L’intérêt du jeu en classe de langue

Pourquoi utiliser les jeux dans la classe de langue étrangère ? Du côté de la psychologie, Winnicott (1975 : 110) affirme que « c’est en jouant, et seulement en jouant, que l’individu, enfant ou adulte, est capable d’être créatif et d’utiliser sa personnalité tout entière ». Dans la didactique des langues, le Dictionnaire de didactique du français langue étrangère et seconde (Cuq, 2003) l’activité d’apprentissage ludique est guidée « par des règles de jeu et pratiquée pour le plaisir qu’elle procure ». En revanche, l’amusement ne peut pas être la seule motivation de l’apprentissage, de plus le jeu permet l’emploi de certaines régularités de la langue (Caré et Debyser, 1991). Orientée vers un objectif d’apprentissage, l’activité ludique « permet aux apprenants d’utiliser de façon collaborative et créative l’ensemble de leurs ressources verbales et communicatives » (Cuq, 2003).

Du côté cognitif, Bange (2005) affirme que, lors de l’apprentissage d’une langue étrangère, il faut prendre en compte les deux aspects inséparables du savoir-faire communicatif : l’aspect cognitif de la communication et l’aspect interactionnel. Et la langue est un savoir procédural qui s’acquiert en agissant, c’est-à-dire, c’est en communiquant qu’on apprend à communiquer. La solution de ce paradoxe se trouve dans l’interaction, plus précisément dans une modalité particulière appelée par Bruner interaction de tutelle, où « l’étayage » est mis en œuvre. Dans ce type d’interaction, le novice, celui à qui s’est posé un problème de communication dans le cours de l’interaction, ne connaît pas la réponse encore ou bien il ne fait que supposer une réponse possible, et le tuteur connaît la réponse qui permet de résoudre le problème. La solution va apparaître dans leur collaboration. D’après Bruner l’étayage rend le novice capable de résoudre un problème, mais il faut aussi que le novice reconstruise pour son propre compte le savoir ainsi mis à sa disposition.

Le jeu en classe de langue étrangère est une manière de donner à l’apprenant des véritables problèmes communicatifs en interaction lesquels peuvent être résolus en étayage en présupposant l’interlocuteur dans l’apprenant (Bange, 2005). Les jeux entrent dans une perspective fonctionnelle pour la didactique des langues étrangères car, avec les jeux l’apprentissage de la communication ne se limite pas à la simple reproduction des contenus du manuel.

Enfin, le jeu est un outil permettant que les actes de langage soient réalisés avec des problèmes cognitifs de communication authentiques à résoudre, qu’il n’y ait pas seulement des assimilations entre la langue-source et la langue-cible de l’apprenant. Avec l’étayage présente dans l’usage du jeu, l’apprenant pourrait résoudre les problèmes de communication d’une manière la plus autonome possible.

BANGE, P. (2005), L’apprentissage d’une langue étrangère – Cognition et interaction. Paris, L’Harmattan.

CARE, J.-M., DEBYSER, F. (1991), Jeu, langage et créativité. Les jeux dans la classe de français. Paris, Hachette FLE.

CUQ, J. -P. (dir), (2003), Dictionnaire de didactique du français langue étrangère et seconde. Paris, CLE International.

SILVA, H. (2008), Le jeu en classe de langue. Paris, CLE International.

WINNICOTT, D. W. (1975), Jeu et réalité. L’espace potentiel. Paris, Editions Gallimard.


Monica RIBEIRO CUNHA

Diplômée en Langues Française et Portugaise à la Pontificia Universidade Catolica de Sao Paulo (Brésil), actuellement en Master 2 Recherche Didactique du Français Langue Etrangère/Seconde et Langues du Monde à l'Université Sorbonne Nouvelle Paris 3.

