un moment de partage

Tintin et son travail de rédaction

Mot clés : Soutenance, mémoire, déroulement, rédaction

J’entrai dans la petite salle dédiée à cette soutenance ! Elle me parut très grande pour une fois. Une fille, dont les mains tremblaient,  parvint, après quelques essais, à connecter son ordinateur au projecteur de la salle. Quelques minutes plus tard, le jury arriva. Il était composé de deux professeurs : le directeur du mémoire et un relecteur extérieur à qui l’université avait confié cette tâche. Personnellement, cela me fit penser au « good cop » (le directeur du mémoire) et  au « bad cop » (le deuxième jury). Tous les deux avaient dans la main une copie du mémoire.

Rapidement, un quart d’heure fut attribué à l’étudiante pour qu’elle fasse un petit résumé de son travail, des difficultés rencontrées, de la méthodologie suivie, des résultats de sa recherche, etc. Cette étudiante avait choisi de le faire sur Power Point. Personnellement, je trouvai que le temps était trop restreint pour utiliser le Power Point. J’aurais préféré un résumé oral à proprement parlé. Cela dit, il faut bien préparer son résumé qu’il soit sur le Power Point ou à l’oral car le jury peut arrêter la personne une fois qu’elle dépasse le temps accordé.

Puis, ce fut le directeur du mémoire qui prit la parole. C’est vrai que j’ai dit qu’il me faisait penser au « good cop », mais ce n’est pas toujours le cas. Après avoir fait de bons commentaires sur le travail de son étudiante, il critiqua quelques aspects de l’étude. Ensuite, il donna la parole à l’autre jury qui, de la même manière, fit des commentaires positifs au début puis passa aux négatifs. Il arrive que les jurys ne s’entendent pas entre eux (ce qui était bien le cas ici). Les deux professeurs commencèrent donc à débattre sur le mémoire sans poser des questions directes à l’étudiante, qui resta, je me le rappelle très bien, paralysée par la peur du débat.

Ensuite, on demanda à l’étudiante mais également au public de sortir de la salle pour discuter de la note. Quelques minutes plus tard, qui sembla une éternité pour l’étudiante mais également pour moi, on entra tous dans la salle de nouveau et tout le monde resta debout. Le moment de la note arriva, et le mémoire, alors, devint mémoire.

Tout cela pour vous rassurer concernant le mémoire. Le gros du travail pour nous est bien la rédaction. Le jour de la soutenance est une occasion de discussion et d’échanger sur un travail qui nous tient à cœur. C’est souvent notre première expérience d’une longue rédaction, mais comme on le dit « Un voyage de mille kilomètre commence par un pas », et un mémoire de cent pages commence par un mot.

Crédits: @Fantaroux et © Hergé / Moulinsart pour l’image.

Amal

Assistante pédagogique à l'Institut français du Proche-Orient et enseignante d'arabe langue étrangère à l'Institut français de Jordanie, je suis étudiante, actuellement, à l'Université Sorbonne Nouvelle Paris III en Master II Didactique des langues.

More Posts


9 réflexions sur « un moment de partage »

  1. Merci Amal pour ton billet. Cela me permet de relativiser l’idée que j’avais d’une soutenance de mémoire. J’ai en effet assisté en juin dernier à une session de 3 heures « soutenances de mémoire tous masters confondus”. Cela se passait en groupe. Il y avait autour d’une dizaine de tables disposées en « U fermé » tous les directeurs de mémoire, deuxièmes lecteurs et étudiants, aussi bien ceux qui devaient soutenir que ceux, comme moi, qui venaient juste voir. On était une vingtaine. J’étais très contente de ne pas faire partie du lot. On ne peut pas dire que les commentaires n’étaient pas bienveillants et constructifs. Mais devoir attendre de la sorte, son tour, n’était sûrement pas confortable. Ce qui m’a le plus déstabilisée, c’est lorsque les étudiants ont reçu leurs notes. J’ai refusé à ce moment-là d’entrer dans la salle. Pour ceux qui ont eu 18, rien de très gênant. Mais pour ceux qui, comme mon amie, ont eu tout juste 10 alors qu’ils s’étaient investis dans leur travail et pensaient l’avoir réussi, la situation devenait vraiment très délicate… Dans ce simulacre de « jugement dernier », il me semble qu’il faut un minimum d’égard…

  2. Ton article me rappelle la toute première soutenance de mémoire à laquelle j’ai assisté il y a neuf mois (celle d’une amie). Aucun rapport avec la didactique du FLE ou des langues puisqu’il s’agissait d’un sujet de psychologie. Toutefois, j’étais surtout présente pour rassurer mon amie d’une part et très curieuse de découvrir les rituels d’une soutenance puisque ça allait être mon tour bientôt d’autre part… Elle avait eu recours à un power point également et avait plutôt bien géré son utilisation et le temps. Il est vrai que la rédaction est le plus gros du travail mais j’appréhende tout de même la soutenance. C’est une grande étape pour moi, c’est l’aboutissement d’un long parcours, d’un chemin.

  3. Amal, merci pour cette belle illustration du déroulement de la soutenance. Il est vrai que la manière dont chacun choisit de présenter son résumé est un choix difficile à faire, car le seul objectif c’est d’impressionner le jury.

    J’ai beaucoup aimé ton expression « un voyage de mille kilomètres commence par un pas et un mémoire de cent pages commence par un mot ». Un mot, ce précieux mot qu’il est parfois tellement difficile à trouver, c’est pourquoi c’est seulement au cours du voyage d’écriture que nous comprenons que chaque mot pèse comme mille mots.

    Bonne continuation à toi!

    1. Merci Anna,

      C’est vrai qu’il m’a fallu beaucoup de temps pour trouver ce petit mot magique !
      En ce qui concerne la soutenance, il me semble que la manière la plus efficace est celle la plus simple et surtout la plus concise.

      Bonne rédaction à toi également !

      1. L’expression que tu as utilisée m’a fait penser à celle là : “Petit à petit, l’oiseau fait son nid”.
        Je te souhaite beaucoup de courage et de persévérance dans ta rédaction !

  4. Amal, un grand merci pour votre billet !!! mais il serait utile de le ranger dans une autre catégorie que “billets” !!!! vous allez bien en trouver une qui permettra de le lire à côté d’autres billets afin qu’il participe à nos recherches d’une écriture de recherche !!!! encore merci à vous !!! et tralala !

    1. Merci beaucoup pour votre commentaire.

      Et vous avez tout à fait raison concernant la catégorie choisie ! Je me précipite à chaque fois à publier des billets dans la catégorie “par défaut”. Pour celui-ci, je l’ai changé selon vos conseils à la catégorie “Recherches et problèmes, présenter son mémoire, soutenances”. J’espère qu’elle vous semble plus adéquate au contenu du billet.

  5. Merci Amal pour avoir partagé ce beau récit. La soutenance est la dernière étape de ce mémoire de M2. Pendant toute cette année on se nourrit de lectures, d’écritures, d’entretiens, d’analyses, de commentaires (…) pour aboutir dans ce précieux moment.
    J’espère que l’étudiante a eu une bonne note pour son mémoire! 😉
    Et moi aussi, je célèbre chaque page que j’écris!!!

    1. Merci pour ton commentaire Moncia. J’aime bien ton style à l’écrit. J’apprécie également la lecture de tes billets 🙂

      Et oui, l’étudiante a eu 16 pour son mémoire, je trouve que c’est une bonne note 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.