Je suis circonflexe !

Je suis circonflexe

Comme cela tombe bien ! Alors que nous sommes sur le point de commencer à enseigner le français, une nouvelle / ancienne loi sur la réforme orthographique entre en vigueur à partir du septembre 2016.

À vrai dire, la loi n’est pas récente. Elle a fait l’objet de plusieurs débats en France jusqu’à ce que l’Académie française l’ait validée en 1990. Autrement dit, la nouvelle loi qui est devenue le sujet principal des Français sur les réseaux sociaux ces derniers jours est en effet une information qui remonte à vingt-six ans. C’est pour cela que le président du Conseil supérieur des programmes, Michel Lussault, déclare que la nouvelle est un mensonge qui n’a pas d’objectif particulier à part de provoquer ceux qui la contestent déjà depuis toujours « c’est une erreur, un mensonge éhonté – et je pèse mes mots – de dire qu’il existe une réforme qui aurait été imposée pour s’appliquer en 2016 ».

Mais en quoi consiste cette ancienne nouvelle loi ?

La réforme orthographique a pour but d’adoucir la complexité de la fameuse orthographe française ; de la rendre plus accessible, en meilleur adéquation avec le code oral. Il s’agit ainsi d’ôter l’accent circonflexe sur quelques mots lexicaux, là où il n’y aurait pas d’homographe ou de confusion avec d’autres mots grammaticaux. Le tiret entre les mots composés fait également partie de la réforme. De plus, quelques mots d’origine étrangère tel que nénuphar deviendrait tout simplement nénufar. Selon le site internet public.fr, cela concernerait « près de 2400 mots ».

Mais quelle est vraiment l’importance des signes diacritiques ?

On sait très bien que le français n’a pas évolué de la même manière que ses homologues tels que l’espagnol ou l’italien, des langues d’origine latine. Sur le plan linguistique, l’orthographe française est beaucoup plus compliquée à étudier ou à retenir par le simple fait qu’il n’y a pas de correspondance entre le style oral et le style scriptural. Autrement dit, la réalisation par la parole d’un élément de la langue (phrases, énoncés, mots etc.) est différente de celle réalisée par l’écrit ou avec l’encre. À l’oral, le phonème /o/ par exemple se réalise à l’écrit par les graphèmes (o, au, ô, aux, eau). Donc, si on en enlève le (ô), c’est déjà pas mal pour les apprenants.

Voici à mon avis les raisons pour lesquelles la langue française gardait jusqu’à présent les signes diacritiques :

  • Pour distinguer entre les homophones hétérographes :
  • Du (article défini contracté) dans « donne-moi du pain s’il te plaît » diffère de
    (participe passé du verbe devoir) dans « Il a rentrer plus tôt ».
  • Pour recourir à l’étymologie.

L’orthographe française telle qu’elle est conçue aujourd’hui raconte l’histoire de la langue. Les emprunts d’autres langues (du grec, du latin, de l’arabe etc.). On le trouve évident dans le mot pharmacie, par exemple, qui a été emprunté du grec. Les autres langues comme l’italien l’écrivent avec (f) au lieu de (ph). Il en va de même pour nénuphar qui devient nénufar.

Ce qui est drôle en mettant nénufar, c’est que même « Word » n’accepte pas le mot. Il faut dorénavant rectifier les programmes de corrections phonétiques. Cela amène à recruter plus de professeurs et spécialistes de la langue qui ont un esprit ouvert pour la nouvelle orthographe. À la fin, je pense que cela aidera à réduire le nombre du chômage ! Ah pardon, le chomage J.

En lisant quelques commentaires des gens sur cette question, il me semble qu’ils ont peur de changer les attitudes orthographiques qu’ils ont apprises, réapprises plusieurs fois. En plus, ils s’inquiètent pour le futur de leur orthographe. Aujourd’hui, pas de circonflexe, demain pas d’apostrophe !

Mais qui disons-nous, nous les étudiants étrangers et les futurs enseignants de la langue ?

Personnellement, je regrette un peu que la loi n’ait pas été établie quand j’ai commencé à apprendre le français en passant des heures et des heures à apprendre l’orthographe, à faire attention entre jeune et jeûne, entre ognon et oignon (entre autres). Néanmoins, je suis contente pour les futurs apprenants de la langue qui passeront moins de temps sur l’orthographe. Je trouve qu’il est intéressant que les linguistes et les spécialistes de l’Académie française travaillent toujours cette question car comme disait Michel Lussault « la grammaire française n’est pas la Bible ou le Coran, c’est une évolution historique » qui peut subir à des changements au cours des siècles et selon les besoins d’une époque à l’autre.