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookLinkedIn

10 réflexions sur « L’intérêt du jeu en classe de langue »

  1. C’est vrai qu’en classe de langue, il est plus facile de faire jouer les enfants que les adultes … Mais cela reste, pour moi, important que l’enseignant introduise peu à peu des jeux – ou activités ludiques dans un premier temps – avec un public adulte. Le jeu ramène à l’enfance et la langue renvoie aussi à l’enfance. Quand j’enseignais le français à des adultes, j’introduisais des moments de jeu plutôt en fin de séance ou au moment de la pause pour apprendre tout en se détendant. J’avais, bien entendu, en face de moi des adultes réticents qui peu à peu étaient prêts à se prendre au jeu quand ils en voyaient l’intérêt au niveau de l’apprentissage. C’était alors peut-être plus facile pour moi car je travaillais aussi bien avec des Brésiliens que des Jordaniens. La manière d’appréhender le jeu des uns influençait sur la manière de le concevoir des autres. Il y a un réel travail à faire sur les représentations de l’apprentissage. Même si les gens sont différents et les cultures singulières, je me rends compte qu’on apprend beaucoup plus vite en faisant. Jeux pour parler ou jeux pour écrire sont sans doute des « je » à ne pas laisser s’échapper.

  2. Lorsque j’ai travaillé en Angleterre l’année dernière avec des primaires, il m’était impossible de faire une séance de cours sans introduire une activité ludique, tout simplement parce que c’était le seul moyen que j’avais trouvé pour capter leur attention pendant soixante minutes ! Les élèves étaient ravis, que ce soit avec des jeux de rôle, des quizz musicaux ou encore, en apprenant les chiffres, mois ou jours avec un bingo. Ils s’amusaient, ne s’ennuyaient pas et apprenaient par la même occasion !
    Je n’ai pas eu l’opportunité de tester ces activités avec des adultes. Je pense que je ne les présenterai pas de la même manière que j’ai pu le faire avec des enfants. Il faudrait s’adapter à l’âge du public.

  3. Merci Monica pour ta réflexion sur le jeu comme outil d’enseignement des langues. Le sujet m’intéresse car je travaille sur la didactique des langues par la pratique théâtrale pour mon mémoire, et le théâtre est bien, avant tout, un jeu. Je suis convaincue que l’on apprend mieux une langue de façon ludique que de façon « académique » : les enfants ne découvrent-ils pas le langage et le monde d’abord par la voie du « jeu »? Il s’agirait donc pour l’apprenant d’aller chercher l’enfant qui est en lui, retrouvant ainsi une forme d' »innocence » première propice au plaisir ludique dans une langue étrangère. Ce plaisir, bien sûr, doit être cadré par des « règles » à respecter de façon méthodique et rigoureuse, comme lorsqu’il jouait avec ses pairs « quand il était petit », dans le cas du théâtre, où il croyait très sérieusement aux personnages qu’il interprétait… Ainsi, je crois fermement que la pratique théâtrale en langues étrangères favorise l’apparition d’une parole « authentique » parce que véhiculée par le corps et le cœur, à travers le jeu, et non pas uniquement par le cerveau, comme dans le cas d’un apprentissage « académique ».

    1. Merci Laura, tu as tout à fait raison. Parfois l’apprentissage se restreint à un seul aspect de la langue : le linguistique. Il ne faut pas oublier que la langue est aussi la voix (l’articulation, la prononciation, le rythme, le débit), la gestuelle, la mimique, la gestion de l’espace entre les interlocuteurs. De plus, le théâtre permet de travailler tout cela de manière ludique.
      J’espère que tu partageras un petit peu de ton mémoire avec nous 😉

    2. Je partage ton avis Laura sur l’importance des activités ludiques en classe de langue. Il me semble intéressant également de faire le lien entre la pratique d’un jeu et son apport théorique. Je trouve que le jeu théâtral est un bon exemple. Il s’agit d’un travail ludique regroupant plusieurs objectifs qui renforcent également la prononciation : phonétique (le travail sur la bonne prononciation des consonnes ainsi que des voyelles), prosodique (travail sur l’intonation et le rythme à travers l’imitation des automatismes), corporel (à la fois par la motivation et le plaisir de ce travail et son rôle dans l’acquisition de l’orale).

