Conférence de Patrick Quillier « Le geste dans l’oreille »

21.01.16 Au musée du quai Branly

« La connaissance parle, mais la sagesse écoute » J. Hendrix*

P. Quiller est actuellement professeur de littérature à Nice. Il a vécu et enseigné dans plusieurs pays du monde comme la Réunion, le Portugal, l’Autriche et l’Hongrie. Il est traducteur et compositeur également.

Le titre de cette conférence est « Le geste dans l’oreille ». Mais que cela veut dire ? Lire à l’oreille, lire par l’oreille…Mais ce geste ne se limite pas à ces deux phrases.

Acroamatique (ce qui est reçu par l’oreille) est un mot avec une histoire qui continue à influencer. Du grec ακούω (akouo) un terme utilisé pour désigner ce que nous appelons un cours magistral qui est réservé aux disciples qui savent écouter. Alors que pour un cours de TD c’est par la maïeutique que les élèves apprennent.  Les 1ères écoles pythagoriciennes avaient introduit ce type d’école acroamatique. L’enseignement était dispensé, caché par le rideau donc il était purement auditif.

Cela a produit un autre mot ; acousmate comme la musique acousmatique (d’après guerre) où on ne voit pas l’interprète car il y a une sorte de rideau pythagoricien. L’acousmate désigne tout ce qui rend dans l’écoute, à l’oreille. L’enseignement acroamatique de l’école pythagoricienne est aussi acousmatique. C’est un mot pour désigner les axiomes, les formules etc.

Mais hors les sons qui viennent de l’extérieur, est-ce qu’il ne se passe pas que dans notre esprit ils se passent de sons dont on ne peut pas vérifier l’origine ? La tradition chrétienne en fait la preuve. Plusieurs exemples, un de plus importants la voix de Dieu à Marie. Cet acousmate est tellement important que la littérature mystique et spiritualiste notamment de la langue française  a crée des expressions telles que : être en état d’acousmate  qui veut dire être dans un état d’extase, écouter les anges ou Dieu.

AAEAAQAAAAAAAABIAAAAJDk1Nzg1ZDk5LTM1MGYtNDg2Yy05NDA0LTAxZGQwYTIyNzcyYg
Ecouter Chacun matin je me dis la même chose; Rien de ce que je dirai aujourd’hui va m’apporter (apprendre) quelque chose. Donc si je veux apprendre, je dois le faire en écoutant. Traduction de l’anglais, réalisée par moi-même.

D’autres écrivains ne restent pas différents. Plus tard,  à la première moitié du XXème  siècle Apollinaire qui appartenait au courant du symbolisme  écrit  deux  poèmes intitulés « Acousmate ». Le premier parle du  guetteur mélancolique : « J’entends parfois une voix qui est absente ». Donc il s’agit d’une réception acousmatique d’un son de quelqu’un qui n’est pas présent. Les mots qui sont dits de cette voix sont ciel et miel.  « Le ciel qu’on médite et le miel qu’on mange ». Des mots terminant par la lettre l comme les noms de trois archanges. Son deuxième poème commence par le récit alexandrin des bergers qui suivent une étoile et qui entendent des anges chanter.

P. Quillier a écrit une thèse ayant comme sujet l’acroamatique chez René Chard. Il dit que quand on s’initie par l’oreille c’est clair comme de l’eau de rose. Plus précisément ; « Si on fait usage de l’oreille on va être initié à savoir faire quelque chose ». Et cela est très concret du point de vue physique. L’oreille est le son du langage. Il incite à lire dans un corpus donné une œuvre à lire à l’oreille c’est-à-dire à repérer dans un corpus donné tout ce qui passe par l’auditif. « Notre usage de l’écoute façonne notre apprentissage de langue ».

P. Quillier nous conseille vivement le livre de Gabriel Bergounioux « Le moyen de parler », 2004, Verdier .Livre 2004. « Difficile mais formidable » selon lui. L’écrivain, démontre que notre cerveau produit des millions de combinaisons linguistiques. Et si on veut parler on est obligés de canaliser ce magma des pensées qui surgit en nous mais aussi les bruits de l’extérieur (pensez aux moments où vous lisez dans le métro, oui vous canalisez ce magma pour vous concentrer dans votre lecture !). Un autre livre que le conférencier nous invite à lire est celui d’ Eero Taratsi « Fondements de la sémiotique existentielle » 2009, L’Harmattan.

volcano-03

Chez Barbier il y a quelque chose de très important. Faire le vide, une étape de vide. Afin d’être à la réception de ce qu’on écoute. Notre bagage intellectuel : Barbier dit qu’il va nous aider à faire une dance autour de nous. Auquel les poètes vont se référer  « Le miracle est en nous » l’espace intérieur qui est le véritable récepteur de tout ce qu’on écoute et en même temps le producteur.

Le geste d’écoute est au cœur de la production langagière. « Πάντα είναι πνοή » (panta einai pnoe) disaient les anciens grecs. « Tout est souffle ». En disant cela P. Quillier me rappelle que dans les croyances des trois religions monothéiques  ce souffle est un noyau central commun car selon le judaïsme, le christianisme et l’islam l’âme de l’homme s’est crée grâce au souffle de Dieu.

Ce que nous pouvons retenir de cette conférence est que dans un monde où on communique souvent par sms et messages électroniques n’ y a-t-il pas un écho important qui se perd de nous-mêmes et des autres ?

Et notre mémoire (recherche) n’est-il part une sorte de poésie un discours de la parole de l’intérieur ? En tout cas une partie de notre mémoire demande une réflexion silencieuse un recours dans notre monde intérieure. Cet endophasie est la parole intérieure. Les lectures qu’on fait ne sont pas les paroles qu’on entend des personnes qui nous parlent simplement sous forme écrite?

Canaliser ce magma pour se concentrer à la lecture et l’écriture et ainsi viser le cœur de notre sujet et de notre problématique !

*Citation ajoutée par moi-même.

** Toutes les images sont prises dans Google Images.

Olga Kourntidou

Titulaire d'une Licence de Russe délivrée par l'Université de Strasbourg, je suis actuellement étudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l'Université de Paris 3- Sorbonne Nouvelle.

More Posts


2 réflexions sur « Conférence de Patrick Quillier « Le geste dans l’oreille » »

  1. Merci à toi Alper pour avoir pris le temps de lire mon compte rendu. Cette métaphore n’est pas la mienne, elle vient de P. Quillier, il l’a utilisée surtout à l’introduction et puis à la fin de la conférence. Effectivement elle montre tout ce monde intérieur qui est en nous. Oui écouter soi-même est essentiel pour notre développement langagière, psychologique est social. J’aime bien l’expression de la langue française “s’enfermer dans sa coquille” même si elle est connotée négativement. Je crois qu’on a tous besoin de quelques moments dans nos “coquilles” pour nous écouter.

  2. Merci Olga pour le partage. J’ai bien aimé la métaphore “magma des pensées” mais je n’ai pas bien saisi si cette métaphore est ta propre métaphore ou bien elle appartient à P. Quillier.
    Je partage également l’idée que “le miracle est en nous” et que l’écoute de soi constitue une phase très importante pour assurer la bonne production langagière et la bonne continuité de cette dernière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.