler sur le langage des jeunes de cité et notamment sur celui des filles comme dans ce film.
    J’ai, par ailleurs, travaillé avec une fille de la classe, pour un des cours de Mme Spaet au premier semestre, qui travaillait sur ce sujet et je pense que ce film pour l’intéresser (malheureusement elle est en option 2 donc elle ne verrait pas ce post 😉
    En tout cas, après ce mémoire, j’aimerais beaucoup approfondir mes connaissances sur le rapport des filles à la langue et les raisons qui les poussent à “parler comme des garçons” car je trouve ça désolant qu’elles se sous-estiment en tant que femmes.

  2. Merci Lucie pour ce billet. Moi aussi j’ai assisté aux interventions de cette journée d’étude et j’avoue être encore impressionnée du documentaire “Les roses noires” qui nous a été présenté.
    C’était très impressionnant d’entendre ces jeunes filles raconter leur histoire. Par leur manière de raconter les événements, les jeunes filles arrivent à évoquer des questions très profondes, comme celle de l’identité, des relations de genre, du sexisme et de l’exclusion des femmes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.