Hétérogénéité des approches qualitatives et quantitatives

recherche-quali

  1. Hétérogénéité des approches qualitatives et quantitatives

Des recherches en sciences de l’éducation a préconisé l’approche quantitative par le recueil des données chiffrées sous forme des schémas afin de montrer ou prévenir la tendance. Pourtant, étant donnée la complexité du phénomène humain en contextes sociaux différents, les cas particuliers inondés dans les données chiffrées de l’approche quantitative peuvent être totalement contradictoire. Il est important de s’impliquer dans le temps, le contexte social, l’ambiguïté pour expliquer ces particularités, que l’approche quantitative ne permet pas d’expliciter. La question se pose : comment effectuer le choix épistémologique dans une recherche en science de l’éducation ? Peut-on adopter une posture puriste et exclusive sur la séparation qualitative et quantitative ? Quelle est la pertinence et la scientificité de l’approche (ou des approches) adoptée(s) ?

L’opposition qualitative et quantitative se base sur la dichotomie entre le sujet et l’objet. Une recherche purement quantitative consiste à expliquer la causalité ou à prédire la tendance au départ d’une hypothèse, par relever un nombre relativement large de cas « afin de tirer des conclusions susceptibles d’être généralisées à l’ensemble des cas » (Paquay, 2006 : 18). Cependant, une recherche purement qualitative a pour le but de découvrir et de comprendre, avec des cas d’analyse très ciblées, par des approches ouvertes comme entretiens ou biographies.

« La complexité humaine renvoie souvent le chercheur dans une construction de recherches qui se situent généralement entre les modèles puristes (exclusivement quantitatif ou qualitatif) et les modèles holistes (complémentarité du quantitatif et du qualitatif) » (Pourtois & al., 2006 : 136). On adopte souvent un modèle hybride soit quantitatif et qualitatif, en distinguant la recherche qualitative/quantitative et l’analyse des données quantitatives/quantitatives. Au plan méthodologique, le chercheur peut adopter une posture qualitative à posteriori (analyse par des enquête, biographies, entretiens sans hypothèse), ou une posture quantitative à priori (analyse soumises à des hypothèses). Au niveau de l’analyse, le chercheur peut s’appuyer soit sur le chiffre (quantitatif) soit sur le sens (qualitatif). En ce qui concerne les données, elles peuvent être quantitatives (notion de l’unité) ou qualitatives (notion de singularité).

Le chercheur est libre à effectuer son choix parmi ces trois facettes : méthodologie, analyse et données, par exemple, sans hypothèses de départ mais en utilisant des données chiffrées. Dans ce cas, on mènera une recherche qualitative mais avec l’approche d’analyse plutôt quantitative. Le choix épistémologique peut être varié d’un chercheur à l’autre, mais impose une vigilance à sa scientificité de démarche.

  1. Critères de scientificité

Pour Pourtois & al. (2006), il existe trois repères de scientificité : validité, critique et triangulation.

La validité s’explique par l’exactitude du résultat. En sciences humaines et sociales, la validité se manifeste par l’argumentation. Il impose le chercheur d’argumenter la cohérence des processus de recherche adopté, et l’adéquation entre les données et les résultats.

La critique de recherche consiste à argumenter la limite des conditions et discuter sur les possibilités éventuelles. Étant donnée de la complexité humaine, le champ et la validité de la recherche est contextualisé. La scientificité se manifeste donc dans un contexte social à un moment donné.

La triangulation consiste à rendre compte de la richesse et de la diversité de l’homme, ce qui impose de multiplier, de conjuguer, voire d’opposer les modalités de la recherche. Pour assurer la dimension de la triangulation, les chercheurs adopte souvent plusieurs méthodes. Les informations de sources multiples peuvent augmenter le niveau de la triangulation.

En résumé, le choix épistémologique d’un chercheur, conformément aux critères de scientificité, n’est généralement pas puriste, car le premier soumis à la réflexion sur la cohérence de processus de recherche et de ressources multiples dans de différents contextes. Une hypothèse préalable peut aboutir, pendant la recherche, de nouvelle découverte qui oblige de relever de nouvelles données et d’appliquer de nouvelle approches. Ainsi, la recherche en sciences de l’éducation doit sortir de la posture exclusive soit purement qualitative ou quantitative, en adopter une approche interrogative (Pourtois & al., 2006) qui préconise une piste hybride et argumentatif.

Bibliographie

Paquay, L. (2006). Introduction. Au-delà des cloisonnements entre divers types de recherche, quels critères de qualité ? In L. Paquay, M. Crahay, & J.-M. De Ketele (éd.), L’analyse qualitative en éducation (p. 13‑29). Bruxelles: De Boeck Supérieur.

Pourtois, J.-P., Desmet, H., & Lahaye, W. (2006). Chapitre 7. Quelle complémentarité entre les approches qualitatives et quantitatives dans les recherches en sciences humaines ? Discussion méthodologique de la recherche de I. Roskam et C. Vandenplas-Holper. In L. Paquay, M. Crahay, & J.-M. De Ketele (éd.), L’analyse qualitative en éducation (p. 135‑142). Bruxelles: De Boeck Supérieur.

GUO Yigong

Etudiant en Master 2 Didactique du FLE/S et des langues du monde, à l'Université de la Sorbonne nouvelle - Paris 3.

More Posts - Website


3 réflexions sur « Hétérogénéité des approches qualitatives et quantitatives »

  1. Oui, tu as raison! Tous ces outils se servent d’une recherche plus scientifique. Et en tenant compte du contexte et du terrain en question, une méthodologie convenable est sollicitée.

  2. C’est un billet très intéressant. Et comment sélectionner une approche convenable est une préoccupation qui persiste toujours. Chaque approche a son propre objectif scientifique. On doit être capable de recourir à la bonne méthode en fonction de but et de contexte de la recherche. La notion de “scientificité” nous donne des paramètres référentiels avec lesquels nous pourrons examiner et mesure la pertinence de notre étude.

    1. Merci pour ton commentaire. Cela nous donne l’idée qu’en tant chercheur en sciences humaines & sociales, la méthodologie est relativement flexible et même ajustifiable en fonction du contexte et du terrain de recherche pour assurer la maximum scientificité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.