En fin de compte, Michel Lussault a également raison concernant l’ancienneté de l’application de la loi car Dominique Dupriez avait publié un ouvrage en 2006 (il y a déjà dix ans) intitulé « la nouvelle orthographe en pratique », donc c’était bien une nouvelle orthographe il y a déjà une dizaine d’années.

Bibliographie

DUPRIEZ, Dominique (2006), La nouvelle orthographe en pratique, Bruxelles,De BoeckDuculot.

http://www.public.fr/Dossiers/Public-Buzz/Les-news-qui-buzzent/Public-Buzz-La-reforme-de-l-orthographe-le-changement-c-est-maintenant-913759

http://www.lejdd.fr/Societe/C-est-un-mensonge-ehonte-de-dire-qu-il-existe-une-reforme-de-l-orthographe-pour-2016-771307

Amal

Assistante pédagogique à l'Institut français du Proche-Orient et enseignante d'arabe langue étrangère à l'Institut français de Jordanie, je suis étudiante, actuellement, à l'Université Sorbonne Nouvelle Paris III en Master II Didactique des langues.

More Posts


13 réflexions sur « Je suis circonflexe ! »

  1. Pour ajouter quelque pièces sérieuses au dossier:
    C’était en 2009 : http://www.lemonde.fr/idees/article/2009/09/30/l-orthographe-un-jardin-a-elaguer_1247235_3232.html
    Un petit dossier récent dans Le Magazine littéraire : http://www.magazine-litteraire.com/actualite/orthographe-reforme-aux-petits-ognons-10-02-2016-138374
    Un excellent texte d’Antoine Perraud sur Mediapart avec des éléments de référence : https://blogs.mediapart.fr/antoine-perraud/blog/080216/lamour-nevrotique-de-lorthographe

  2. Amal, merci pour ton précieux article sur la nouvelle/ancienne réforme concernant l’accent circonflexe, des traits d’union et d’autres changements orthographiques. C’est très intéressant et agréable à lire!

    Pour ma part, j’aimerais juste faire un lien avec l’article « Vers la liberté flexuelle? », tiré de l’hebdomadaire satirique Le Canard enchaîné [1], qui s’inquiète au sujet de son adjectif à chapeau, car il peut être menacé par cette reforme.

    L’article met en lumière la réforme sur les « flexes » (dans le jargon typographique) qui seront désormais facultatifs sur les « i » et les « u » mais demeureront sur les « â » et les « ô ». En outre, Le Canard enchaîné mentionne que « chariot » pourra s’écrire avec deux « r », « ognon » sera toléré en même temps qu’« oignon » et certains traits d’union seront omis, par exemple, « portemonnaie » plutôt que « porte-monnaie ».

    Par ailleurs, ce qui me semble intéressant, c’est de voir la manière dont l’accent circonflexe est décrit :

    – « ce joyau, ce drôle de petit chapeau chinois, ce toit de pagode, cette hirondelle qui apprend aux mots à voler » (Gabriel Macé) [1] ;

    – « notre “flexe” nous plaît bien, il a de l’allure, du sourcil […]. “Le Canard” gardera son flexe (et son flegme) » (André Ribaud) [1].

    « Le Canard » trouve bienvenu que « les nouveaux manuels sans accents ni traits d’union soient vendus moins cher que les précédents » [1]. Pourtant, lui, il choisit à son tour de garder son prix, malgré son très cher accent sur l’adjectif « enchaîné ».

    Pour continuer à réfléchir dans le style de ce journal satirique, il s’agit de nous poser la question suivante : pourrions-nous trouver un compromis, des années à circonflexe et des années sans ?

    Bibliographie :

    [1] Pagès Frédéric, « Vers la liberté flexuelle ? », Le Canard enchaîné, journal satirique n0 4972, mercredi 10 février 2016, p. 1.

  3. Merci Amal.
    Je suis de l’avis de M. Cibois. Il faut être attentif. Il faut employer les mots que l’Académie française accepte dans son dictionnaire. Si ce mot n’est pas écrit correctement, il y aura toujours quelqu’un qui connaît mieux cette langue et nous corrigera, ce qui m’arrive plusieurs fois et je le remercie (Un beau geste de sa part). Quand il est existe une loi, une règle, une norme… oui elle est imposée et si on ne l’accepte pas, on en est dehors. Si je suis conscient que l’académie de la langue française accepte le mot « grand-mère » et pas « grande-mère », je ne fais qu’accepter ce qui est établi, même si dans « ma logique » il ne devrait pas s’écrire comme ça. En espagnol il existe aussi beaucoup de mots qui ont deux écritures différentes comme « psicología » et  » sicología » (psychologie) les deux sont acceptés ou comme par exemple « septiembre » et « setiembre » (septembre) entre autres. On a tous la « liberté » de choisir ce qui a été imposé (MDR). Quels sont les critères qu’ils ont considérés ? On va le savoir lorsqu’on entreprendra une recherche exhaustive biensûr. Le français, pour moi en tant qu’hispanophone, est une langue difficile à maîtriser ce qui la rend plus attirante.

