Vive le plurilinguisme?

 

Image trouvée dans Google Images.

En faisant mes recherches, en étant sur le terrain , en observant mes apprenants, en formant mes propres pensées, je me suis rendue compte à quel point j’ai changé. Je ne suis pas la même Olga-chercheuse que j’étais en novembre (d’ailleurs je ne suis pas la même Olga qu’hier mais ceci est  un sujet psycho-philosophique plus complexe à exploiter). Comme tous les êtres humains (oui même nous les enseignants) j’avais certains stéréotypes, préjugés, représentations avant de commencer mes recherches, avant de me situer dans ma problématique et avant de commencer le terrain.

Mes lectures m’ont beaucoup apporté et éclairé sur certaines notions et concepts. L. Dabène, F. Grosjean, V. Castellotti, P. Bernard, C. Tagliante sont certains grâce auxquels des notions et concepts comme bi/-plurilinguisme, interference, langue maternelle, langue étrangère, immigré, réfugié, altérnance codique etc me sont devenus plus compréhensibles. D’ailleurs j’ai pu comprendre plusieurs faits sur ma propre biographie langagière ce que j’ai trouvé précieux car toutes ces années j’ignorais certains faits linguistiques de mon propre parcours.

Vous vous demanderez pourquoi ce titre. Ou plutôt pourquoi ce point d’interrogation. Pendant toute ma vie je n’avais aucun doute que parler plusieurs langues est formidable, génial (d’ailleurs c’est toujours mon avis). Ce qui a joué un rôle important c’est aussi et surtout le fait que j’ai grandi dans un environnement qui était favorable au plurilinguisme que ça soit à l’école ou à la maison.

Mais certains cas des gens  que j’ai rencontrés et qui refusaient de parler d’une et dans une langue qu’ils connaissaient m’a fait réflechir. Je pense surtout aux gens que j’ai rencontrés en France et qui viennent des pays de l’Ex-union soviétique comme la Géorgie, la Bulgarie, l’Ukraine. Moi avec mon enthousiasme que oui les langues c’est la joie j’étais prête à parler en russe avec eux et pas seulement prête c’est que j’attendais d’eux de parler en russe.  Mais je ne prenais pas en compte tous les autres facteurs qui obscurcissent l’acquisition et les représentations sur les langues et avant tout le vécu propre de chaque personne. Donc même si ces gens connaissaient le russe ils ne voulaient ni l’affirmer ni me parler en russe car il y toujours des pensées des traumatismes politiques de leur propre langue maternelle et nationale qui était réprimé pendant l’Union soviétique. Depuis alors je fais attention! J’ai compris qu’en fait pour beaucoup de gens être plurilingue n’a même pas été un choix personnel mais plutôt imposé pour des raisons historiques , économiques et surtout politiques .

 Pendant les premiers cours de FLE que j’ai donnés certains de mes apprenants trouvaient ça étrange quand je demandais à tel ou tel apprenant de me dire comme ça se dit tel ou tel mot  dans leur langue . Ils m’ont même affirmé que c’est un cours de français et pas d’arabe ni de somalien. J’étais étonné! D’une part j’étais contente car je me disais oui ils sont motivés pour apprendre le français et d’autre part je me disais mais pourquoi parlent ils aussi peu de leur langue et ne veulent pas savoir qu’est-ce qui se passe dans la syntaxe d’une autre langue. Dans un moment je me sentais tellement découragée que je pensais changer de terrain et de problématique. Mais tous ces difficultés font partie de notre mémoire car elles reflètent le continuum, les étapes de nos recherches.

J’ai compris plus tard. Pour ces apprenants, leur priorité c’est le français et ce n’est pas seulement une priorité c’est même une urgence. Donc pour un afghan qui ne s’intéresse pas à l’arabe savoir comment on dit pomme en arabe l’importe très peu et on peut avoir le même cas pour l’inverse. Donc j’ai changé un peu ma politique et mes représentations sur le plurilinguisme. Le plurilinguisme est un bien mais ce n’est pas tout le monde qui veut ce bien et il ne faut pas l’imposer.

Un autre cas qui m’a perturbé c’est cette maman de quatre enfants qui me parle rarement de sa langue. Elle est une des plus motivés. Mais maintenant je comprends. Même si le lien entre LM et nous même est fort (surtout pour les adultes) il y a de gens qui commençant une nouvelle vie  ailleurs, réservent leur langue maternelle à des domaines de la vie personnelle . Quand cette maman sort de sa maison et ferme la porte c’est le monde de la langue française. Et quand elle rentre il y a la présence de deux langues désormais, du français et du somalien car elle doit aider ses enfants à faire les devoirs, et souvent les enfants parlent déjà en français mieux qu’elle car ils passent la majorité du temps à l’école.

