Compte rendu d’une soutenance doctorale

 

Le 14 janvier 2016 à 14h, une soutenance doctorale, s’intitulant Enseignement du Français Langue Étrangère à partir des textes autobiographiques du XXème siècle,  a eu lieu à la salle Las Vergnas au centre Censier de l’Université Paris Sorbonne Nouvelle, dont le jury se constitue de quatre professeurs de Paris 3 et de Paris 4.

Cette soutenance durant  trois heures se compose de deux grandes parties : la première se consacre à l’exposé de la thèse par l’auteure, pendant une vingtaine de minutes, et la deuxième, les interventions des membres du jury, souvent sous forme de critiques et de questions.

Lors de  la présentation orale, la doctorante présente de manière très synthétique et systématique du contenu de la thèse. Il porte principalement sur le contexte espagnol de l’enseignement de la littérature du FLE, la sélection du corpus ainsi que les justifications (elle a choisi des textes autobiographiques de quatre auteurs français du XXème siècle), des difficultés surgies et finalement la mise en corrélation de la littérature avec la didactique.

Quant à la deuxième partie, le directeur de la thèse prend d’abord la parole, il raconte l’histoire de cette rédaction longitudinale, et en même temps il émet ses commentaires personnels : des appréciations et de défauts du contenu, également sur la capacité de rédaction de l’auteure. Les interventions des autres membres du jury s’ensuivent, se caractérisant par de plus de questions précises auxquelles la doctorante doit réagir immédiatement. D’où on constate qu’une soutenance du mémoire ou de la thèse exige non seulement de la compétence de l’écriture académique et formelle, mais aussi celle de l’oral.

Ce qui m’intéresse beaucoup à propos de cette thèse, c’est que, malgré la tendance incontournable de la mise en œuvre de l’approche communicative en FLE, l’auteur prend sa position oppositionnelle contre cette méthode en raison du contexte éducatif réel dans son pays. Pourtant, s’appuyant sur ses expériences d’enseignement, elle propose en même temps des démarches pédagogiques adaptables aux classes espagnoles, entre autres, enseigner la littérature à l’aide de tableaux, d’images, ou de sites d’Internet. Le jury apprécie le courage de l’auteur de poursuivre cette recherche de façon originelle. Il faut à noter que, selon le jury, un choix de quatre auteurs est au détriment de la profondeur de l’exploitation pédagogique.

Personnellement, c’était la première fois que je suis allée assister ne soutenance, celle qui était très intéressante me fournit tant de la connaissance sur l’enseignement de la littérature que de l’information procédurale et formelle qu’on doit savoir. Je résume des points très importants que j’y ai notés :

Une exigence de l’écriture académique : étant donné que l’auteure est étrangère, tous les membres du jury ont souligné que cette compétence reste à perfectionner. Certains ont même indiqué des erreurs d’écriture de manière détaillée.

Une compétence orale communicative : il s’agit ici du savoir-réagir sollicité surtout dans l’interaction lors de laquelle qu’on ne peut pas préparer des réponses. À part de la compétence verbale, il vaut mieux qu’on ait une meilleure connaissance de la structure et du contenu du mémoire, parce que les questions peuvent venir de tous les coins du mémoire. Pendant que les membres du jury posent des questions, on peut prendre des notes visant à organiser des réponses ultérieurement.

Une attention portée sur les habits et les comportements : des habits formels et des formulations polies. Ce serait idéal si on garde une modestie à bon escient et parallèlement montre certaine confiance en soi.

 

 

 

 

 

Fan XIE

Etudiante en Master 2 Didactiques des langues à l'Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

More Posts


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.