Une des visions de la recherche

En lisant l’ouvrage de Haydée Silva Le jeu en classe de langue (2008), nous avons fait attention à la manière dont l’auteur y construit sa recherche autour de la notion de jeu. Ainsi, il nous semble intéressant d’examiner de plus près sa vision de recherche pour prendre connaissance d’une des manières possibles de faire de la recherche.

D’après Silva, « faire le récit d’une recherche consiste à faire aussi le récit d’un pan de vie » (2011 : 425), c’est pourquoi à travers Le jeu en classe de langue, qui est un ouvrage de jeux mais aussi sur les jeux, l’auteur partage les fruits de sa recherche de plusieurs années, notamment les fruits d’« une expérience de recherche ancrée dans un temps, dans un espace, dans un parcours et dans un projet de vie    spécifiques » (Ibidem). De cette façon, ce livre représente  « une somme personnelle de l’expérimentation, de la mise en pratique et de l’élaboration de jeux pour la classe de langue » (Silva, 2008 : 7) qui peut être utile pour un large public.

Dans son ouvrage, Silva se sert de la conception proposée par Chiss, pour qui « la scientificité […] est affaire d’explicitation, de clarification, de classement » (Chiss, 1989 : 51), en d’autres termes elle dégage d’abord des problèmes autour de la notion de jeu et les explique, en mettant au clair les principales pistes théoriques portant sur le phénomène de jeu. Ensuite, elle propose un répertoire de 20 fiches de jeux qui sont classés selon les niveaux de A1, A2, B1. Chaque jeu est suivi de plusieurs suggestions de variantes. De façon générale, sa vision de la recherche est proche du modèle qui établit un lien entre « action, production de savoirs et construction » (Barbier, 2008 : 133).

Les interrogations centrales de ce livre sont les suivantes : Le jeu, quelle place occupe-t-il dans la classe de langue ? Quels sont ses avantages et ses limites ? Peut-il constituer un outil à part entière en classe de langue ? Si oui, à quelles conditions ?

Afin d’aborder ces questions et d’orienter sa recherche, l’auteur définit des objectifs principaux et construit des hypothèses centrales (Silva, 2011).

Parmi les objectifs principaux, il s’agit de mentionner les suivants :

  • La promotion d’une utilisation raisonnée du jeu en tant qu’outil d’enseignement/apprentissage des langues auprès d’un public adolescent et adulte ;
  • L’étude des éléments théoriques de base favorisant l’exploitation du jeu non seulement par des professeurs de langues expérimentés mais aussi par des étudiants en formation et par des professeurs débutants ;
  • La proposition des pistes concrètes concernant l’intégration du jeu en classe de français langue étrangère afin de diversifier des techniques et des pratiques de classe de langue.

Pour ce qui est des hypothèses, elles sont au nombre de six, à savoir :

  • Le jeu peut favoriser l’enseignement/apprentissage d’une langue étrangère ;
  • Le jeu peut répondre à diverses exigences méthodologiques ;
  • Une utilisation raisonnée du jeu permet la progression du processus d’enseignement/apprentissage, le développement de la gamme des techniques et le respect des exigences institutionnelles (programmes, traditions, contraintes matérielles et d’autres) ;
  • Le jeu permet de promouvoir une personnalisation des pratiques pédagogiques ;
  • Le jeu représente une richesse offrant de nombreuses options adaptables à divers types de public ;
  • Le jeu en classe de langue peut varier selon ses formes, en allant au-delà des jeux de lettres et jeux de mots qui sont directement rattachés à la compétence linguistique, pour mettre l’accent sur les différentes compétences langagières et générales.

Silva confirme que jusqu’à présent, les objectifs mentionnés ci-dessus sont atteints et les hypothèses sont validées.

Ainsi, il nous semble important de souligner que le travail sur Le jeu en classe de langue a ouvert à l’auteur de nouvelles pistes  de recherche autour de la notion de jeu (Silva, 2011), plus précisément la place de jeu dans le Cadre européen commun de référence (Conseil de l’Europe, 2001), la question du jeu dans les programmes de français sur objectif spécifique, l’évolution diachronique du phénomène de jeu en didactique des langues et beaucoup d’autres, ce qui montre à nous, aux chercheurs débutants, que la recherche scientifique provient du domaine « de l’inachevé, et chaque nouvelle étape marque non pas la fin d’une exploration mais un nouveau point de départ » (Silva, 2011 : 433). Cela nous renvoie donc à ne renoncer ni à la déconstruction critique des contenus existants ni à la construction de contenus alternatifs mais sous trois conditions, notamment « l’étayage théorico-empirique de ce travail, l’évaluation des propositions afin de spécifier leurs intérêts et leurs limites, leur présentation en tant que contribution à une ouverture des   possibles » (Reuter, 2008 : 230).

 

Bibliographie

BARBIER, J.-M. (2008), « Entretien de Jean-Marie Barbier par Françoise Clerc », Recherche et formation, numéro 59, pp. 133-140.