      Bonne rédaction à toi également

  4. Merci pour le partage. Il est intéressant dans la classe de langue de renvoyer aux jeux pour l’objectif d’apprentissage et communicatif. J’apprécie beaucoup l’aspect collaboratif mentionné par Cuq (2003). Comme tu as dit qu’avec l’étayage présente dans l’usage du jeu, l’apprenant pourrait résoudre les problèmes de communication d’une manière la plus autonome possible. Je m’intéresse au terme « autonome » que tu as utilisé, plus précisément à la relation entre « étayer » et « autonomiser ». Comment tu vois le fait que d’une part l’apprenant dépend de l’étayage des autres, et d’autre part on peut dire qu’il puisse communiquer de manière autonome ?

    1. Merci pour ton commentaire. Selon Bange (2005) l’apprentissage d’une langue étrangère est à la fois cognitif et interactionnel. Dans l’interaction le locuteur non natif (novice) va trouver des problèmes de communication qui seront résolus en étayage avec un locuteur non natif plus expert ou un natif (tuteur). L’autonomie réside dans la résolution de ces problèmes car c’est au locuteur non natif de trouver les règles de la langue, de les tester et de recevoir les feedbacks du tuteur. Donc l’apprenant construit en autonomie les règles de la langue (cognitif) à partir des problèmes de communication résolus en étayage avec l’enseignant ou un autre apprenant (interactionnel).

  5. Merci pour ce partage Monica. C’est toujours un plaisir de lire d’autres idées sur l’enseignement du FLE.

    Nous avons beaucoup abordé le sujet du jeu en classe des langues étrangères. Mais quel type de jeu et pour quel public ?
    Penses-tu qu’on peut utiliser toujours des jeux avec des adultes ?

    J’ai essayé de présenter quelques jeux pédagogique dans une classe de FLE pour les arabophones en Jordanie. Mais j’ai senti que le concept de jouer pour eux est culturellement interdit !

    Il y a beaucoup d’ouvrages intéressants à ce sujet comme celui « Jouer/Apprendre » de Gille Brougère.

    Comme je travaille sur la phonétique, tout sujet sur la communication verbale m’intéresse. Cependant, beaucoup de phonéticiens comme B. Lauret étaye l’idée de la période de silence. Autrement dit, selon la personne, on a besoin parfois d’écouter la langue avant de pouvoir communiquer correctement avec les autres. Forcer un apprenant à entrer dans une communication d’emblée avec les autres locuteurs demeure une question problématique pour certains.

    1. Merci Amal pour ton commentaire. Dans mes recherches j’ai trouvé des références sur cet ouvrage, tu l’as lu?
      Mon expérience en tant que professeur de FLE au Brésil m’a montré que c’est possible d’utiliser les jeux avec tous les âges. Non seulement les jeux pédagogiques, mais aussi ceux pour des « vrais joueurs ». Il est vrai que le choix du type de jeu dépend du public, comme également des objectif préétablis par l’enseignant.
      Le jeu doit être vu comme un outil, une manière différente de travailler certains aspects de la langue cible à l’oral comme à l’écrit. Son utilisation implique des avantages et des inconvénients, comme tu viens d’annoncer, certaines cultures ne s’intéressent pas à cette pratique. On a tendance à penser que si on s’amuse, il ne s’agit pas d’apprentissage.
      Enfin, je ne vois pas le jeu comme une manière de forcer l’apprenant à parler, de briser sa période de silence. Il s’agit plutôt de lui donner une autre motivation pour parler. Cela peut marcher ou pas, car pendant le jeu il peut également éviter de parler ou parler juste l’essentiel.

      1. Oui je suis d’accord avec toi en ce qui concerne les objectifs des jeux. Pour les adultes arabophones, je l’appelle souvent une activité. Comme tu le dis, j’ai l’impression que si je prononce le mot jeu, il ne s’agit plus d’apprentissage pour eux. En revanche, cela marche très bien avec les enfants ou les scolaires.

        Jai lu des commentaires sur l’ouvrage de Brougère seulement.

        Il faut trouver un moyen pour « jouer » la rédaction du mémoire actuellement 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *