« Mais, euh.. sans indiscrétion, pourquoi prof de FLE, t’aimes pas l’argent ? »

Ah, ça, il l’avait entendu beaucoup trop de fois ; et dans un souci quasi perpétuel de justification, son explication suivait constamment la même rengaine.

Il disait qu’il avait toujours eu vocation à aider les gens, qu’il souhaitait combattre l’injustice et promouvoir l’égalité des chances pour chacun. Envahie par un désir profond d’ambition sociale, sa mère avait voulu en faire un médecin ou un avocat. Malheureusement pour elle, peu friand du droit et grand hématophobe, ces carrières n’avaient jamais fait partie de ses options.

Pendant longtemps il avait songé à être assistant social, mais après avoir entendu les paroles d’un grand homme, disant que « l’éducation était l’arme la plus puissante qu’on pouvait utiliser », il s’était destiné au professorat. Quant à la matière qu’il allait enseigner, il avait longuement hésité. Optant en premier lieu pour les mathématiques, dont les résultats au collège frôlaient la perfection. Il avait lâché prise, lorsqu’à son arrivée en seconde, il avait pu constater que les calculs de plus en plus complexes, avaient remplacé les chiffres par des lettres. Voyant ainsi ses résultats dégringoler, il s’était rabattu vers sa seconde matière préférée, l’anglais.

Ah, les langues et lui, quelle histoire ! Il aurait pu choisir l’allemand qu’il apprenait depuis l’âge de dix ans mais trouvait cette langue affreusement laide, alors qu’il associait consciemment l’anglais aux États-Unis et au rêve américain. Le rêve américain.. C’est en souhaitant y accéder que son aventure avec le FLE avait commencé. En effet, pensant qu’enseigner l’anglais à des Américains natifs serait inutile, il s’était tourné vers le français et avait décidé qu’il orienterait ses études supérieures dans ce sens là. Ce n’est que plus âgé, qu’il avait réalisé que les États-Unis n’étaient pas si idylliques qu’ils n’y paraissaient dans les séries télévisées, et qu’il valait mieux y séjourner quelques jours pendant des vacances que d’y vivre. Pourtant, il tenait toujours à enseigner le français.

Son master FLE entamé, il avait eu la chance d’enchaîner les stages et les actions bénévoles en tant que professeur de français auprès de publics divers et variés. Des primo-arrivants aux enfants d’ambassadeurs souhaitant perfectionner leur niveau C2 en langue française, il en avait côtoyé du beau monde. Lors de soirées, il aimait se vanter d’avoir fait le tour du monde sans avoir eu besoin de quitter Paris et sa petite couronne et partager des anecdotes qu’il avait eues avec ses apprenants. Il n’avait jamais autant appris sur lui-même et sur l’Autre, depuis que son rôle était de faire apprendre.

Après avoir épluché les offres d’emplois FLE sur différents sites internet, il avait réalisé que la grande majorité des rémunérations mensuelles brut à temps plein n’excédaient pas huit cents euros, que ce soit en France ou à l’étranger. Il avait bel et bien compris qu’en continuant sur cette lancée, il ne payerait pas l’ISF.. Société capitaliste oblige, ses propres collègues masterants se demandaient ce qu’ils faisaient dans une filière, qui les conduirait à une profession aussi instable que précaire. Il voulait vivre de ce qu’il aimait faire, quitte à ne pas être propriétaire.. Adepte de la philosophie « carpe diem », il se voyait prendre les choses telles qu’elles se présenteraient, en privilégiant les expériences hors de la métropole. Et si cela finissait par l’ennuyer, il était sûr qu’il trouverait le moyen de se réorienter.

Pour l’heure, convaincu que se justifier ne servait plus à rien, il décidait pour la toute première fois de changer son argumentation et répondit à son ami « Si , si, mais bien sûr que j’aime l’argent ! C’est pour ça que j’épouserai une cadre, 45 K€ par an, minimum ! »

LONKUTA Betty

Etudiante en Master 2 Didactique du FLE/S et langues du monde à l'Université Sorbonne-Nouvelle, Paris 3.

More Posts


7 réflexions sur « « Mais, euh.. sans indiscrétion, pourquoi prof de FLE, t’aimes pas l’argent ? » »

  1. Je me souviens quand j’étais en Licence, et ai demandé à des étudiants en IUFM pourquoi être prof, même avec une rénumération pas très jolie. La réponse est simple : devenir professeur n’a pas pour le but d’être riche, mais juste pour le plaisir. Si l’on est toujours content d’être enseignant, pourquoi pas suivre ce chemin sans trop demander pourquoi.

    En plus, comme Christine a évoqué, je dois admettre que le lecteur (lectrice) de FLE en Chine est très bien rénuméré. Mais, c’est n’est le cas dans tous les pays.

    1. Il est vrai qu’on m’a conseillé de candidater en Chine, et on m’a aussi assuré que les natifs avaient un salaire plus élevés que les autres professeurs de français, non-Français (non-francophones ?), mais c’est à vérifier.
      Mais je pense aussi comme Khouloud, qu’à partir du moment où notre travail nous épanouit, le salaire qu’il nous apporte n’est que secondaire (enfin, on en reparlera dans quelques temps !)

  2. Le doute s’installe souvent quand on entend les témoignages de professeurs en poste (ou en recherche de poste). Entre les contrats de trois mois où tu es payé(e) 2,57€/mois et et le CDI à l’Alliance Française de (insérer destination rêvée) qui demande douze mille années d’expérience, on peut se demander où l’on va.

    Mais on fait ça parce qu’on aime ça. Et parce qu’effectivement, on va se marier avec un(e) riche.

    1. Ton commentaire me surprend à moitié, sachant que c’est à toi que je pensais en écrivant. Au vue des dernières offres que j’ai pu voir sur FLE.fr, il est pratiquement sûr qu’un professeur de FLE, en France, est très rarement imposable à moins d’avoir un (ou plusieurs !) job à côté. De ce fait, j’accepte volontiers de te parrainer sur différents sites de rencontres pour célibataires “raffinés”.

  3. Ton billet a, effectivement, un effet miroir ! Je me suis moi-même interrogée sur ces questions et je continue d’ailleurs… J’hésite parfois à me réorienter. Cependant, j’adopte aussi un peu la philosophie du proverbe cité par Khouloud.

  4. J’ai hâtivement cliqué sur ton article pour le lire. Lire à propos de cette question à laquelle on a tous dû répondre un maximum de fois et qui a permis, à un certain moment, qu’on le veuille ou pas, au doute de s’installer. Pourquoi devenir enseignant ? Pour avoir des fins de mois difficile ? En fait, je crois tout simplement en ce proverbe : ” Choisis un travail que tu aimes, et tu n’auras pas à travailler un seul jour de ta vie.”

  5. Très bon ton article Betty. Ca me rappelle mes débuts en tant que professeur de FLE. Un conseiller m’avait dit : “Mais pourquoi voulez-vous faire ce métier ? Il n’y a pas d’argent. Si vous y tenez vraiment, il vous faudra trouver un mari riche qui accepte de vous entretenir…” C’est à ce moment-là que j’ai décidé de monter ma propre association. Je confirme. Ca ne rapporte pas d’argent. Tout juste de quoi vivre… en province. Mais les choses sont peut-être différentes aujourd’hui à en croire l’annonce de recrutement postée par Shuman en début de mois. Il faut juste partir en Chine ! Je me dis parfois que j’aurais mieux fait d’apprendre le chinois que de m’entêter à me perfectionner en vietnamien…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.