Le titre de mon mémoire

Nuémro 1 partout, non seulement pour un ticket mais également pour un mémoire

 

Si je souhaite écrire ce billet sur le titre de mon mémoire, c’est parce que le choix de ce dernier m’a paru plus difficile que la rédaction du mémoire. Pendant les cinq mois de la rédaction, je m’inquiétais pour l’intelligibilité, la longueur et la qualité du titre.

Selon Monsieur S. Martin, mon professeur de méthodologie, il suffit de lire un titre pour savoir la qualité d’un mémoire. Le titre résume l’ensemble des chapitres, des pages, des idées. Tout est dans ce titre ! Ces quelques mots continuent à résonner depuis ce jour-là dans ma tête.

Je n’arrivais pas, dans mon esprit, à savoir comment un titre pourrait résumer les 155 pages de mon mémoire ! Ma réflexion changeait au fur et à mesure. Ce qui était la problématique dans mon travail, ne l’est plus. Les idées sont modifiées, remplacées, nourries, etc. Mais le titre ?

Nous avons parlé tout au début de l’année des quatre carnets pour le mémoire ! J’ai pris ma décision et j’en ai rajouté un cinquième que j’ai intitulé « mon titre ». À la fin de chaque semaine, un nouveau titre a été enregistré. Je me trouvais il y a quelques jours avec une vingtaine des titres ! Parfois, ce qui changeait entre un titre et un autre, c’était une virgule, une parenthèse, deux points etc., mais d’autres fois, c’était des mots (place, présence ou statut de la compétence orale). Cette dernière notion a été également beaucoup changée. Qu’est-ce que c’est une compétence orale ? Pourquoi pas la compétence de la prononciation alors ? de la phonétique ? voire même la compétence phonologique !

Au moment où il fallait choisir, un miracle arriva. J’avais un dernier rendez-vous avec mon directeur du mémoire sur Skype. J’ai pris mon courage à deux mains et j’ai osé à poser la question :

Moi : « Qu’en pensez-vous de mon titre Monsieur le directeur  » ? Ce titre a été intitulé « l’analyse de la présence de la compétence orale dans les manuels d’arabe langue étrangère. Cas d’étude : le manuel d’arabe moderne de Luc-Willy Deheuvels ».

Monsieur B. Lauret m’a dit tout simplement : « Vous pouvez le laisser comme ça ou même effacer (l’analyse de la présence de) pour simplifier » !

J’avoue que cette merveilleuse solution ne m’est jamais arrivée à l’esprit. Oui, j’efface le début, pourquoi pas ! C’est plus clair et moins long. La réponse à ma question me semblait tellement rapide et simple que j’aurais souhaité l’avoir posé dès le début du travail.

C’est bien cela ce que j’aime dans la recherche, il faut toujours chercher et surtout il ne faut pas hésiter de poser des questions qui peuvent paraître naïves.

Merci Monsieur le directeur !

Crédit Image : TCL.

URL : https://www.infotec.be/fr-be/acheteruntitre/voyagerenrègle.aspx

 

Amal

Assistante pédagogique à l'Institut français du Proche-Orient et enseignante d'arabe langue étrangère à l'Institut français de Jordanie, je suis étudiante, actuellement, à l'Université Sorbonne Nouvelle Paris III en Master II Didactique des langues.

More Posts


18 réflexions sur « Le titre de mon mémoire »

  1. Merci Amal pour ton article! En fait le titre sert à attirer l’attention du lecteur : c’est pour cela qu’il doit etre simple , clair et intéressant en meme temps. Moi aussi j’hésite encore à faire des modifications du titre de mon mémoire surtout que j’ai un titre et un sous-titre.J’aime bien le titre de ton mémoire parce que c’est plus court et nous donne tout de suite envie de lire ton mémoire.C’est ça le but d’un titre:avoir envie de continuer la lecture.

  2. Merci Amal pour ton billet! C’est vrai que le titre d’un mémoire doit être à la fois intelligible et intéressant, succinct et précis en quelques sortes. La version définitive de ton titre du mémoire semble beaucoup moins court, mais plus exact! Je te félicite de ton succès du mémoire et la soutenance s’est très bien passé aussi!