Ce dernier temps mes groupes se sont homogénéisés. Cela veut dire que pour l’un de mes groupes il y a seulement les Afghans et pour l’autre un arabophone avec un persanophone. Il m’a fallu beaucoup réfléchir avant cette homogénéisation et la question se pose toujours ; comment éviter une guerre de langues? Car ne pas se comprendre, ne pas parler la même langue, ne pas parvenir à faire comprendre le message qu’on veut exprimer peut poser beaucoup des difficultés tant pour les apprenants que pour les enseignants comme moi qui plaident pour le plurilinguisme.

Olga Kourntidou

Titulaire d'une Licence de Russe délivrée par l'Université de Strasbourg, je suis actuellement étudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l'Université de Paris 3- Sorbonne Nouvelle.

More Posts


9 réflexions sur « Vive le plurilinguisme? »

  1. Olag, je suis contente de lire cet article et merci de partager tes expériences intéressantes. Ce n’est pas comme le cas des élèves en UPE2A dans la classe de Madame Lagrange, comme tu sais, ils sont toujours ravis de partager leur langue et d’apprendre un peu les langues des autres.
    Il me semble que tes apprenants sont plutôt des adultes, donc je me demande: Est-ce que la différence entre ces deux cas peut être se traduire en partie par la différence de l’âge?

    1. Chère Yiqun, effectivement c’est une bonne question qu’on peut se poser. Parlant déjà d’intégration, je pense que les enfants s’intègrent mieux ; plus vite et plus facilement. Déjà le fait qu’ils sont à l’école donc dans une institution où ils participent vivement au quotidien et créent leur propre communauté ; ils sont plus motivés à apprendre le français pour faire des amis, faire plaisir à leurs parents, à leurs professeurs.. En même temps ils sont conscients de l’existence d’une autre langue mais cette autre langue à sa place : la maison. Après des observations de la classe d’UPE2A qu’on a observé il me semble que les enfants divisent les langues en domaines. Par exemple la langue maternelle à la maison, et le français à l’école. Des replis linguistiques peuvent se créer de même pour les enfants à l’école mais ils durent jusqu’à l’apprentissage suffisant du français. Pourquoi ? P. Bourdieu l’avait appelé “l’habitus monolingue”, ce qui caractérise l’école française. Mais on peut l’observer dans plusieurs pays. Les enfants stigmatisent souvent tout ce qui est différent.. donc un enfant parlant une autre langue au milieu de la cour peut se trouver dans une situation qui va le déranger et stigmatiser cette langue : c’est le fameux “ma langue maternelle est l’arabe mais je ne le parle pas” de L. Dabène. Donc je crois qu’on fait face à des situations vraiment complexes (l’arabe, le turc, le dari etc. serait-il stigmatisé de la même façon au 16ème comme à St-Denis ?). Et après cela dépend de plusieurs facteurs, des camarades et surtout du professeur d’UPE2A. Mme Lagrange valorisait les langues maternelles des élèves mais est-ce que la plupart de professeurs d’UPE2A suivent cette tactique ? A mon avis il y a plusieurs facteurs à prendre en compte et il faudrait une étude approfondie pour répondre de manière juste à la question que tu poses.En ce qui concerne, les adultes, d’après mes recherches, il me semble important d’étudier cas par cas leurs situations pour comprendre leurs attitudes sur leur langue maternelle et la langue du pays d’accueil…

  2. Merci ma chère Olga pour ce merveilleux article qui m’a fait beaucoup réfléchir sur la notion de plurilinguisme et surtout m’a fait réfléchir sur ma propre langue maternelle et les langues étrangères que je connais déjà. Je dois avouer que pendant les derniers cinq ans de ma vie en France j’ai essayé de parler de plus en plus en français et je refusais de parler en bulgare sauf avec ma famille.Pourquoi?Parce que je croyais que le bulgare influençait un peu trop mon français et j’ai voulu à tout prix diminuer sa présence voire l’oublier. J’étais venue en France pour faire mes études et le bulgare n’avait pas sa place là-bas. Jusqu’au moment où je me suis rendu compte que les connaissaces en ma langue maternelle peuvent m’aider à améliorer mon français. Mais il m’a fallu cinq ans pour le comprendre. 🙂 Je te félicite encore une fois pour cet article.

