Journée d’étude : L’évaluation de l’oral

 

Le 29 janvier 2016, j’ai assisté à la journée d’étude – L’évaluation de l’oral – organisée par le laboratoire Plidam.

(URL : http://www.inalco.fr/sites/default/files/asset/document/prg_oralite_0.pdf )

Évaluer la production orale est une tâche qui est loin d’être simple. Les participants, qui étaient la plupart enseignants en langues, ont présenté leur expérience de l’évaluation de l’oral ainsi que leur réflexion sur cette tâche délicate. Voici quelques présentations :

Szende s’est interrogé sur ce qu’est “ l’oral ” en classe de langue. Doit-il être plus près du réel ? Peut-on compenser l’absence du réel ? On parle souvent de “ l’oral spontané ”. Or, qu’est ce que cela désigne concrètement ? Existe-t-il vraiment ? Dans l’enseignement des langues étrangères, l’évaluation est un élément-clé. L’enseignant doit se poser en évaluateur à un moment ou un autre. Le caractère insaisissable de l’oral apparaît alors comme un obstacle. La production orale est très difficilement évaluable, puisqu’elle est régie, non seulement par les compétences linguistiques de l’apprenant, mais aussi par d’autres facteurs comme le stress.

Narcy-Combes a souligné également la complexité de la production orale, qui la rend  difficile à évaluer. L’enseignant risque d’évaluer d’autres choses que ce qu’il pensait. D’où la nécessité de disposer de critères d’évaluation, dans la mesure où ce sont des critères clairs et précis. Or, comme Narcy-Combes l’a mentionné, la grille d’évaluation du CECR, référentiel dominant, présente des critères approximatifs. On y trouve des expressions ambiguës telles que « quelques » (mais combien?), « expressions simples » (simple ?), « très limité » (limité, par rapport à quoi ?)…  L’importance de clarifier l’objectif de l’évaluation a été également évoquée par Narcy-Combes. Comme pistes de réflexions, il a distingué trois types d’évaluation : évaluation diagnostique, formative (objectif atteint / non-atteint) et sommative ou certificative (la tâche doit être accomplie pour pouvoir évaluer).

Kostakiotis s’est demandé si « évaluer » signifie « noter ». Il a souligné que l’évaluation ne se résumait pas à la simple comptabilité de fautes et il a insisté sur le fait que la question devrait être « quoi évaluer » et non « comment évaluer ». D’après lui, le contrôle doit se pratiquer sur des éléments directement liés au cours et aux objectifs préalablement définis. Et ce, dans le cadre de la communication. Évaluer dans l’absolu est impossible, il faudrait donc définir quoi évaluer.

En assistant à cette journée d’étude, je me suis souvenue de quelques épreuves orales que j’avais passées pour des certifications de français ou des contrôles dans le cadre de cours de français. L’intervention de Kostakiotis m’a notamment interpellée. L’épreuve de production orale me semblait toujours un peu floue par rapport à celle d’autres compétences. Il n’est pas facile de parler à une personne qui n’arrête pas de noter quelque chose à chaque fois qu’on ouvre la bouche. Parfois on sent que la question est clairement orientée vers un mode de verbe que l’on doit utiliser pour être qualifié du niveau concerné, mais l’on ne trouve qu’une réponse qui ne nous permet pas d’employer ce mode. La personne note quelque chose après la non-utilisation de ce mode et on a presque envie de dire qu’on est capable d’employer le conditionnel passé, si vous voulez bien ! Si c’est un jeu qui a des règles, il faut bien en faire part. Sinon, on n’est pas performant.

L’évaluation de l’oral pose ainsi de nombreuses questions. Cette journée a été enrichissante, d’autant plus qu’aujourd‘hui, la compétence de la communication orale semble devenir de plus en plus l’objectif central dans l’appropriation d’une langue étrangère.

 

 

Sayaka WAKASA

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts


2 réflexions sur « Journée d’étude : L’évaluation de l’oral »

  1. Sayaka, merci de m’avoir fait part de cette journée d’étude qui aborde le sujet auquel je m’intéresse beaucoup, notamment l’évaluation des productions orales.

    Ton compte-rendu bien précis me fait penser à mes expériences en tant qu’apprenant au cours des épreuves orales du DELF/DALF ou des examens oraux de français à la fin d’année universitaire. Je ne me rappelle que mes sentiments de stress et trois examinateurs. Le premier note quelque chose sans cesse, le deuxième consulte sa montre et le troisième me regarde attentivement dans les yeux. Il est évident que le stress pareil provoque inévitablement des fautes au cas où on n’apprend pas à le gérer avant l’épreuve orale. Pourtant, il est assez difficile de le faire.

    De plus, même si l’enseignant essaye d’être objectif grâce à nombreux critères d’évaluation, les problèmes liés à la subjectivité d’évaluation et à “quoi évaluer” reste toujours majeurs.

    Ainsi, je pense que l’évaluation est une tâche délicate, puisqu’elle peut avoir un impact négatif sur la motivation de l’apprenant voire sur son avenir professionnel.

    J’aimerais te demander s’il existe d’autres grilles d’évaluation qui sont plus claires que celle du CECRL ?

    1. Merci Anna pour ton commentaire et ton témoignage !
      C’est vrai que parfois l’évaluation peut être très démotivante, comme tu le dis. Et pour les grilles d’évaluation, si j’ai bien compris ce que j’ai entendu dans la journée d’étude, il ne peut pas exister de grilles très précises qui puissent s’adapter à toutes les évaluations orales et à tous les apprenants. D’où les critères approximatifs du CECRL. En tout cas, pour les contrôles en classe de langue, il suffirait que l’enseignant élabore une grille à chaque fois en fonction du contenu du cours. Pour les certifications, ce n’est pas aussi simple…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.