    1. Merci Yi,
      Oui, effectivement le nouveau titre était plus court. Ce que je souhaitais souligner dans ce billet, c’est que les étudiants ont souvent tendance à compliquer les titres parce que cela donne l’impression que c’est plus joli et plus académique. Cependant, la complexité d’un titre a des impacts sur le lecteur non-spécialiste et c’est pour cette raison qu’il faut le simplifier.

      Il est important d’y regrouper les différents mots clés d’une façon à résumer le mémoire et à attirer le lecteur. La solution se trouve parfois dans le raccourci des titres.

      Bon courage à toi dans ta dernière ligne droite.

      1. Oui, ton article m’inspire beaucoup puisque mon titre est aussi long qui comprend trop d’adjectifs, d’articles définis/ indéfinis, d’épithètes, etc. Un titre succinct et précis peut attirer l’attention des autres d’un coup d’oeil! Merci beaucoup!!!

  3. Amal, merci pour ce billet qui me rassure étant donné que moi aussi j’ai été amenée à changer plusieurs fois mon titre depuis le début de la rédaction de mon mémoire (et je crois encore le modifier avant l’impression de la version finale).

    Comme nous avons vu aux cours de méthodologie, l’écriture est un travail constant de réécriture.

  4. Amal, merci pour ton billet très intéressant et pour ton style d’écriture agréable à lire. Je suis d’accord avec toi que le choix du titre représente une des étapes les plus difficiles de la rédaction de mémoire.

    Je partage ton expérience concernant la création d’un nouveau carnet qui porte sur le titre de ton mémoire. Moi, je l’ai fait aussi. Néanmoins, dans mon cas, ce carnet est resté vide d’idées pendant des mois, puisque je ne savais pas comment réunir trois notions très différentes mais indispensables à mon mémoire, notamment le jeu en général (autrement dit, le jeu hors de la classe de langue), le jeu grammatical et l’exercice grammatical, afin de montrer que j’écris sur la nature des jeux grammaticaux.

    Pour te donner un exemple, j’ai eu les phases suivantes liées à la création de mon titre :

    – Phase « zéro » : l’absence de titre ;
    – Phase « transitoire » : plusieurs titres provisoires, changements de l’ordre des mots et des signes de ponctuation, etc. ;
    – Phase « finale » : la création d’un titre définitif.

    Après avoir effectué tous les changements nécessaires à la phase « transitoire », je suis venue à la pré-soutenance de mon mémoire avec un titre provisoire suivant : Jeux grammaticaux : les jeux, les exercices ou un autre type d’activité ? Mais la phase « finale » a été terminée grâce à la question posée par Monsieur Serge Martin à la fin de ma présentation de mémoire, à savoir : «Pourquoi ne pas simplifier votre titre jusqu’au mot “exercices” ?».

    En ce moment-là, j’ai réalisé que cette excellente idée ne m’était jamais venue à l’esprit. Pourtant, c’est elle qui reflète le sens de ce que je vise à exprimer dans mon mémoire. Ainsi, le titre est devenu le suivant : Les jeux grammaticaux, les jeux ou les exercices ?

    1. Merci pour ton commentaire Anna.

      Ce qui me semble intéressant à souligner, c’est le fait que nous, les étudiants débutants de la recherche, sommes inquiets de tous ce qui simple. Si on limite les paroles, l’analyse, les phrases, le choix de vocabulaires de la façon la plus simple, nous pensons que cela fait moins élégant dans la recherche. Est-ce seulement ma perception subjective ou la tienne également ?

      C’est super que nous avons toutes les deux trouvé la solution en discutant avec nos directeurs. J’en suis reconnaissante.

      1. J’ai également cette doute entre l’exhaustivité et la simplicité. Voici le cours de Christian Puren (à voir le chapitre 2 : http://www.christianpuren.com/cours-m%C3%A9thodologie-de-la-recherche-en-dlc/chapitre-3-d%C3%A9finir-son-projet-de-recherche/), qui a proposé une méthode de définir le titre à partir des constats du terrain. Selon lui, le titre doit inclure le concept et la question de recherche. Pour lui, le titre a certaine équivalence avec le thématique de recherche. Personnellement, il suffit donc pour simplifier le titre en n’abordant que ces éléments.

