Transcription

Une des difficultés que j’ai rencontrée sur le terrain, ou plutôt après le terrain a été la transcription des données recueillies. Il s’agissait d’enregistrements de quelques séances de l’apprentissage en tandem et cela me semblait être juste une simple étape préalable à la démarche d’analyse. Or, cela a été loin d’être simple.

Quand j’ai commencé à transcrire mes données, je me suis tout de suite rendu compte combien une conversation était remplie de tous les petits « hm »,« euh », « bah » et de pauses et d’allongements de syllabes et de faux départs, etc. J’aurais pu tout entendre puisque j’ai participé aux enregistrements. Toutefois, mes oreilles ont laissé passer la plupart de ces petits bruits sur le moment. Alors, si je ne les ai pas captés en tant que participante d’une interaction, est-ce que le fait de les reconstituer par la transcription serait pertinent ? Ne serait-ce pas une sur-objectivation, si l’on peut dire comme cela ? Tout de même, je les ai transcrits tous de la manière la plus fidèle possible.

Ces petits détails, qui m’ont pris énormément de temps à transcrire, se sont avérés primordiaux lors de l’analyse. Ils étaient aussi importants que ce que les participantes avaient dit avec des mots, puisque « euh:: oui », « + + oui:: » et « oui ! » ne sont pas du tout les même choses bien évidemment (:: = allongement, + = pause).

Pour analyser les données orales, il faut d’abord les transformer en données écrites, car on a besoin d’un appui stable et non éphémère. L’analyse dépend ainsi de la transcription. Afin de comprendre correctement les données, même si une part de subjectivité est inévitable, il est donc fondamental de transcrire jusqu’au moindre détail. Autrement, une transcription hâtive influence les résultats de l’analyse d’une manière significative.



Citer ce billet
Sayaka WAKASA (2016, 11 mai). Transcription. art, langage, apprentissage. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/cybp

Sayaka WAKASA

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

4 réflexions sur « Transcription »

  1. Merci Haruna pour ton commentaire !
    J’imagine bien que la transcription a été une étape importante pour ta recherche aussi. Bon courage pour la suite et merci beaucoup pour l’information !

    Sayaka

  2. Sayaka, Olga,
    Je suis tout à fait d’accord avec vous de transcrire toutes les détails (et des bruits) dans l’échange. Je pense que même la façon d’apporter d’un mot ce que l’on dit pourrait être différente selon les langues.
    Lorsque j’ai fait la transcription, je me suis appuyée sur cet ouvrage, Bange, P.(1992) Analyse conversationnelle et théorie de l’action. Paris : Hattier et Didier. Il y a un chapitre qui traite la discussion autour de la transcription. Peut-être il peut vous intéresser!

  3. Olga,
    C’est beau de penser que les erreurs font partie du parcours de chaque apprenant : ) Mais oui, c’est vrai !
    Et puis, tous les petits bruits de rien du tout, ce n’est pas rien justement. Comme tu le dis, c’est une mine de renseignements dans tous les types de discours.
    Merci pour ton commentaire !

  4. Je suis d’accord avec toi Sayaka. Moi aussi je me suis posée cette question de plus du fait que j’ai interviewé des gens qui ne maîtrisaient pas forcément le français. Mais je n’ai pas hésité à garder ces petites erreurs car cela fait partie du parcours de chacun et toutes ces interjections, onomatopées relèvent plein d’informations dans n’importe quel discours!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.