“Mon ami Jim” ou l’expérience d’une rencontre

A la lecture de l’album Mon ami Jim de Kitty Crowther (1996), un lien autour de la notion d'”expérience” semble se créer entre ce dernier et l’ouvrage de John Dewey : “L’Art comme expérience”. L’album de K. Crowther met en scène une rencontre entre deux héros que tout oppose au préalable (origines, milieu de vie, couleur de “peau” ou plutôt de “plumes” – ces derniers étant des oiseaux !) Cette rencontre, que nous pourrions définir plus précisément comme étant l’expérience d’une rencontre, fait écho à la définition suivante que l’on trouve dans l’ouvrage de Dewey: “[…] toute expérience est le résultat de l’interaction entre un être vivant et un aspect quelconque du monde dans lequel il vit”. A travers “Mon ami Jim”, nous sommes ainsi confrontés à la rencontre de l’inconnu qui est illustrée par la distinction physique (union des deux grands opposés: noir/blanc).
Il s’agit, à travers l’œuvre, de tirer une expérience: l’expérience de Jack, dont le titre “Mon ami Jim” est une projection.
Nous pouvons également soulever un autre écho entre l’album de Crowther et une définition issue de l’ouvrage de Dewey, illustrant également cette notion d'”expérience” : “une expérience a une unité qui la désigne en propre”. Nous pouvons alors parler, pour le personnage fictif de Jack, de “cette rencontre-là”, ou encore de “cet oiseau-là”, reprenant ainsi les exemples de Dewey pour illustrer la définition précédente.
Pour ces différentes raisons, nous pouvons qualifier l’album de Kitty Crowther comme illustrant l’expérience d’une rencontre.

Pauline Betton


Une réflexion sur « “Mon ami Jim” ou l’expérience d’une rencontre »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.