      2. Pour moi, c’est le contraire. Mon problème c’est que j’écris souvent de manière très complexe et je n’arrive pas à trouver des mots simples pour pouvoir exprimer mes idées. Il me faut donc des jours et des jours pour formuler mes idées de manière plus simple, car je crois que c’est dans la simplicité et la clarté qu’il y a de l’élégance. Ainsi, je vise toujours dans mes écritures cette simplicité qui représente pour moi un objectif assez difficile à atteindre.

        Pourtant, après avoir trouvé des mots simples, je commence à penser que peut-être que mon idée n’est plus exprimée et que je dois réemployer des mots complexes.

    2. Merci Anna de partager ton expérience ! J’ai définit le titre de la même manière. Mais le début était plutôt quelques un titre avec quelques mots-clés.

      Je m’intéresse en plus à ton sujet. Justifies-tu finalement que les jeux grammaticaux ne sont pas les jeux, mais plutôt des exercices ? Ou au contraire ?

      1. Yigong, merci pour ton intérêt. Selon mon analyse des jeux grammaticaux choisis, ce type de jeux a d’une part, certaines caractéristiques de l’exercice, et d’autre part, certaines caractéristiques du jeu, ce qui veut dire que selon l’ensemble de leurs caractéristiques, des jeux grammaticaux ne représentent ni exercice grammatical ni jeu au sens strict de ces termes. Il me semble donc que cela m’offre la possibilité de supposer que les jeux grammaticaux représentent un autre type d’activité. C’est sur ce dernier point que je travaille actuellement.

        1. La conclusion est très intéressante ! Mais, je me demande pourquoi ils n’ont pas un double rôle, à la fois les jeux et les exercices ? Par exemple, il existe des jeux numériques aidant l’apprenant à mémoriser le vocabulaire. L’apprenant chasse des mots, réalise des achèvements pour gager des scores et badges. Selon moi, il est difficile de dire que ce ne sont pas des jeux, mêmes portant finalité lexicale/grammaticale. Comment classes-tu ces activités ?

          1. Yigong, tu as raison en disant que les jeux grammaticaux ont un double rôle ou une double nature, puisque, selon l’ensemble de leurs caractéristiques, ils ressemblent à la fois au jeu et à l’exercice grammatical. Pourtant, ils ont également leurs propres caractéristiques qui n’appartiennent ni au jeu ni à l’exercice grammatical, ce qui rend leur classification encore plus difficile. Pour ce qui est des jeux numériques, c’est un autre type de jeux qui n’ont rien en commun avec les jeux grammaticaux. Ainsi, pour ne pas développer ici ce sujet qui a une autre thématique que celle du billet d’Amal, je publierai un article sur les jeux grammaticaux (je suis en train de le faire) et j’essayerai d’y aborder tes questions un peu plus en détail. Merci beaucoup pour tes questions qui m’aident à créer cet article.

  5. Merci Amal pour ton billet !
    C’est vrai qu’on ne pense pas supprimer une partie du titre, surtout quand on a le nez dans le guidon. Plus on cherche , plus on ajoute des choses pour bien préciser et le titre s’allonge, se complique… Comme quoi la simplicité l’emporte toujours !

    1. Merci Sayaka pour ton commentaire.

      A mon avis, la recherche est faite pour analyser, simplifier, et clarifier les questions. En outre, il faut que la recherche soit comprise par les non-spécialistes qui s’intéressent à notre question. En compliquant les terminologies, on prive cette catégorie importante des gens de suivre notre réflexion.

      Le titre pourrait encourager ou inhiber la personne à choisir un tel ou tel ouvrage. Personnellement, j’ai eu de mal à suivre quelques articles écrits en français par des chercheurs spécialises. Il m’a fallu du temps pour comprendre les idées présentes dans leurs travaux. Il me semble également que ce n’est qu’une question d’une représentation dite “prestigieuse” des sciences sociales. Le fait de compliquer la façon d’écrire soit par la longueur des phrases soit par la lexicologie employée semble malheureusement avoir une place importante chez certains chercheurs.

