Qu’est-ce que pour vous le « paralangage »?

L’intérêt de partager avec vous ce billet, part du fait que dans le langage technique concernant la communication,  il peut y avoir des confusions entre la définition d’un mot et l’autre. Dans mon sujet de mémoire le mot « non-verbal » est un mot clé, un nom  central pour l’explication de mes idées. Sa  signification se rapproche du mot « paralangage » et dans plusieurs lectures effectuées tout au long de ma recherche la distinction n’est pas du tout claire ; ce qui me paraît peu responsable de la part de quelques chercheurs, car la généralisation des définitions peut perturber la bonne compréhension de ce type de littérature.

Cette plongée à un monde peu connu dans ma condition de didacticien, m’a permis d’être très prudent au moment d’utiliser le mot juste, afin de ne pas confondre le lecteur. C’est pourquoi, il me semble  absolument obligatoire présenter certaines définitions clés permettant  d’avoir une notion claire pour comprendre le propos de mon travail de recherche. Les citations que je vous partage ont été tirées du livre  « Le geste à la parole » de Bogdanka Pavelin.

« Le terme de « paralangage » tout comme celui du « non-verbal », est sujet à divers acceptions. Si nous avons recours à ce terme, c’est uniquement pour évoquer les différentes positions d’autres chercheurs sur le domaine de la posturomimogestuelle en interaction avec la parole. Mais il est clair que les termes de « paralangage » ou de « paraverbal » ne peuvent nous convenir, car les comportements PMG, les comportements vocaux et les comportements verbaux sont toutes des manifestations de l’arsenal langagier plurimodal.

Pour certains (Knapp 1972), seuls les éléments vocaux non verbaux tels que les qualités de la voix (intonation, timbre, volume, hauteur…), les vocalisations (rires, sanglots, soupirs..), ou les « pauses non grammaticale » (cf. Miller 1975) définissent le « paralangage ». D’autres entendent  par « paralangage » les activités non verbales, vocales et posturomimogestuelles, en concomitance avec le comportement verbal lors d’une interaction en face-à-face. Cela permet à Abercrombie (1972b, 64) de constater1 :

1  « Anyone whit the professional interest in spoken language is likely, sooner or later, to have to take an interest in paralangage »

« Quiconque qui s’intéresse professionnellement à la langue parlée a des fortes chances d’être obligé, tôt ou tard, de s’intéresser au paralangage ».

Selon la seconde interprétation, le non-verbal serait le terme générique du « paralangage ». Ainsi la communication non verbale (CNV)  engloberait les faits sémiotiques qui ne relèvent pas du système fortement codé de la langue naturelle, et qui peuvent par ailleurs avoir lieu indépendamment de la production d’une langue naturelle. Le « paralangage » par contre, en tant qu’aspect spécifique de la CNV, est en étroite interaction avec la parole lors d’une conversation en face-à-face. Il en découle que le « paralangage » est non verbal, tandis que le non-verbal  n’est pas toujours « paralangage ».

Un peu plus loin continuant dans son explication Pavelin cite d’Abercrombie (1972b, 64) :

« Nous parlons grâce à nos organes phonatoires, mais nous conversons par notre corps entier ; la conversation dépasse largement un simple échange de mots. » ».

Bibliographie :

B. Pavelin, Le geste à la parole, Presse universitaire du Mirail, Université de Toulouse, Toulouse, 2002. pp 20-23.


Céspedes

Étudiant en Didactique du FLE/FLS et langues du monde Master 2 à l'Université Sorbonne Paris 3.

More Posts

2 réflexions sur « Qu’est-ce que pour vous le « paralangage »? »

  1. Merci pour le billet sur la notion paralangage. Je me demande si le phénomène paralangage ne concerne que l’oral ou inclut également des traces écrits, par exemple, les émoticônes, les images, les symboles, etc. Selon la seconde interprétation, le champs de paralangage semble vaste, tandis que la première ne concerne que l’oral.

    1. Je t’en pris Guo. Concerneant ta question, je ne pourrais pas te donner une réponse exacte car mon thème concerne l’étude de la communication non verbale, c’est-à- dire, le langage gestuel qui accompagne le verbal. Et oui, comme tu le réfères, ces traces écrites n’appartiennent pas à la communication orale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.