À la recherche des rituels d’écriture

Comment faire pour que le brouillard de multiples écritures finisse par la visibilité d’une recherche scientifique fondamentale?

Heureusement, il n’existe pas de meilleures recettes, ce qui nous permet d’inventer les nôtres. Pour le faire, nous avons de nombreuses possibilités d’essayer de retrouver les inspirations pour notre recherche, consistant en nombreuses lectures et écritures.

À mon avis, une des sources d’inspiration se trouve dans nos rituels d’organisation du temps et de l’espace d’écriture.

Avez-vous quelques-uns?

Certains d’entre vous peuvent répondre : « Oui, certainement. J’en ai plusieurs ». D’autres peuvent répondre : « Non, je n’en ai aucun ». Cependant, il peut arriver qu’ils soient devenus tellement habituels que vous n’y faites plus attention.

Le rituel, c’est quand vous vous dites, c’est comme ça et pas autrement. Par exemple, en pratiquant l’écriture vous découvrez que vous ne pouvez « écrire qu’au stylo, à la pointe-feutre ou au crayon, en écoutant ou pas de la musique, en buvant du thé plutôt que du café ou de l’eau, et ainsi de suite » ([1], p. 43).

Un grand avantage des rituels c’est qu’ils peuvent nous « donner des idées et, a minima, [nous] décomplexer à tout jamais » ([2], p. 45). Autrement dit, les rituels d’écriture peuvent nous aider à gérer nos angoisses de la page blanche, de ne pas être à la hauteur, de l’obsession du parfait ou d’autres.

Pour vous laisser réfléchir sur vos rituels, il me semble intéressant de prendre connaissance de quelques rituels pratiqués par des écrivains du XXe siècle.

Notre principe : « les dames d’abord et les gentlemen après ».

Commençons donc par une écrivaine française d’origine russe Nathalie Sarraute (1900-1999) qui ne pouvait travailler « qu’au café en bas de chez elle, sur le boulevard Saint-Germain, assise au même guéridon, chaque matin, dès 9h30. Elle rédigeait sur du papier blanc, sans jamais déchirer une feuille, et à midi rangeait son cartable avant de remonter dans son grand appartement où elle ne pouvait écrire une ligne » ([1], p. 49).

Ensuite, passons aux écrivains qui resteront vivants dans nos coeurs pour toujours.

Claude Ollier (1922-2014), un écrivain français du Nouveau Roman et premier Prix Médicis en 1958 pour La Mise en scène, qui « ne pouvait travailler qu’au dos de feuilles déjà écrites » pour calmer l’angoisse de la page blanche (Ibidem).

William Faulkner (1897-1962), un romancier et nouvelliste américain, qui « aimait écrire le plan détaillé de chaque chapitre sur de grandes feuilles qu’il alignait ensuite sur le mur de son bureau pour mieux s’en imprégner tandis qu’il rédigeait » ([1], p. 52)

Ernest Hemingway (1899-1961), un écrivain, journaliste et correspondant américain, qui « prenait soin de travailler une boîte entière de crayons » (Ibidem) avant de commencer sa journée de travail. Pour lui, « user sept crayons numéro deux représente une bonne journée de travail » (Ibidem).

Et enfin, ceux qui nous réjouissent toujours par leurs écritures.

Alain Finkielkraut (1949), un philosophe, essayiste et académicien français, qui « travaille dans un bureau dont le désordre dépasse l’entendement » ([1], p. 51).

 François-Olivier Rousseau (1947), un journaliste et écrivain français, qui « rédige sur une minuscule table installée dans sa salle de bains, pour éviter la présence stérilisante des livres. Au bout de deux ou trois heures, il quitte tout et part se promener » (Ibidem).

 

En ce qui me concerne, je suis quelqu’un qui n’est qu’une amatrice d’écriture, essayant d’apprendre l’art d’écrire, mais j’ai aussi certains rituels qui m’aident à organiser mon temps et mon espace d’écriture.

Le matin commence par un thé noir, l’après-midi continue par un grand café et le soir par un double expresso, car les meilleures idées me viennent à l’esprit pendant la nuit.