      1. Merci, Amal, pour ton billet, qui m’a en quelque sorte”rassurée” au sens où il m’a permis de constater que je n’étais pas la seule à tourner et retourner les différents titres possibles pour mon mémoire, sans, dans mon cas, parvenir à en choisir un définitif…
        En ce qui me concerne, travaillant sur l’enseignement-apprentissage des langues étrangères par la pratique théâtrale, deux notions me “turlupinaient”, jusqu’à, d’une part, ma pré-soutenance sous la direction de notre professeur Serge Martin le 24 mars, et puis, d’autre part, mon entretien avec la professeure de Paris 3 Véronique Laurens le 26 avril : il s’agit des notions d'”authenticité” (dans le parler en langue cible acquis grâce à la pratique théâtrale) et d'”efficacité” (de la pratique théâtrale comme moyen d’apprentissage de cette même langue cible).
        Ainsi, le premier titre formulé pour mon mémoire était “L’enseignement-apprentissage des langues étrangères par le théâtre : pour un “parler vrai” dans la langue cible”, l’adjectif “vrai” renvoyant ici pour moi à la notion d'”authenticité”, que j’aurais repris dans la problématique annoncée à la fin de l’introduction. Serge Martin, à la suite de mon exposé, m’a fait comprendre qu’il était préférable de remplacer la notion d'”authenticité”, impossible à mesurer, par la notion de “théâtralité”. Cela a représenté une formidable ouverture pour moi, car je sentais bien que la première n’était pas juste sans parvenir à en formuler la raison… J’ai alors pensé à un nouveau titre possible : “L’apprentissage théâtralisé de l’oral, une technique efficace en didactique des langues étrangères”. Or, Véronique Laurens , avec laquelle j’ai fait un entretien dans le cadre du mémoire un mois plus tard, a très vite remis en cause la notion d'”efficacité”, en réponse à l’une de mes questions sur son expérience du théâtre en didactique du FLE, car celle-ci est également très difficile à “prouver” sans un étude “scientifique” de la question, que, personnellement, je ne ferai pas . Je me suis donc dit qu’il valait mieux remplacer le terme d'”efficacité” par le terme de “pertinence”, moins difficile à démontrer parce que plus ouvert.
        Ainsi, au jour d’aujourd’hui, j’ai noté moi aussi sur l’ un de mes petits carnets de recherche le titre, encore provisoire mais déjà plus sûr que voici : “La pratique théâtrale, une voie pertinente pour l’apprentissage de l’oral en langue étrangère?” Mais je m’aperçois en l’écrivant qu’il se présente sous forme d’interrogation, ce qui constitue la forme que l’on donne plutôt à la problématique! Donc, affaire à suivre…

        1. Tout à fait d’accord avec Véronique Laurens…
          Bravo pour cette réflexion Laura !
          J’hésiterais encore et me demanderais si ces titres ne viseraient pas plus juste :
          – La théâtralité pour un “parler vrai” en didactique des langues;
          – La théâtralité en didactique des langues : observations et réflexions pour un apprentissage pertinent de l’oral
          etc…

      2. Je suis tout à fait d’accord avec toi à propos de l’utilisation de la terminologie impénétrable et de toutes les phrases très longues… À force de lire des textes comme cela, peut-être que les chercheurs y sont habitués et ne pensent plus que c’est compliqué pour les autres. Un jour, j’ai montré un article sur les SPA (Séquences Potentiellement Acquisitionnelles) à une personne qui n’était pas dans le domaine, mais qui est française, elle n’a pas arrêté de rire. Elle m’a dit que pour les gens normaux, la SPA, c’était pour les chiens ! (SPA : Société Protectrice des Animaux) Et je te dis que j’ai eu plus tard une autre personne qui m’a fait remarqué gentimment la même chose… Cela m’a fait réfléchir. Parfois la terminologie d’un domaine me semble être tellement déconnectée du monde extérieur.
        Merci pour ta réponse, Amal !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.