Les « microgestes » dans l’enseignement.

3077175-md-709887[1]
Image issue du site http://saradobarro.com/tag/intracomunicacion/ Publié le 12 décembre, 2011.

La plupart de ceux qui ont déjà eu l’opportunité d’enseigner, qui ont suivi un stage en tant qu’animateurs ont peut-être expérimenté cette sensation d’angoisse, de crainte, de panique scénique qui représente le fait d’être devant un groupe d’apprenants pour la première fois. C’est notre « être » exposé devant ce public d’enfants et/ou d’adultes qui est là, devant nous,  témoin de ce que nous disons à travers notre voix. Mais, ce n’est qu’avec notre voix qu’on peut communiquer ? Sommes-nous conscients de ce que nous transmettons tout au long de cette situation ? Nous sommes-nous arrêtés quelques instants à réfléchir à ce que nous disons et communiquons à travers  notre corps ?   Pour quelques-uns cela n’est peut-être pas trop important et donnent plus d’importance à ce qu’ils vont communiquer (au message), sans doute un élément essentiel dans la communication,  sans faire attention à  comment ils vont le faire à la situation (communication-processus). Cette relation enseignant-apprenant, point clé dans la didactique, nous invite à considérer l’intégrité de la communication, qui débouchera dans une meilleure transmission de connaissances aux apprenants pour une meilleure acquisition de ce qu’ils perçoivent en classe.

Cette petite introduction me permet maintenant de vous parler d’un petit article paru  dans la revue « Sciences humaines »,  de ces petits gestes auxquels il faut faire très attention dans notre vie d’enseignants pour atteindre de grands effets comme l’indique l’auteur dans son titre « enseignants : petits gestes, grands effets ».

Diane Galbaud, auteur  de cet article, nous propose de détourner notre regard à ce qui n’est pas dit à travers les mots, c’est-à-dire à ce qui est dit en utilisant nos gestes corporels, lorsque nous nous trouvons devant nos apprenants soit le premier jour de classe, soit dans l’exercice du métier. Elle dit  « Dès leur « entrée  en scène » dans la salle de classe, certains enseignants apparaissent comme sûrs d’eux, à l’aise. D’autres en revanche semblent plus en retrait et sans réelle conviction », mais, comment peut-on  réaliser que la personne qui est devant nous se sent sûre ou pas ? C’est peut-être l’intensité de son discours ? L’intensité de notre voix ? Galbaud nous parle des « microgestes » décortiqués dans une thèse en science de l’éducation de Jean Duvillard1 intitulée « introspection gestuée » soutenue en octobre 2014 à Lyon. Gilbaud, en tant que professeur d’éducation musicale, retient cinq « microgestes » que nous devons considérer: la posture gestuée, la voix, le regard, l’usage du mot, le positionnement tactique. Selon Galbaud (citant quelques extraits de la thèse) qu’est-ce qu’on pourrait dire d’un professeur qui se déplace « d’un pas nonchalant, traînant et chaloupé en se touchant la barbe » ? « Ce geste personnel de se toucher la barbe semble nous dire : « comment je vais m’y prendre aujourd’hui ? » ; surtout si, en plus, le pas n’est pas assuré et qu’aucune énergie ne semble venir soutenir cette attitude ». Autrement dit, cet enseignant «  n’est pas en mesure de reprendre le pouvoir d’autorité sur le groupe ». Galbaud affirme que la voix et son intonation, la parole et son débit se révèlent tout aussi cruciaux : par exemple, lorsqu’un groupe est très dissipé, mieux vaut éviter, pour le prof, de parler trop lentement. Ce qui me semble extrêmement nécessaire car, assister au cours d’un enseignant qui parle lentement et  dont la voix est trop douce, même si ce qu’il dit résulte  intéressant, je peux assurer que les étudiants s’endormiront  certainement.  Un autre microgeste signalé est « le regard » Duvillard affirme « le regard peut blesser davantage que le mot, il est porteur d’une charge affective supérieure » Il cite le cas de cet enseignant qui ne cesse de regarder ces étudiants d’un air entendu semblant signifier : « De toute façon je ne pourrai rien tirer de vous » trop fort pour un enseignant responsable de la transmission de savoir à ses apprenants, surtout si on a la responsabilité d’être porteurs de savoirs et savoir-faire à nos apprenants. Galbaud termine avec une dernière citation de Duvillard « Trop nombreuses sont les actions gestuées qui ne sont pas en accord avec la volonté de communication avec le professeur ».

