La stratégie d’apprentissage d’une langue éloignée

Le 5 février à l’INALCO, il y avait un colloque : Analyse des erreurs comprises par des francophones apprenant une langue éloignée, organisé par l’axe linguistique du Centre d’études japonaises de l’INALCO. J’ai trouvé ce titre intéressant après avoir comparé avec le contenu. Car cela traitait des langues japonaise, vietnamienne, polonaise, tchèque et turc qui appartiennent à la catégorie d’« une langue éloignée » pour les apprenants francophones. L’utilisation de ce terme signifie probablement les différences typologiques. Pourtant il me parait un peu étrange d’employer ce terme sans le définir. C’est parce que même pour les francophones, la définition d’une langue éloignée pourrait être différente selon l’individu et le contexte.
La même remarque a été faite par Rémy Porquier de l’université Paris Ouest-Nanterre, qui a pris la parole pour la première session de ce colloque. Mais ce qui m’a impressionné le plus dans son discours était sa petite anecdote concernant la stratégie d’apprentissage d’une langue étrangère. Il nous a expliqué qu’il parle plusieurs langues comme le français, l’allemand, l’espagnol, l’anglais et le grecque. Lorsqu’il est venu au Japon pour son travail, il a appris le remerciement, « arigatougozaimasu », en japonais. Afin de mémoriser ce mot, il l’a coupé en petits mots et il est passé par ses langues acquises. Par exemple pour « arigatou » il a associé avec le mot, « alligator » en anglais et également pour les autres parties des mots. En combinant ces mots étrangers, il arrive à dire merci en japonais. 
Cette stratégie personnelle est parfois difficile à comprendre car ce n’est pas une méthode que tout le monde pourrait appliquer.
Cependant, cela me rappelle mon expérience personnelle d’apprentissage des langues. En Master 1 à Paris, j’ai suivi un semestre en cours de polonais et je voulais mémoriser le mot « sobota » qui signifie le samedi en polonais. Pour cela je suis passée par le japonais car en japonais « saboru » est un verbe à l’oral pour dire « sécher ». Je me disais que le samedi, on est en week-end ainsi on ne fait rien. Ainsi le samedi en polonais est « sabota ». Grâce à ce moyen mnémotechnique, je me rappelle toujours de ce mot en polonais. Or, aujourd’hui cette petite astuce me sert dans mon apprentissage de la langue italienne car en italien, le samedi est « sabato ». 
Etant donné que cette stratégie est personnelle, il est difficile de systématiser. Cela dit, je rejoins l’idée de M. Porquier comme quoi il est également vrai que ce type de stratégie évite de faire des erreurs lors de l’apprentissage des langues.

OGAWA Haruna

Etudiante M2 en didactique de FLE/FLS et langues du monde à l'université Sorbonne Nouvelle Paris 3.

More Posts


Une réflexion sur « La stratégie d’apprentissage d’une langue éloignée »

  1. Je suis tout à fait d’accord avec la nécessité d’une définition précise de « langues éloignées» que vous avez mentionnée. (Combien peut-on énumérer les langues éloignées, même par rapport au français ?). Et concernant les stratégies d’apprentissage d’une langue étrangère ; je pense que nous en avons tous des expériences, même si nous avons appris au moins une langue étrangère durant la vie. Cette expérience très utile de jouer avec un mot, de faire un poème avec, ou de le chanter à haute voix, etc. Mais c’est une stratégie d’apprentissage et non pas la stratégie d’enseignement. A ne pas les confondre. Personnellement, je pense que c’est à chaque apprenant de trouver une astuce propre à soi. Ce n’est point le rôle de l’enseignant de transmettre ses propres stratégies pour enseigner des mots surtout avant que l’apprenant n’ait rencontré un problème. Pour y ajouter une expérience personnelle: au début de mon apprentissage du français, mon professeur a écrit au tableau quatre-vingts et quatre-vingt-dix, avant d’écrire/dire que c’est 80, 90, elle préférait dire qu’en ces chiffres, il y a deux opérations: la multiplication et l’addition. 4 ×20=80 et 4 ×20 +10 =90 ! Désormais, je multiplie et additionne les nombres pour dire/lire les chiffres de 80 jusqu’à 99. Quelle peine!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.