La priorité d’acquisition des langues

Le 10 mars 2016 au CIEP (Centre international d’études pédagogiques) il y avait une journée d’étude intitulée, « la reconnaissance des diplômes des réfugiés : Quel dispositif pour une reconnaissance souple et adaptée? » organisée par l’UNESCO, le Conseil de l’Europe et le CIEP. Lorsque je suis entrée dans la salle, les intervenants avaient leurs places attitrées, de nombreux auditeurs étaient présents, de plus il y avait des traducteurs derrière la salle qui travaillaient pour les intervenants et les participants non francophones. L’agencement était plus structuré, donc j’ai pu sentir la différence par rapport à la journée d’étude organisée par l’université. Je me sentais moins à l’aise qu’au colloque de l’université mais le sujet m’intéressait.

C’est parce que lorsque j’étais au Japon, je travaillais en tant qu’enseignante en japonais dans une association pour les réfugiés africains. Cette expérience est personnellement le plus beau souvenir dans ma vie mais en même temps je n’étais pas non plus satisfaite. Car j’ai rencontré souvent des réfugiés hautement qualifiés de part leurs diplômes et expériences dans leurs pays cependant dans la société japonaise, ces diplômes n’étaient pas reconnus. Par conséquent, ils avaient des difficultés pour s’installer au Japon. 
Je souhaitais savoir comment agir contre cet obstacle en Europe et notamment en France car en effet le nombre de réfugies est très largement supérieur comparé au Japon. 
Pendant la conférence, les intervenants de l’UNESCO et le conseil de l’Europe ont expliqué le système dans certains pays pour reconnaître le diplôme de réfugiés.

Cependant, finalement ce qui m’a le plus intéressée était une question qui a été posée par un étudiant. Il a demandé aux intervenants si la compétence en langue du pays d’accueil est indispensable pour les réfugiés d’entrer dans les universités. Apparemment cet étudiant pensait que la compétence en langue du pays d’accueil est prioritaire. Pourtant les intervenants surtout des pays non francophones ont insisté sur le fait qu’il est possible de faire des études en anglais dans la plupart des pays en Europe. D’ailleurs même au Japon il est possible d’effectuer les études supérieures en anglais. 
Cependant cette discussion m’a fait réfléchir à la priorité d’acquisition des langues. 
 Les réfugiés sont confrontés à tellement d’obstacles que si la personne a un bon niveau en anglais, cela lui facilite la vie dans le nouveau pays. J’en ai été témoin quand je travaillais à l’association. Cependant en tant qu’enseignante en japonais et future enseignante de FLE, personnellement j’ai trouvé que c’était dommage que la place de didactique des langues soit mise de côté dans cette conférence. Il est vrai que la question de la reconnaissance de diplôme pourrait être résolue avec l’anglais mais j’aimais bien écouter une discussion un peu plus enrichie sur la didactique des langues pour les réfugiés.

Sitographie
CIEP 
[http://www.ciep.fr/enic-naric-france]


OGAWA Haruna

Etudiante M2 en didactique de FLE/FLS et langues du monde à l'université Sorbonne Nouvelle Paris 3.

More Posts

5 réflexions sur « La priorité d’acquisition des langues »

  1. Merci Olga et Betty pour vos commentaires!
    Cela me fait plaisir de voir vos réflexions sur le plurilinguisme et la place d’anglais en didactique des langues. Personnellement je voulais souligner que je ne pense pas non plus que ce soit suffisant d’acquérir l’anglais pour installer dans un pays en tant que réfugié. Mais en même temps j’ai vu que si la personne maîtrise l’anglais, cela pourrait apporter beaucoup de chances dans la vie professionnelle ou universitaire comme vous l’avez mentionné. J’ai vu les réfugiés africains qui ont essayé d’apprendre l’anglais avant le japonais car ils pensaient que l’anglais est plus accessible pour eux comme langue. (souvent parce qu’ils ont quand même un peu de base)
    Après je suis tout à fait d’accord avec toi Olga que pour être accueilli dans la communauté du pays d’accueil, la compétence en langue de ce pays devient indispensable.
    J’ai trouvé que cette conférence était intéressante car le Conseil de l’Europe et l’UNESCO sont en chemin pour établir le système pour reconnaître le diplôme des réfugiés qui ne parlent pas forcément la langue de pays d’accueil. Cependant il me semble que cela demande encore beaucoup de temps et d’efforts du côté de réfugiés et du côté des organisations.

