Compte-rendu d’un roman lu

La rencontre du chevalier des Grieux et de Manon Lescaut, personnages éponymes du roman de 1731 de l’Abbé Prévost, constitue une scène particulièrement riche. Ce texte, qui ouvre le « récit dans le récit » que représente la narration par Des Grieux à Renoncour de son histoire amoureuse, tout en présentant tous les éléments classiques du canon de la rencontre amoureuse, s’en distingue en effet notablement. En quoi la violence amoureuse qui est ici mise en scène fait-elle de cette page, davantage que le simple récit de la rencontre de deux amants, un texte fondamentalement tragique ?  Afin de répondre à cette question, nous étudierons la façon dont cette violence se déploie dans les deux dimensions du texte que sont la rencontre elle-même d’une part, puis la réflexion qu’elle suscite chez le narrateur sur son propre personnage d’autre part.

I. La rencontre de Manon et Des Grieux, variation originale sur un thème classique 

A. Une scène classique : de la « curiosité » à l’« amour », la violence du « transport »

1. De nombreux éléments convergent pour faire de cette scène un exemple typique de la rencontre amoureuse et de sa violence : jeunesse des amants, beauté de la femme aimée (« je la trouvai si charmante »), soudaineté de la passion (« je me trouvai enflammé tout d’un coup »), suscitée par la « curiosité » (« Nous n’avions d’autre motif que la curiosité »), transfiguration de l’amoureux, qui se découvre une « hardiesse » insoupçonnée, « prêt à tout entreprendre ».

2. Le caractère fortuit de la rencontre évolue dans le discours du narrateur. Le symbole de la symétrie de leur avenir immédiat (Des Grieux se trouve à la veille d’un départ, là où Manon arrive au terme de son dernier déplacement), la calèche annonçant les futurs « transports », physiques comme métaphoriques, finit par donner à cette rencontre une tonalité de nécessité (Des Grieux parvient ainsi à surmonter son naturel réservé (« timide et facile à déconcerter ») par un effort qu’il attribue à « l’ascendant de [sa] destinée »). Le hasard prend la forme du destin.

B. Les amants contre la société : violence sociale

1. La violence de la société qui menace la possibilité même de l’amour : « la cruelle intention de ses parents », qualifiée de « tyrannie », l’envoie au couvent « malgré elle ». À travers ses parents, c’est la société qui entend prévenir les malheurs auxquels semble promise une jeune fille avec un « penchant au plaisir qui s’était déjà déclaré ». Cette menace est d’emblée vécue par Des Grieux comme une violence (« je regardai ce dessein comme un coup mortel pour mes désirs »).

2. Le monde extérieur et l’obstacle à l’amour qu’il représente est plus précisément incarné dans le personnage du « vieil Argus », figure du chaperon garant de la vertu de Manon.

C. Originalité d’une asymétrie

Le texte propose en réalité une rencontre complexe, qui prend ses distances par rapport à la vision classique d’un amour absolu, immédiat et réciproquement entendu entre deux jeunes gens.

  1. Dès le début, les personnages ne sont pas présentés sur un pied d’égalité. Le simple fait que Des Grieux se confonde avec le narrateur nous permet de le connaître plus intimement que Manon, qui est ainsi par nécessité un personnage plus flou, aux contours moins discernables.
  2. Cela se trouve confirmé par le peu qui nous en est dit. Là où Des Grieux est présenté comme un être innocent, naïf et ingénu, Manon est presque exclusivement décrite par des adjectifs relatifs à son apparence physique, son caractère nous restant largement mystérieux. Alors que Des Grieux laisse clairement apparaître sa passion (« Je lui parlai d’une manière qui lui fit comprendre mes sentiments »), ceux de Manon sont d’abord plus impénétrables ; son comportement, qui contraste avec sa jeunesse, suscite la « surprise » chez le personnage : manifestement plus expérimentée (« son penchant au plaisir qui s’était déjà déclaré », elle s’éloigne par exemple du personnage classique de la femme qui rougit devant la déclaration de l’homme (« reçut mes politesses sans paraître embarrassée »).
  3. Cette aisance (« elle n’affecta ni rigueur ni dédain ») va même jusqu’à une grande habileté, puisque c’est elle qui permet la rencontre du soir, en dépit des obstacles, par un mensonge spontané, « sans paraître déconcentrée le moins du monde ». Pour autant, cette habileté n’est jamais traitée comme celle d’une femme qui incarnerait la tentation pure et maligne.

