Germaine TILLION, ethnologue à pieds nus Rencontre et débat autour du film : Les Images oubliées de Germaine Tillion (2001)

« Littératures et anthropologie : histoires de gestes 2 »
Séminaire transversal de l’UMR 7172 THALIM (Paris 3/CNRS) animé par Aline Bergé et Serge Martin

                                                              Musée du Quai Branly, salle 2

                                                                       Jeudi 12 mai 2016
                                                                            17h30-19h30

                                                                     Augustin BARBARA
Professeur de sociologie, Université de Nantes
Association Germaine Tillion

Germaine TILLION, ethnologue à pieds nus

Rencontre et débat autour du film : Les Images oubliées de Germaine Tillion (2001)

Elève de Marcel Mauss et de Louis Massignon à la suite d’études en préhistoire, archéologie et psychologie, Germaine TILLION (1907-2008) effectue ses premières missions d’ethnologue de 1934 à 1940 dans les Aurès en Algérie, où elle étudie l’ethnie berbère des Chaouïas. Rentrée en France en juin 1940, elle s’engage dans la résistance et y organise le « réseau du Musée de l’Homme ». Emprisonnée à Fresnes en 1942 puis déportée au camp de Ravensbrück (1943-1945) à la section Nacht und Nebel – « nuit et brouillard » des condamnées à mourir sans laisser de traces, elle analyse le système concentrationnaire (Ravensbrück, 1946) et enquête après guerre sur les femmes victimes des camps.
Durant la guerre d’indépendance en Algérie (1954-1962), elle réinvestit sa connaissance économique, sociale et culturelle du terrain et des hommes et son expérience de la résistance au service de plusieurs actions politiques de médiation et de conciliation entre les partis : création des centres sociaux pour la santé, l’instruction et la formation des populations locales ; dénonciation de la torture, des exécutions capitales et du terrorisme ; défense des droits humains.
A l’EHESS qu’elle contribue à créer, Germaine Tillion anime la chaire d’anthropologie des peuples d’Afrique du Nord. Fondateurs pour la compréhension des sociétés de la Méditerranée et ponctués de parallèles éclairants avec l’Europe (Le Harem et les cousins, 1966 ; Les Ennemis complémentaires, 1958 ; L’Afrique bascule vers l’avenir, 1960 ; Il était une fois l’ethnographie, 2000), ses essais resituent avec maestria ces provinces du monde dans la géohistoire longue des sociétés humaines, comparent leurs rapports à l’espace et leurs manières de vivre entre soi ou avec les autres, donnent à penser l’avenir du monde, le rôle des femmes et de l’éducation et la nécessité d’ « inventer autre chose ». Son appel à l’entretien d’une « politique de la conversation » demeure d’une vive actualité dans le contexte mondial du terrorisme (Combats de guerre et de paix, 2007). A ce grand témoin engagé du siècle passé, grand-croix de la Légion d’honneur en 1999, un hommage a été rendu au Panthéon le 27 mai 2015, en même temps qu’à Geneviève de Gaulle-Anthonioz, sa compagne à Ravensbrück, Jean Zay et Pierre Brossolette, autres grandes figures de la Résistance.
*
Né à Bône (Annaba, Algérie) en 1937, Augustin BARBARA a effectué sa première thèse de doctorat en anthropologie sous la direction de Germaine Tillion à l’EHESS. Ses travaux portent sur les structures de la parenté, la sociologie de la famille, les migrations et les dynamiques intergénérationnelles dans le contexte des relations interculturelles de l’Algérie et de la France, en Europe et au Canada (Mariages  sans frontières, Ed. du Centurion, 1985 ; Les  couples  mixtes, Préface d’Albert Jacquard, Bayard, 1993). Auteur de nombreux articles sur l’entre-deux, la bi-culturalité et le genre, il a également écrit une dizaine d’articles sur Germaine Tillion, et participé à la réalisation du film documentaire de François Gauducheau, Les Images oubliées de Germaine Tillion (2001), en compagnie de l’historienne Nancy Wood, co-éditrice avec G. Tillion d’un livre de ses photographies des années 30 : L’Algérie aurésienne (Ed. Martinière / Perrin, 2001).
A partir de ce film qui revisite de manière sensible et concrète, par l’image, le récit et la conversation, la trajectoire d’ensemble de G. Tillion, A. Barbara nous propose de découvrir ou relire sous l’angle des gestes le travail au long cours de l’anthropologue : sa première expérience de terrain dans les Aurès et sa méthode, revisitées par elle 60 ans après ; la maturation de sa réflexion au fil de l’histoire et des actions menées ; les constantes de la vie et de l’œuvre d’une « ethnologue à pieds nus » qui fut aussi – le saviez-vous ? – une grande lectrice de la littérature par le geste…

                                                                          Entrée libre.

               Musée du Quai Branly, 37 Quai Branly, 75 007 PARIS, salle de cours n°2 (sous-sol)
Accès. Métro : Alma-Marceau. RER C : Pont de l’Alma. Bus : 63.
Contacts : <Aline.Berge@univ-paris3.fr>

Serge Martin

Professeur émérite de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.