    1. D’un autre côté, je connais plusieurs étudiants qui ne sont pas en mesure de tenir une conversation en français mais qui, grâce à leur anglais, parviennent à affronter les aléas de la vie quotidienne et ont, en plus de cela trouver un emploi (cf : plusieurs offres d’emploi qui exigent des natifs anglophones..) Parler anglais est un atout indéniable et il est parfois (pour ne pas dire (très) souvent) une nécessité..

  2. J’adore tes questions rhétoriques Olga !
    Concernant les étudiants, je ne suis pas surprise d’apprendre que maîtriser l’anglais pouvait être une condition pour intégrer certaines écoles/universités et que les compétences en langue française pouvaient, au contraire, être mises de côté. J’ai parfois l’impression que l’image qu’on essaie de renvoyer est que pour être indépendant dans un pays (en Europe du moins, et à l’ouest particulièrement), en connaître sa langue est utile ; mais dès lors qu’on maîtrise l’anglais, cela peut être suffisant.

    1. Et moi j’aime nos discussions Betty!
      Il s’agit des politiques linguistiques cette question de l’anglais langue hypercentrale (pour le monde occidentale). L’anglais n’est pas la langue la plus parlée au monde en tout cas en tant que L1! Pourquoi alors notre système éducative ne nous oblige pas (parce qu’on est obligés à l’école de suivre des cours d’anglais) d’apprendre le chinois ou l’espagnol ou même l’arabe, des langues ayant plus des locuteurs (L1) que l’anglais. L’allemand est la L1 majoritaire de l’Europe. C’est cette politique dans notre société qui montre une volonté d’imposer l’anglais qui me fait réfléchir. Et je le dis moi qui plaidoie pour le plurilinguisme donc toutes les langues, qui aime l’anglais, l’enseigne , lis la littérature anglaise en langue source, regarde des films américains etc. Mais dans le contexte donné des politiques linguistiques il faut admettre qu’il y a une discrimination linguistique…

  3. Haruna c’est bien que t’as partagé cette expérience avec nous. Ainsi on voit à quel point les opinions différent sur le plurilinguisme. Et je dis plurilinguisme parce que lorsque les réfugiés connaissent déjà l’anglais (hors leur langue principale ou maternelle) et qu’ils s’installent dans un autre pays ayant sa propre langue officielle cela veut dire qu’ils sont dans le chemin du plurilinguisme. Je ne suis pas d’accord avec toi sur le fait que l’acquisition de l’anglais suffit pour la facilitation de la vie des réfugiés. Je parle du cas de la France. A la préfecture, il faut avoir de la chance si les gens de l’administration vont être d’accord (ou ont les compétences) pour communiquer en anglais et nous savons que déjà l’administration fait une grande partie de la vie des réfugiés au moins pour le début de leur installation… Bien sûr c’est très positif que certaines universités proposent des cours en anglais mais si les réfugiés n’apprennent pas au moins les bases de la langue du pays d’accueil ils se sentiront toujours étrangers, toujours à la marge… Et c’est une illusion que l’anglais est parlé couramment par la majorité des gens dans le monde.. Dans beaucoup de pays et surtout ceux dont les réfugiés viennent (Afghanistan, Soudan, Somalie etc) l’anglais a une place minimale dans la vie quotidienne des gens. Que se passe-t-il alors pour les réfugiés diplômés qui ne parlent pas l’anglais? Leur diplôme a moins de valeur juste parce que leur langue maternelle/principale est autre que l’anglais ou simplement parce qu’ils maîtrisent seulement leur(s) langue(s) ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.