Quand j’écris ou je lis, j’ai besoin d’un silence absolu, c’est pourquoi il est assez difficile pour moi de travailler dans les bibliothèques. Je m’installe devant une table ronde de salle à manger afin d’avoir beaucoup de place pour tous les documents imprimés, livres, carnets, feuilles blanches, crayons et stylos. La table est toujours placée à côté de la fenêtre pour avoir plein de lumière et face à un mur pour éviter toute distraction visuelle. Ainsi, je ne me concentre que sur le processus d’écriture, les livres, mon ordinateur et mes carnets.

La surface de ma table est à la fois rangée et dérangée. J’imprime mes derniers plans et mes dernières notes pour pouvoir dessiner des flèches et des schémas, pour raturer ou remplacer des mots et pour ajouter des idées. Pour atteindre ces objectifs, j’aime travailler avec la version papier.

En outre, j’ai plusieurs livres sur ma table. En les regardant, je me dis qu’il est fortement probable que, tout comme pour moi, pour les auteurs classiques et modernes, le processus d’écriture a demandé « les cinq pour cent d’inspiration et les quatre-vingt-quinze pour cent de transpiration » ([1], p. 73). Cela me rassure. Je ne suis pas la seule.

Tels sont mes rituels accompagnant le processus d’écriture et de recherche.

Et quant à vous, chers lecteurs, quels sont les vôtres?

 

Bibliographie

[1] TESSARECH, B. (2015), L’atelier d’écriture. Leçons à un futur écrivain, Paris, Éditions Jean-Claude Lattès.


VORONTSOVA-MENALO Anna

Etudiante en Master 2 Didactique du FLE/S et langues du monde, à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3.

More Posts

12 réflexions sur « À la recherche des rituels d’écriture »

  1. Bonjour Anna et merci pour cet article intéressant.

    Le fait d’aborder le sujet des rituels d’écriture ainsi que de donner quelques exemples faisant référence à la manière dont les écrivains travaillent et l’importance qu’ils accordent à leur espace d’écriture me rappelle de l’écrivain Emile Zola. Ce romancier naturaliste, lui aussi, avant même de construire sa maison à Médan, pense d’abord à l’aménagement de son bureau de travail. Ainsi, dans une lettre adressée à Flaubert , l’écrivain souligne qu’il veut avoir « un vaste cabinet de travail avec des lits partout et une terrasse sur la campagne…» . On remarque ainsi le rôle important qu’Emile Zola, accorde à son espace d’écriture, tant à intérieur qu’à l’extérieur, l’importance de la vue et la présence des lits, destinés au repos ou à la lecture.

    Quant à moi, je n’ai pas un espace d’écriture fixe, mais en lisant ton article je pense que je réfléchirai à en trouver un. Peut-être ce serait un bon astuce pour pouvoir mieux me concentrer, avoir plus d’inspiration et retrouver le plaisir d’écrire afin d’avancer dans l’écriture de mon mémoire.

    1. Mirela, je te remercie d’avoir fait cette remarque à propos des rituels d’Émile Zola. Il est toujours très intéressant à découvrir la manière dont les écrivains organisent leurs espaces d’écriture et de repos.

      Je te souhaite vivement de trouver ton espace d’écriture, car cela ne peut faire que du bien. Bonne chance!

  2. Merci Anna pour avoir écrit sur nos problèmes d’écriture!!! Quand on vient d’entrer dans le monde de la recherche et on ne sais pas vraiment comment commencer à écrire, les rituels des autres nous paraissent des formules pour trouver le nôtre. Je m’identifie beaucoup avec ton rituel, j’ai également besoin d’une grande table pour mettre tous mes livres/cahiers et je travaille mieux pendant la nuit. Mais quand je n’ai plus d’idée, il vaux mieux d’aller dormir et de reprendre le matin, d’aller se balader, de lire autre chose, de partager nos idées avec nos collègues de master 😉

    1. Monica, je suis très contente que tu aies pu t’identifier avec mes rituels. Cela me fait un grand plaisir de rencontrer les « âmes soeurs de rituels » qui partagent les expériences similaires. C’est comme si, en lisant des livres, on découvre que tel livre m’attendait, que l’auteur l’a écrit pour moi, que l’auteur et moi, nous partageons les mêmes idées.

