Présenter son mémoire : l’analyse de « l’étrangeté » dans les interactions

Aujourd’hui, grâce aux nouvelles technologies, on peut communiquer avec les personnes à l’autre bout du monde sans se déplacer. Les domaines de la didactique et de l’acquisition des langues ont eu une grande influence sur ces innovations. L’e-Tandem est notamment un des moyens d’apprentissage des langues qui en tire profite. Les apprenants font un échange linguistique avec leurs partenaires via internet. Bien que ce type d’apprentissage contienne le potentiel pour promouvoir les interactions authentiques entre les apprenants, il reste des facteurs à améliorer afin qu’il soit davantage pratiqué. Il me semble qu’une des difficultés préalables pour les apprenants, soit de trouver leurs partenaires.
C’est la raison pour laquelle j’ai organisé l’e-Tandem franco-japonais entre les étudiants universitaires au Japon et en France. J’espère que mon projet permettra aux apprenants de pratiquer la langue dont ils font d’apprentissage et de se familiariser avec les cultures des uns et des autres.

Après avoir analyser les sessions, il est apparu certaines particularités dans les interactions entre apprenants par rapport à celles que peuvent avoir des natifs. J’ai défini ces particularités comme « l’étrangeté » dans la communication. Mon étude traite cette notion afin d’identifier sa place dans l’e-Tandem. Telle a été la problématique de mon mémoire.

A l’origine, ce projet de mémoire était organisé dans le but de traiter « l’alternance codique » comme objet d’étude. Cependant, au fur et à mesure, il me semblait que l’étrangeté prenait une place importante dans les interactions. Par conséquent, je l’ai fixée comme la notion centrale de ma nouvelle problématique. Bien que ce terme, « l’étrangeté », puisse donner une image négative, ce n’est pas une discussion si simple. C’est parce que ce phénomène est le fruit de nombreux facteurs.

Etant donné que mon mémoire se limite à décoder l’étrangeté, dans mon cas particulier, il est nécessaire de développer l’analyse. Cependant, j’espère que mon étude servira à approfondir la réflexion sur ce sujet afin de mieux traiter ce phénomène dans l’e-Tandem à l’avenir.

OGAWA Haruna

Etudiante M2 en didactique de FLE/FLS et langues du monde à l'université Sorbonne Nouvelle Paris 3.

More Posts


3 réflexions sur « Présenter son mémoire : l’analyse de « l’étrangeté » dans les interactions »

  1. C’est intéressant d’utiliser « étrangeté » pour interpréter ces phénomènes ! D’après toi, les partenaires ignorent la faute de leurs pairs, est-il une contrainte pour l’e-tandem ? Il nécessiterait un expert de langue qui intervient et corrige ces fautes.

    Concernant la continuité du projet e-Tandem, selon ma lecture, les pairs gardent parfois le lien social une fois le projet terminé. C’est un atout par rapport à un projet avec produit concret sur la Toile mais sans lecteur, comme ce que tu as témoigné dans ton expérience.

    J’aimerais bien assister à ta soutenance pour écouter ta recherche !

  2. Merci de partager ton sujet de mémoire intéressant ! Je m’intéresse à la notion de « étrangeté » : de quel phénomène s’agit-il ?

    De plus, tu parles de la difficulté pour l’apprenant de trouver son partenaire dans l’apprentissage e-Tandem. Il n’est pas moins vrai que dans un contexte institutionnel, le partenariat inter-institutionnel facilite telles mises en partenaires. Pourtant, une fois l’apprentissage institutionnel se termine, comment l’apprenant maintien la relation avec son partenaire pour continuer cet apprentissage ? ou cherche de nouveaux partenaires pour apprendre d’autres langues, en profitant le fruit d’e-Tandem institutionnel ? Je pose cette question un peu compliquée parce que la continuité du projet de télé-collaboration est problématique dans mon mémoire et je souhaiterais échanger avec toi pour avoir quelques perspectives de ta part.

    1. Merci Yigong pour ton commentaire constructif. Je n’ai pas présenté ma définition de « l’étrangeté » car j’ai eu peur qu’elle soit trop longue pour cet article. En principe, il s’agit de deux cas, « l’étrangeté grammaticalement correcte » et « l’étrangeté grammaticalement incorrecte ».

      Pour le premier cas, il s’agit d’un énoncé grammaticalement correcte mais qui n’est pas pertinent par rapport au contexte. Par exemple, dans mon cas j’ai vu que les participants utilisaient un langage soutenu dans un contexte amical.

      Le deuxième cas parle d’un énoncé grammaticalement incorrect. Autour de cet élément il y a plusieurs cas possibles, ainsi je ne peux pas tout présenter ici… mais par exemple les participants ignoraient souvent des énoncés grammaticalement incorrects afin de maintenir la fluidité de la conversation. Ainsi c’est un des cas de l’étrangeté que j’aborde dans mon mémoire.

      Je suis tout à fait d’accord avec toi concernant la difficulté de systématiser cet apprentissage dans un contexte institutionnel. C’est la raison pour laquelle, je n’ai pas pu organiser ce projet sur le long terme (et aussi avec plus de participants). Comme mon mémoire se concentre sur ces éléments linguistiques, je n’ai pas pu approfondir cet aspect. Pourtant, selon ma propre expérience, l’e-Tandem a encore des obstacles avant de pouvoir l’introduire en cours. Cependant il est vrai que mes participants ont montré également des échanges très enrichissants. Ca m’a fait plaisir de voir les participants s’envoyer des messages sur Facebook même après avoir terminé le projet. Ainsi je pense sincèrement qu’il est important d’avancer dans ta recherche!!! Je serai bien sûr enchantée de lire ton mémoire!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.