C’est pourquoi  l’importance, dans le cas de l’enseignant, d’être soucieux de la transmission du message (savoirs et savoir-faire)  et des stratégies à considérer pour une bonne communication avec ses apprenants.

  1. Jean Duvillard, « L’introspection gestuée ». La place des gestes et microgestes professionnels dans la formation initiale et continue des métiers de l’enseignement », thèse de doctorat en sciences de l’éducation soutenue à l’université Lyon-1 en octobre 2014.

Bibliographie :

Galbaud D. art. Enseignants : petits gestes, grands effets, Revue Sciences Humaines, n° 274,  sep-oct. 2015, BIS « Bibliothèque Interuniversitaires de la Sorbonne ».


Céspedes

Étudiant en Didactique du FLE/FLS et langues du monde Master 2 à l'Université Sorbonne Paris 3.

More Posts

6 réflexions sur « Les « microgestes » dans l’enseignement. »

  1. Edilberto, merci de partager ce billet!

    Tu nous rappelles à quel point la communication est un système complexe. Il est évident qu’en tant qu’enseignant il faut penser à combiner de manière harmonieuse les trois composantes de la communication: le verbal, le non-verbal et le para-verbal, afin qu’on puisse éveiller et maintenir l’attention des apprenants. De même, cela aide à ce que le message qu’on transmet soit mieux compris. C’est pourquoi, il est utile de tenir compte de ces « micro-gestes », à savoir la posture gestuée, la voix, le regard, l’usage du mot et le positionnement tactique.

    1. Tout à fait. Comme a dit Khouloud Sihamdi dans son commentaire, il faut la considérer en tant qu’acteurs sociaux. On a passé plus de temps à étudier la communication non verbale qu’à l’appliquer dans notre métier en tant qu’enseignants. Ceci m’intéresse énormement parce que je suis convaincu que c’est la cause principale des échecs dans l’acquisition d’une langue dans les centres où je les ai apprises et j’ai travaillé..

  2. Merci Céspedes pour ton billet. Je comprends pourquoi maintenant lorsque je suis fatiguée, j’ai plus de mal à tenir mon groupe d’enfants. Ma voix, mes gestes, mon comportement doivent sûrement y être pour quelque chose. Seul remède : se reposer. Concernant tes citations, je crois qu’il faut que tu mettes entre parenthèses la date de publication et la page….

    1. Tout à fait Mare-Christine, je peux imaginer que tes élèves t’adorent. Les gestes marchent très bien et surtout avec les enfants, A mon avis les instituteurs et maîtres d’école primaire sont très importants dans la formation de l’enfant, alors bravo pour ton travail ! C’est pourquoi mon intérêt porte sur ce sujet plutôt avec les plus grands parce que je pense que même si l’apprentissage chez eux est différent, la gestuelle de la part de l’enseignant en classe pourrait permettre une meilleure communication entre l’enseignant et les apprenants. Quant au numéro de la page de la revue merci de me le faire remarquer je vais la chercher, la date correspond à Septembre -octobre puisqu’il s’agitd’ une publication mensuelle,

  3. Oui ces microgestes sont très importants tant de la part des étudiants que des enseignants. J’aurai ajouté un microgeste nominal qui est à mon avis très important : savoir le prénom/nom des étudiants et ne pas s’adresser de façon neutre en disant Madame/Mademoiselle/Monsieur/Vous. Pour moi c’est un macrogeste. Après certainement sous certaines conditions cela est très difficile car le nombre des élèves/étudiants peut être très grand dans une classe.

  4. Merci pour ce partage. Je trouve ton billet très intéressant car c’est un sujet qui ne nous touche pas uniquement en tant qu’enseignant mais en tant qu’acteur social également. Les gestes parlent plus fort que les mots surtout le regard dont l’auteur a souligné la charge émotionnelle à véhiculer les  »non-dits ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.