Compte rendu du colloque « La Francophonie : un enjeu d’avenir ».

Ce colloque organisé par Mme. Michèle André, ancienne ministre, sénatrice du Puy-de-Dôme, présidente de la commission des finances du Sénat sous le haut patronage de Gérard Larcher, président du Sénat s’est tenu le 12 mai 2016 au Palais du Luxembourg.

Le colloque se divisait en deux parties : Pour un droit à la langue française et Pour une francophonie ambitieuse. Dans la première partie, cinq prestigieux intervenants (Loïc Depecker, Jacques Legendre, Patrice Bachand, Jacques Toubon et Claude Hagège) ont pris la parole autours de la politique de promotion de la langue française qui est le cœur de l’action de la Francophonie.

Dans un premier temps, Jacques Toubon, ancien ministre de la culture et de la francophonie à présenter le projet de loi Egalité et citoyenneté qui vise à améliorer le -droit- à la langue française dans les secteurs professionnels et à définir les acteurs en charge de cette mission.

Dans l’esprit de cette loi, l’employeur devrait par exemple, mettre obligatoirement à disposition de ses salariés, des logiciels fonctionnant en langue française. A un niveau universitaire, les chercheurs ont la liberté et le droit de communiquer leurs publications scientifiques en langue française et ce, quel que soit le domaine de rattachement.

Afin d’affirmer l’enjeu politique de ces problématiques linguistiques, Patrice Bachand, conseiller à la délégation du Québec, est invité à nous parler de l’aménagement linguistique québécois qui illustre de manière significative la volonté de rehausser le statut du français par rapport à l’anglais dominant (nous retenons que le panneau de signalisation STOP est indiqué ARRËT au Québec).

Nous arrivons à notre dernier intervenant de la première partie. Il s’agit du grand, Claude Hagège, professeur honoraire au Collège de France et éminent linguiste auquel je consacre depuis peu, une lecture attentive de l’ouvrage, Halte à la mort des langues, livre de référence resté incontournable.

Au début de son intervention, Claude Hagège pose son attention sur l’expression défense de la langue française revenue plusieurs fois dans les débats. Il dénonce à travers elle, une vision ethnocentrique longtemps entretenue par la France et qui faute d’ouverture à l’autre s’est incarnée en une politique d’impérialisme linguistique.

Pour Claude Hagège, amoureux défenseur des langues et de la diversité culturelle, l’usage de l’expression, promotion de la langue française, rend plus sincèrement compte de l’âme de la francophonie. Il rappelle que l’institution est intrinsèquement liée aux locuteurs francophones du monde entier, notamment dans les pays d’Afrique. Par ailleurs, à l’intérieur de ces pays africains a émergé un français original avec des traits spécifiques issus de créations lexicales et de néologismes ce qui représente pour la francophonie un atout et une vitalité qu’il ne faut surtout pas écarter. Il rappelle également que le souci d’un parler « normé » relève de la fonction de l’école et des institutions de l’éducation et non pas de l’organisation internationale de la francophonie. Cela est également transposable aux parles des cités avec l’argot, le verlan, etc. qui représentent des richesses linguistiques qui ne sont autres que la « vie » de la langue française. Ainsi, avec sa vision de scientifique et de linguiste, Claude hagège invite la Francophonie à ouvrir la voie à la pluralité de la langue française pour justement en encourager la promotion.

Dans la seconde partie du colloque intitulée Pour une francophonie ambitieuse, quatre autres intervenants (Jean-Baptiste Lemoyne, Suzanne Bellnoun, Najwa El Haïté et Pascal Terasse) ont ouvert le débat sur l’économie francophone en marche, la francophonie numérique, les défis de la francophonie du XXème siècle et l’idée d’une francophonie plus que jamais moderne.

Parmi ces interventions, celle de Jean-Baptiste Lemoyne a été une véritable source d’inspiration et de motivation. D’abord fervent défendeur des langues régionales, le sénateur de l’Yonne se découvre très tôt ce qu’il nomme « une âme de militant francophone ». Il oriente le discours vers la prise d’initiatives et la mise en place d’un plan d’action de promotion de la langue française. Il ajoute que la Francophonie n’est vivante qu’à travers ses acteurs et que les jeunes doivent être sensibilisés à la beauté de leur langue par des interfaces modernes comme les réseaux sociaux.

Le colloque se terminera par une citation émouvante d’Albert Camus, « Notre patrie commune, c’est la langue française ». Voilà la grande cause de la francophonie et de ses membres qui se doivent d’honorer cet idéal au-delà des origines, des différences et des sensibilités de chacun.

Cette passionnante réflexion sur la Francophonie nous conduit à un verre de l’amitié qui se prolonge par la visite inattendue d’un lieu emblématique de la République française, le sénat.


3 réflexions sur « Compte rendu du colloque « La Francophonie : un enjeu d’avenir ». »

  1. Oui tu as tout à fait raison! Je n’ai pas pu assister à cette conférence, c’est dommage. Merci pour l’information! J’y passerai certainement.

  2. Merci pour ton commentaire. Je trouve ton sujet vraiment très intéressant ; en sortant de ce colloque, j’ai pris conscience combien cette vision ethnocentrique de la langue française (longtemps entretenue même par l’OIF) avait causé du tort à la promotion du français et conduit également au déclin de son enseignement. D’autre part, même si tous les intervenants du colloque mettaient en avant, la diversité culturelle francophone et sa richesse, on mesurait aisément la distance entre la réflexion neutre du linguistique et celle du politique qui par sa fonction est plus subjectif tout en restant paradoxalement principal acteur des questions éducatives.
    Il y a un autre colloque sur la francophonie, jeudi 26 mai au Centre Sèvres, le sujet est « Enseignement catholique et francophonie au Proche et Moyen-Orient, quel avenir ? » si tu es intéressée (j’y serai).
    P.S. Je parlerais dorénavant du pouvoir centralisateur de la France hexagonale, merci.

  3. Ton compte-rendu fait écho à mes lectures qui ont porté sur la francophonie. Je m’intéresse à la manifestation de la diversité culturelle francophone dans les manuels de FLE édités récemment en France . Il est vrai que la pluralité culturelle dont celle linguistique est le credo de la Francophonie. Sa promotion fait notamment partie des missions de l’OIF. De plus, l’intervention rapportée de Claude Hagège montre bien la tension centre/périphérie dans laquelle la diversité culturelle francophone s’inscrit. Michel Tétu parlait à ce propos du pouvoir centralisateur de la France hexagonale et plus particulièrement de Paris en termes de norme linguistique.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.