  3. Ton billet est très intéressant Anna. Je veux juste faire un petit lien avec ce que je viens de lire sur la « séquentialisation d’une tâche d’écriture » dont Charles Hadji fait mention dans « Comment impliquer l’élève dans ses apprentissages. L’autorégulation, une voie pour la réussite scolaire », qui corrobore d’ailleurs ce dont Serge Martin nous a parlé lors du séminaire sur la méthodologie. « Cette tâche [d’écriture] est d’autant mieux accomplie que l’élève parvient à la « découper » en un ensemble d’« épisodes » relativement courts, et qui s’articulent les uns aux autres. Ces auteurs [Pierre-François Coen et Jean-Luc Gurtner] distinguent deux types d’épisodes : des épisodes d’exécution (écriture du texte, modifications, permutations) et des épisodes d’« élaboration-réflexion » (réflexion, rêverie, relecture, lecture de fiches d’aide). On constate une alternance entre ces deux types d’activités » (2012 : 237).

    1. Marie-Christine, merci beaucoup d’avoir fait ce lien.

      Il ne me reste qu’ajouter que nous inventons nos rituels d’écriture exactement pour pouvoir réaliser de la manière la plus efficace ces deux épisodes dont tu parles, notamment un épisode d’exécution et celui d’élaboration-réflexion.

  4. Très intéressant ton article Anna qui prouve qu’il n’y a pas de formule magique et qu’on doit l’inventer nous mêmes. Comme Betty j’aime travailler dans les bibliothèques, en regardant les autres étudiants travailler, la plupart en tout cas, cela me motive. J’y vais souvent aussi dans les cafés pour changer un peu d’atmosphère. Si non ma méthode c’est plutôt se concentrer sur une chose, l’achever et continuer. Par exemple en ce moment je fais mes lectures et après je dois passer à la rédaction. Bien sûr il m’arrive de noter en même temps des observations, des idées que j’ai eu d’un cours, d’une conférence. Mais je me focalise sur une chose plutôt pour avoir un ordre parce que déjà mes pensées sont de fois en désordre total!

    1. Merci Olga! Il est intéressant que la focalisation sur une chose te donne l’ordre des réflexions. Pour moi, cette focalisation produit un effet complètement différent, par exemple, celui du manque d’information ou le sentiment de tout mélanger et de ne plus avancer. Comme résultat je me sens bloquée et je ne peux ni continuer ni achever ce que j’ai commencé à écrire. Ainsi, il me faut lire des livres sur une thématique à la fois similaire et différente pour pouvoir comparer, prendre du recul, réfléchir et puis continuer à rédiger.

      Quelle que soit la méthode, l’essentiel c’est qu’elle puisse nous amener à nos objectifs.

  5. J’aime écrire, mais pour cela j’ai besoin d’inspiration. Et elle manque bien souvent ces derniers temps, même après avoir (beaucoup) lu.. La plupart du temps, j’écris mes idées sur mon téléphone, peu importe l’endroit où je me trouve, et je les retravaille sur mon pc. Aussi, je préfère rédiger HORS de chez moi, ma maison est l’endroit où j’arrive le moins à travailler car j’y suis trop tentée (télé, manger etc.) Je trouve qu’une bibliothèque est un bon lieu de travail et lorsque j’y suis, j’essaie de mon couper du monde, en mettant mon téléphone en mode avion par exemple !

    1. Betty, merci beaucoup pour ton partage. Il est toujours très intéressant de savoir à quel point les rituels d’organisation du temps et de l’espace d’écriture varient selon les scripteurs. Je te souhaite de trouver l’inspiration créatrice grâce à tes rituels.

    2. D’abord, un grand merci à Anna pour ce texte très intéressant qui nous invite à nous interroger sur nos rituels.
      Et puis, j’aimerais ajouter qu’il y a un article sur wikihow qui parle du manque d’inspiration et qui invite ses lecteurs à trouver, à découvrir leur source d’inspiration. L’auteur y présente trois méthodes: 1-Trouver des sources d’inspiration, 2-Changer de perspective, 3-Découvrer son Moi profond. J’espère que cet article sera utile.
      Voici son lien :
      http://fr.wikihow.com/avoir-de-l'inspiration

      1. Fatemeh, merci d’avoir partagé ce lien sur wikihow avec nous! Cela nous offre la possibilité de réfléchir plus loin sur le sujet que j’ai mentionné dans cet article.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.