  4. Merci M. Martin de votre commentaire.

    Oui, effectivement, l’orthographe française est indissociable de la politique linguistique et éducative de la langue. On se rend compte encore plus de la complexité orthographique du français quand on appartient à un système d’écriture peu ou prou simple tel que l’arabe.

    Mais comme je l’ai indiqué dans un de mes commentaires, l’Académie Française s’oppose à ces rumeurs diffusées récemment sur les réseaux sociaux. On lirait peut-être dans quelques années sur une nouvelle réforme de certaines règles de l’orthographe française. Cependant, pour l’instant, il me semble important d’adopter des approches didactiques simples qui nous aident, en tant que des enseignants, à faciliter les règles orthographiques en classe.

  5. Merci beaucoup Philippe.

    Je ne savais pas qu’on l’option « modes français » de correction automatique existait dans le Word. Cela me semble très utile à savoir.

    Je pense qu’il y a peu de gens qui n’utilisent pas de correcteur automatique surtout quand il s’agit de l’orthographe française. Avec ces choix, on aurait probablement moins de fautes.

  6. Merci Betty pour votre commentaire.

    Contrairement à ce que quelques réseaux sociaux ont énoncé, je viens de lire que l’Académie Française (AF) s’oppose à toute réforme de l’orthographe. Personnellement, je pense que cet événement de (Je suis circonflexe) n’était pas plus que de l’humour qui se transformait en rumeur.

    Hélène Carrère d’Encausse, secrétaire perpétuel de l’AF, a déclaré dans un entretien au Figaro « Je n’ai pas compris les raisons qui expliquent l’exhumation d’une réforme de l’orthographe élaborée il y a un quart de siècle et où l’Académie française n’a eu aucune part, à l’inverse de ce que l’on a voulu faire croire ».

    Peut-être quelques nouvelles modifications sur l’orthographe grammaticale du français auraient aidé les jeunes français et les nouveaux apprenants à faire moins de fautes.

    Voici le lien de l’entretien du Figaro :
    http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2016/02/12/01016-20160212ARTFIG00297-helene-carrere-d-encausse-l-academie-s-oppose-a-toute-reforme-de-l-orthographe.php

  7. Pour ma part, je m’interrogeais vraiment sur l’utilité de la réforme ; et sur le fait qu’elle prenait en compte des mots qu’on est bien loin d’utiliser dans notre quotidien (pour ne citer que nénufar ou nénuphar..) J’aurais préféré qu’on modifie/simplifie/harmonise les règles concernant les accords des participes passés, m’enfin.. Après, ce qu’il est bien de savoir ce que les deux orthographes sont autorisées, l’ Académie « n’impose rien ». Il est vrai qu’en France, on a cette impression que les Français sont assez conservateurs de la langue française, qui pourrait être synonyme d’unité nationale. Cependant, à l’heure où on voit que sur les réseaux sociaux par exemple, que nombreux ne sont pas capables de faire la différence entre « ca » et « sa » mais s’insurgent lorqu’ils apprennent que le trait d’union n’est plus obligatoire dans « portemonnaie », cela me laisse très perplexe !

  8. Merci à vous qui nous invite toujours à penser les liens, la relation dans et par le langage, ce qui éloigne des impasses et des regards bloqués.

  9. Sport national en France, l’orthographe! aussi le bruit médiatique empêche-t-il souvent la réflexion au plus près des pratiques réelles des locuteurs et apprenants. C’est bien dommage que l’orthographe soit ainsi instrumentalisée et, en même temps, cela montre les liens forts entre langue, enseignement et politique linguistique, état, nation… On ne peut pas penser la langue, ni son enseignement en dehors de ces liens…

  10. En ce qui concerne les correcteurs automatiques, dans Word vous avez le choix. Si dans « fichiers » vous prenez « options » puis « vérification », vous voyez dans « modes français » de correction automatique un menu déroulant où vous avez trois options :
    – orthographe traditionnelle
    – orthographe rectifiée
    – orthographe traditionnelle et rectifiée
    Personnellement, c’est cette dernière option que je prends car, conformément à la pratique définie par l’Académie, elle accepte les deux graphies. Nénufar et nénuphar sont acceptés.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.