La trame méthodique repère, un modèle de séquence didactique visant un enseignement dans une perspective communicative-actionnelle

Le 3 février 2016, nous avons participé à une conférence intitulée “La Trame méthodique repère (TMR), outil pour la conception d’unités didactiques en FLE/S: entre besoin de cadrage et nécessité de contextualisation”, présentée par Mme Véronique Laurens, maître de conférence à l’Université Sorbonne-Nouvelle. Cette conférence a eu lieu à l’Alliance française, à Paris et a été organisée par Philippe Normand.

Mme Laurens aborde dans sa présentation le thème de l’outillage méthodologique dans la conception des unités didactiques, la conférence se déroulant autour des sujets ci-dessous et dans l’ordre qui suit:

1. La trame méthodique repère en questions.

2. Présenter la TMR: principes et définitions.

3. Situer la TMR dans sa filiation historique au fil de l’évolution de la notion d’unité didactique (UD).

4. Utiliser la TMR à l’heure de la perspective actionnelle.

5.TMR et conception des unités didactiques entre cadrage et nécessité de contextualisation.

Pour faire une synthèse de tous les points mentionnés ci-dessus, qui ont été traités dans le cadre de la conférence,  nous commencerons par rappeler la  définition de la notion de  trame méthodique repère (TMR) qui est un modèle d’unité didactique ( Courtillon, 1995) ou de séquence  méthodologique ( Beacco, 2007), conçu dans une perspective communicative-actionnelle et qui s’organise en trois grandes étapes et sept phases, à savoir l’étape de compréhension         ( en trois phases), l’étape de réflexion sur la langue (en deux phases) et l’étape de production (en deux phases).

Ainsi que nous le savons,  pour construire une séquence méthodologique il est nécessaire qu’on choisisse préalablement un document déclencheur ( écrit ou oral), pertinent , de préférence authentique, qui soit en rapport avec le thème qu’on souhaite traiter et qui réponde aux besoins des apprenants.  De même, ce document doit être exploitable pédagogiquement et son contenu (communicatif, linguistique et socioculturel) doit être pertinent par rapport à la progression. Il est utile de rappeler que la pertinence du choix du document déclencheur et la cohérence du cadre méthodologique sont importantes pour générer le plaisir d’apprendre et d’enseigner, ce qui impose un temps de préparation de cours important et exige des compétences professionnelles solides. A notre avis, la TMR proposée par Mme Laurens peut faciliter la préparation d’un cours français langue étrangère efficace grâce au déroulement cohérent des étapes basées sur interaction,  communication,  créativité, progression.

Ainsi,  nous détaillons en quelques lignes  les étapes de cet outil pour la conception des unités didactiques:

  1. La Compréhension – représente la première étape de la  trame méthodique repère où l’on s’appuie sur l’approche globale et successive. A partir d’un document – support, dans une première phase, dans l’Anticipation, les apprenants sont amenés à émettre des hypothèses sur la situation de communication exposée. La deuxième phase, la Compréhension globale, permet de confirmer ou d’infirmer les hypothèses émises dans la phase d’Anticipation. Dans cette partie il faut  amener les élèves à définir la situation de communication   (Qui ? Où ? Quand ?) et à cerner les idées essentielles du document ( Quoi?). Enfin, dans la dernière phase de la Compréhension, la Compréhension détaillée, il faut guider les apprenants pour les amener progressivement à une compréhension plus précise afin qu’ils puissent accéder au sens et comprendre de manière claire le lexique et les structures. 
     
  2. Le Traitement de la langue – c’est une étape qui se déroule en deux phases: le Repérage et la Conceptualisation. Dans la première, les apprenants sont amenés à identifier les formes linguistiques récurrentes, faisant partie de préférence du document travaillé préalablement. Après avoir repéré les points linguistiques que l’enseignant se propose de travailler, dans la phase de Conceptualisation, les apprenants doivent découvrir et comprendre le fonctionnement de ceux-ci en contexte, par eux-mêmes, afin qu’ils puissent ensuite s’approprier et développer la réflexion métalinguistique. Ils doivent arriver à découvrir et  formuler des règles avec leurs propres mots  pour mieux les retenir. Concernant cette deuxième étape, Mme. Véronique  Laurens précise qu’il faut “privilégier une démarche inductive explicite du travail sur la langue, où l’apprenant est partie prenante de la réflexion sur le fonctionnement de la langue au niveau lexical et morpho-syntaxique, à partir des échantillons de langue extraits des documents sources auxquels il est confronté” et qu’il faut ” s’appuyer sur la capacité cognitive de l’apprenant à analyser le fonctionnement de la langue”. 
  3. La Production – comprend la phase de Systématisation et celle de Tâche finale. La première suppose un travail d’entraînement,  les apprenants étant amenés à s’entraîner à utiliser les formes linguistiques qu’ils ont repérées antérieurement et par la suite à se fixer des automatismes langagières, stocker  et mémoriser de nouvelles informations. La deuxième phase permet aux apprenants d’utiliser tous les éléments qui ont été travaillés dans les étapes antérieures.

Enfin, nous trouvons que ce modèle de séquence didactique est très bien structuré, les étapes proposées sont cohérentes et permettent aux apprenants de découvrir, mémoriser et utiliser les éléments langagiers, afin qu’ils puissent agir dans la langue et développer leurs compétences langagières. De même, la trame méthodique  repère favorise une attitude active qui, ainsi que Mme Laurens le disait, ” nourrisse à la fois le sentiment de coopération et le développement de l’autonomie ( dans l’apprentissage et dans l’utilisation de la langue)”.

Pour conclure, nous admettons que, concevoir une unité didactique de manière claire et cohérente est aussi important que l’enseignement lui-même. A notre avis, le modèle  proposé par Mme Laurens représente un bon point de départ dans la construction d’une séquence didactique.

Timuc Mirela

Étudiante en Master 2 - Didactique du Français Langue Étrangère

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.