CHISS, J.-L. (1989), « Revendication d’autonomie et horizon de scientificité en didactique du Français », Langue Française, numéro 82, pp. 44-52.

CONSEIL DE L’EUROPE (2001), Cadre européen commun de référence pour les langues. Apprendre, enseigner, évaluer, Paris, Didier.

REUTER, Y. (2008), « Synthèse. Didactique du français : éléments de réflexion et de proposition », Didactique du français, Bruxelles, De Boeck, pp. 211-234.

SILVA, H. (2008), Le jeu en classe de langue, Paris, CLE International.

SILVA, H. (2011), « Le jeu en classe de langue : sur les traces d’une didactique potentielle », Chardenet, P.; Blanchet, Ph. Et al., Guide pour la recherche en didactique des langues et des cultures. Approches contextualisées, Paris, Éditions des archives contemporaines, pp. 425-434.


VORONTSOVA-MENALO Anna

Etudiante en Master 2 Didactique du FLE/S et langues du monde, à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3.

More Posts

3 réflexions sur « Une des visions de la recherche »

  1. Merci Anne pour la recommandation d’un livre intéressant. Il semble que selon les hypothèses de Silva l’utilisation de jeux ont des apports sur la didactique du côté de l’enseignant, par exemple favoriser personnalisation des pratiques et diversifier la pratique d’enseigner. En plus, je m’intéresse, selon tes expériences, quels sont les intérêts de jeux aux apprenants ? Qu’est-ce qu’ils pourraient apprendre de plus par rapport à la pédagogique traditionnelle ? As-tu des recommandations bibliographiques ?

    1. Yigong, merci pour ta lecture et tes questions intéressantes. Pour les apprenants, le jeu en classe de langue peut représenter une activité : permettant la communication entre les joueurs ; permettant la socialisation (le respect mutuel entre joueurs, le respect des règles et conventions, la coopération entre les joueurs) ; motivante pour aller plus loin dans l’apprentissage (pourtant, ce point est discutable, car pour certains apprenants le jeu peut être motivant mais pour les autres non) ; facilitant la résolution de problèmes (ce côté psychologique peut être lié, par exemple, à l’élaboration de stratégies personnelles ou collectives).

      Ta deuxième question est intéressante, car elle évoque l’idée d’apprentissage par le jeu. Je te conseille de lire Brougère (1995, 2005) pour savoir un peu plus sur cette question. En réfléchissant sur le lien entre jeu et apprentissage, je me demande si l’apprentissage passe par le jeu ou par d’autres voies, ou bien si c’est seulement en conséquence que l’apprenant peut apprendre ou pas. De manière générale, les apprenants ont une attitude ludique qui rend le processus d’apprentissage attractif et amusant. Selon beaucoup de chercheurs, c’est cette dimension ludique qui représente un des grands avantages du jeu par rapport à la méthodologie de la pédagogie traditionnelle.

      Concernant la bibliographie, je te conseille vivement de lire trois revues entièrement consacrées aux jeux en classe de langue :

      Français dans le monde (1976), Jeux et enseignement du français, numéro 123, Paris, Librairies Hachette et Larousse.

      Français dans le monde. Recherches et applications (2016), Jeu(x) et langue(s) : avatars du ludique dans l’enseignement/apprentissage des langues, numéro 59, Paris, CLE International.

      Langues modernes (1994), Les jeux, numéro 2, Paris, Association des Professeurs de Langues Vivantes.

      De plus, parmi les auteurs considérés comme classiques dans le domaine de la didactique des langues qui écrivent sur le jeu pédagogique, tu trouveras :

      Augé, H.; Borot, M.-F. ; Vielmas, M. (1989), Jeux pour parler, jeux pour créer, Paris, CLE international.

      Brougère, G. (1995), Jeu et éducation, Paris, L’Harmattan.

      Brougère, G. (2005), Jouer/Apprendre, Paris, Economica.

      Caré, J.-M. ; Dedyser, F. (1991), Jeu, langage et créativité. Les jeux dans la classe de français, Paris, Hachette.

      Grandmont, N. (1997), Pédagogie du jeu. Jouer pour apprendre, Montréal/Bruxelles, Logiques/De Boeck et Larcier.

      Julien, P. (1988), Activités ludiques, Paris, CLE International.

      Je te souhaite une bonne lecture!

      1. Merci Anne pour ton conseil bibliographique ! Je suis d’accord avec toi sur le point que le jeu soit utilisé pour réaliser un objectif pédagogique de manière ludique. Si l’objectif est la finalité pédagogique, le jeu et la méthodologie traditionnelle ne manifestent que deux chemins de mise en didactique pour l’enseignant. En tant qu’enseignant, si nous voulons un chemin qui apporte plus de motivation et d’attractivité des apprenants, ce sera le jeu ! J’avance un peu sur ce point que cette motivation pourrait susciter l’intérêt de l’apprenant pour qu’il consacre plus de temps dans le futur apprentissage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.