    1. Chère Christina ! Je pense que les attitudes que les plurilingues ont envers leur répertoire linguistique est un sujet très intéressant ! Les avis diffèrent tellement ! Tu mes dis que tu as fais l’hypothèse que tu vas mieux parler le français si tu abandonnes le bulgare, tu me dis que tout ce temps que tu es en France tu évites de parler ta langue maternelle. Je ne suis pas d’accord avec ton affirmation “J’étais venue en France pour faire mes études et le bulgare n’avait pas sa place là-bas”. C’est toi qui ne lui a pas donné sa place de peur qu’il influence ton français. Tu as adopté le français en laissant de côté le bulgare, en l’abandonnant dans ta terre natale. Or, les langues ne vivent pas dans des terres natales, elles vivent en nous, nous les locuteurs. Une langue est un organisme vivant, si on ne prend pas soin de lui, si on l’abandonne au passé il va s’endormir peu à peu jusqu’à s’éteindre comme un volcan. Personnellement je me trouve en ce moment à l’autre côté où je cherche le contact avec mes langues maternelles car je sens que le français, langue de mes études supérieures, prend petit à petit le pas sur mes autres langues. Je suis contente que tu t’es rendu compte que ta langue maternelle peut t’aider à améliorer ton français. Et j’espère que ces représentations de ta langue restent positives même à des milliers de kilomètres de la Bulgarie !

      1. Merci Olga pour ta réponse.C’est vrai que l’énvie d’oublier sa langue maternelle n’est pas du tout une bonne altérnative.Et comme tu vois je n’ai pas réussi de l’oublier pour la simple et bonne raison: je l’aime trop! Et je me suis rendu compte que ça fait partie de ma personnalité et que parfois je me sens moi-meme en parlant en bulgare.

        1. C’est moi qui te remercie Christina pour avoir lu mon article et pour avoir partagé tes experiences. En fait non discussions m’inspirent nombreux sujets de recherches ! Déjà les attitudes que les plurilingues ont envers leurs langues et comment une langue qu’elle soit maternelle ou pas influence notre personnalité. Considères-tu le français une langue étrangère ? Personnellement ce n’est plus le cas pour moi. Si on m’avait posé cette question il y a trois ans j’aurais dit sans doute oui mais aujourd’hui mon vécu en langue française a plus de cinq ans de vie… Elle est devenue la langue de mes affects ici en France mais pas seulement… où que je sois il m’arrive d’écrire dans mon journal intime en français.. cela est naturel et il y a pas quelque chose de mal, il faut juste trouver un moyen pour que nos langues vivent ensemble. Si un jour tu me dis que tu préfères le français pour telle ou telle raison, je ne te critiquerai pas. C’est ce qui rend beau et unique chaque biographie langagière. Le vécu, les attitudes… Je suis heureuse de savoir que tu aimes beaucoup ta langue maternelle et cela ne t’empêche pas d’aimer le français ! La première fois quand j’ai ressenti une nostalgie pour une langue c’était pour le français quand la 1ère année d’études je suis rentrée en été pour les vacances… tous ces sentiments qu’on peut avoir envers nos langues est un sujet que souvent est tellement intime et unique ! Je te conseille de lire un peu sur la biographie langagière d’Elias Canetti, je pense que tu vas trouver son cas intéressant, sachant qu’il est un écrivain britannique d’expression allemande qui a passé par l’anglais comme langue principale et le bulgare et l’espagnol langues maternelles…

          1. Ma chère Olga, je ressens absolument la meme chose que toi pour le français. 🙂 Chaque fois quand je rentre en Bulgarie le français me manque et c’est pour cela que je sors avec des francophones à Sofia ou je parle de temps en temps en français à la maison. Le français n’est plus pour moi une langue étrangère, mais ma langue de référence , qui fait partie de moi et de ma vie.Je te remercie des références bibliographique j’hésiterai pas à lire le livre surtout que j’adore les romans biographiques.

  3. Olga, je te suis sur ARLAP et je partage cet enthousiasme pour le plurilinguisme. Mes félicitations pour toutes ces expériences acquises qui changent, qui influent ton point de vue sur la recherche et notamment sur la question de plurilinguisme. Bonnes continuations.
    Dis donc, il y a une petite erreur dans l’image; c’est qu’en arabe et en persan, on n’écrit pas de gauche à droit mais de droit à gauche. Donc, c’est سلام et مرحبا .

    1. Fatemeh t’es la bienvenue à ma soutenance au mois de juin si tout va bien! Merci pour les rectifications , c’est vrai je n’avais pas fait attention quand j’ai choisi l’image.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.