II. « En y réfléchissant » : quand l’amoureux raconte l’amour, ou le tragique du regard rétrospectif

 A. L’amour annoncé

La présence du narrateur se manifeste par une série de commentaires et de termes qui disent déjà l’« après » de la rencontre et anticipent sur le récit de la relation des deux amants (« la maîtresse de mon cœur »). L’utilisation du passé simple permet en outre au narrateur de faire le récit de son amour en marquant la distance avec le présent.

B. La souffrance annoncée

La plupart des interventions du narrateur traduisent l’amertume de celui qui ait le destin de l’amour dont il raconte les débuts : « Hélas ! que ne le marquais-je un jour plus tôt ! j’aurais porté chez mon père toute mon innocence », « plaisir qui s’était déjà déclaré et qui a causé dans la suite tous ses malheurs et les miens », « l’ascendant de ma destinée, qui m’entraînait à ma perte ».

C. Mise en abyme et mise en scène du tragique

La mise en abyme du récit de Des Grieux permet de renseigner immédiatement le lecteur sur l’issue de l’histoire d’amour qui lui est contée. Le moment de la rencontre est ainsi, d’une certaine manière, aussi celui de l’annonce de la fin de l’amour. En cela, le texte de l’Abbé Prévost renoue avec la tradition de la tragédie ; cela d’autant plus que le thème du destin traverse l’ensemble de l’extrait. À cet égard, et sans vouloir verser dans une comparaison anachronique, le narrateur, qui n’est autre que le personnage principal plus âgé, endosse, d’une certaine manière, le rôle du chœur tragique antique.

CONCLUSION

L’une des grandes forces de ce texte est sans doute, en reprenant une figure importante de la littérature, de la traiter sur un mode tragique en mettant en scène une violence à plusieurs niveaux : violence de la passion amoureuse elle-même, mais aussi violence du regard rétrospectif qui se pose sur la rencontre, conscient des malheurs qui vont la suivre, et surtout violence, pour le lecteur, d’un texte qui brise son horizon d’attente en révélant d’emblée, à la manière de la tragédie antique, le destin funeste des amants. En coupant court à toute incertitude sur le devenir de l’amour de Manon et Des Grieux, l’Abbé Prévost invite à se détourner de la question de la fin pour se concentrer sur le processus amoureux lui-même, ses vicissitudes, ses rebonds et son délitement. Le lecteur sait que l’histoire s’achèvera sur une fin fatale, mais contrairement à une histoire classique, où les amoureux s’aiment à la folie dès le début et jusqu’à la fin de leur vie en surmontant (ou non) les obstacles que leur oppose la société, ici le malheur vient d’eux-mêmes. Le double regard du narrateur et la fragilité de cette relation amoureuse tumultueuse font ainsi de ce texte, sorte de condensé de l’ensemble de la narration, sur la forme comme dans sa réflexion sur la complexité de la relation amoureuse, qui explique sans doute, au moins en partie, l’importance du roman de l’Abbé Prévost et la persistance de sa valeur littéraire jusqu’aujourd’hui.

Prévost, Abbé (1731),  Histoire du Chevalier des Grieux et de Manon Lescaut,  Le livre de Poche, Paris, 2005. PP. 384

Amal

Assistante pédagogique à l'Institut français du Proche-Orient et enseignante d'arabe langue étrangère à l'Institut français de Jordanie, je suis étudiante, actuellement, à l'Université Sorbonne Nouvelle Paris III en Master II Didactique des langues.

More Posts


Une réflexion sur « Compte-rendu d’un roman lu »

  1. Bonjour, merci pour votre article très intéressant! Je suis de suisse et je suis intrigué par ce sujet. Grâce à votre site que je viens découvrir au hasard d’un surf, je vais en découvrir davantage. Amicalement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.