La classe de langue étrangère: Une double scène

Un intérêt porté sur la création de situations à l’intérieur d’un atelier d’apprentissage où l’introduction à la découverte d’une nouvelle langue est conçue pour orienter et accompagner de nouveaux individus désireux de s’engager dans l’acquisition d’une nouvelle façon de communiquer. Ceci me pousse à faire une recherche me permettant de trouver les techniques orientées à accueillir ce public qui n’envisage pas d’être noté ou évalué, mais qu’au contraire, cherche à s’exprimer sans aucune contrainte au sein d’un espace le lui permettant. La création de cet espace permettra à ces  individus dépassant l’âge adulte où l’encouragement vers l’apprentissage de la  langue va s’effectuer à travers la communication verbale et non verbale mais accompagnées aussi de tous ces sentiments qui découlent des situations apparaissant dans le déroulement des sessions, par conséquent aucune trace de stress ou contrainte quelconque ne doit parasiter ce processus à fin d’atteindre cet objectif.

Cependant, ces espaces ont été déjà expérimentés par quelques  didacticiens  dont je vais vous parler avec un peu  plus de détails et qui ne font  que confirmer le cheminement qu’il faut suivre.

« Le recours à Ionesco a joué un rôle décisif dans notre approche de la communication didactique. En effet, au théâtre, la communication entre l’auteur et le public se fait par l’intermédiaire des personnages (fictionnels) mis en scène1 ; en classe de langue, enseignant et apprenants ont à leur tour la possibilité de faire appel à des personnages fictionnels par le truchement des jeux de rôle.

C’est en tant que « lieu de fictionnalisation » (Coste, 1991, p. 247) que le discours de la classe nous intéresse ici. Autrement dit, nous nous proposons de mieux cerner la singularité de ce « contrat de fiction » (Cicurel, 1988, p. 24) qui présuppose comme cadre externe la classe de la langue étrangère. Pour traiter la question, (cela peut  s’envisager) sous une triple optique : la fiction dans son rapport avec les acteurs de la scène didactique, les situations, créées  dans cet espace et l’objet cible (la langue étrangère en cours d’apprentissage) » (Soares da Rocha, D.O., La fiction dans le cadre de l’interaction didactique : Une lecture du théâtre de Ionesco.)2

L’application de ces techniques doit s’initier avec l’accord des deux parties, c’est-à-dire entre l’enseignant et l’apprenant, un contrat établi dès le début de l’atelier pour que l’apprenant comprenne la dynamique du déroulement des sessions. Comme le mentionne Cicurel, la fiction va jouer un rôle important dans la détente du corps et par conséquent des intentions pour une meilleure appropriation du nouveau répertoire langagier de la langue cible.

  1. Voir à ce sujet la duplicité de la parole dans la communication théâtrale (Maingueneau, 1990. P.141)
  2. La construction interactive des discours de la langue. (Coordination Éditoriale Cicurel, F. Blondel, E., p 62)

Bibliographie .

CICUREL, F. (1988) : « Fiction et mise en scène dans un cours de langue » dans Lend année XVII, n°1, Bruno Mondadori, Rome.

CICUREL, F. (1989) : «  La mise en scène du discours didactique dans l’enseignement des langues étrangères » dans Bulletin CILA 49, Lausanne.

COSTE, D. (1974) : « Le fictionnel ordinaire des discours d’apprenants » dans Russier, C., Stoffel, H. et Véronique, D., (dir) : Interaction en langue étrangère, Université de Provence, Aix-en-Provence.

IONESCO, E. (1974) «  Exercices de conversation et de diction françaises pour étudiants américains » dans Ionesco, E. : Théâtre V, Gallimard, Paris.

CEDISCOR 4 (1996) : « La construction interactive des discours de la classe de langue ». Les carnets du Cediscor, coordination éditoriale Cicurel, F. Blondel E., Presse de la Sorbonne Nouvelle, Paris.


Céspedes

Étudiant en Didactique du FLE/FLS et langues du monde Master 2 à l'Université Sorbonne Paris 3.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *