Compte rendu du colloque d’INALCO : Transmission et enseignement de la littérature orale : problématiques et perspectives

La colloque qui s’appelle « Transmission et enseignement de la littérature orale : problématiques et perspectives » a eu lieu à Auditorium d’INACO le 1 décembre, à l’adresse: 65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris.

Après les présentations des enseignants, je suis curieux de savoir comment la littérature orale se développe en Chine. Donc j’ai consulté beaucoup de livres et mes reflexions sont ci-dessous:

La transmission de la littérature orale en Chine

Je me demande toujours pourquoi quand nous mentionnons, en tant que Chinois, la littérature dans notre pays, nous nous rapellons souvent des histoires, des contes, et des poèmes anciens qui sont tous en version écrite. Mais rarement que nous rapellons-nous des musiques ou des danses anciennes. Dans le cas contraire, certains pays occidentals ou africains attachent de l’importance à la musique et à la danse.

Je réfléchis beaucoup à cette question, c’est la raison pour laquelle je choisi ce thème. Je voudrais commencer par l’observation de la littérature ancienne chinoise, où nous pouvons voir la chute de la littérature orale dans l’histoire.

Comme l’art relève aussi à la littérature, je vais jeter un coup d’œil sur l’ensemble des arts traditionnels chinois, puis en citer un représentatif——quyi, puisqu’il manifeste le mieux la littérature orale. Ensuite parmi tous les genres de quyi, je vais mettre l’accent sur Xiangsheng, la forme de représentation la plus appréciée de la populaire chinoise.

Finalement je vais essayer de répondre à la question posée au début, à partir de ce que j’ai réfléchi tout au long de ce dossier. A la fin je vais donner une réflexion concernant le patrimoine culturel immatériel(PCI).

La littérature ancienne chinoise

La littérature est la partie la plus dynamique et la plus rayonnante de la culture chinoise. Tout au long de l’histoire, elle a été le principal vecteur de cette culture, exprimant la vision esthétique des Chinois, assurant la continuité de leurs idéaux et de leurs convictions, tout en faisant preuve d’une grande originalité et d’un charme caractéristique.

Une grande diversité de formes littéraires ont vu le jour pendant plusieurs milliers d’années, la majorité des formes de littérature ancienne chinoise se composent à la fois de la littérature écrite et de la littérature orale. Mais c’est souvent les écritures qui restent, la partie d’oralité disparaît au fur et à mesure.

Les formes littéraires les plus connues en Chine sont Le Livre des odes, les Elégies des Chu, les poèmes à chanter(Yuefu) des Han, les ballades des dynasties du Nord et du Sud, les poèmes de l’époque des Tang, les ci de l’époque des Song, le zaju de l’époque des Yuan, et les romans de l’époque des Ming et des Qing. Sauf les poèmes de l’époque des Tang et les ci de l’époque des Song, tous les autres moments littéraires viennent de la vie folklorique. C’est-à-dire qu’ils relèvent de la littérature folklorique. Comparés avec les créations des lettrés, la forme et le contenu de la littérature folklorique sont plus dynamiques, les idées et le sentiment qu’ils reflètent sont plus naturels et audacieux. La Chine n’a jamais cessé sa civilisation et sa littérature, cela se traduit par la transmission sans arrêt de chefs-d’œuvre littéraires créés durant l’histoire.

En fait, sauf les poésies de Tang et les romans de l’époque des Ming et des Qing, tous les autres moments littéraires cités dessus peuvent être interprétés en chansons.

Composés essentiellement de quatre caractères, les vers du Livre des odes se distinguent à la fois par la fraîcheur de leur langage, l’harmonie de leurs rimes, la sobriété de leur style et leur musicalité.

Les Elégies des Chu constituent un genre nouveau de la poésie chinoise. Influencées par les ballades, les musiques et la littérature folklorique propres au royaume des Chu, elles ont brisés la contrainte du vers de quatre caractères du Livre des odes.

Quant à les poèmes à chanter(Yuefu) des Han, en fait, yuefu indique au début un institution chargée sous les Han de recueillir les ballades et les poèmes et de les mettre en musique, le terme yuefu désignera plus tard les poèmes mis en musique par cette institution. Sous les Han, les ballades mises en musique étaient des plus célèbres parmi l’ensemble des poèmes à chanter.

Le ci de l’époque des Song possède aussi deux autres noms du fait qu’il peut être mis en musique et que ses vers sont de longueur inégale. Ces deux noms témoignent que le ci a un lien étroit avec la musique, et qu’il appartient à un genre différent de celui des autres poèmes traditionnels chinois. Le ci est composé selon différents airs de musique qu’on appelle aussi « motifs ».

L’opéra traditionnel chinois s’est transformé, sous les Yuan(1271-1368), en un genre théâtral connu sous le nom de « zaju(drame poétique) des Yuan ». Du fait qu’il a su combiner musique, danse, ainsi que jeux et paroles, on peut considérer le zaju comme une forme d’opéra relativement mûre.

Aujourd’hui, il y a pas mal de musiciens qui essayent de remettre ces chants en musiques, ce qui sont chantés par un grand nombre de chanteurs. Par contre, personne sait les mélodies d’origine de ces chants.

Il faut surtout souligner un recueil de l’époque des Ming et des Qing, selon lequel nous pouvons voir la « fusion » de la transmission des histoires à la fois en oral et en écrit. Ce recueil intitulé Contes fantastiques du Pavillon des Loisirs est un chef-d’œuvre des nouvelles écrites en langue classique chinoise. On y trouve réunies un grand nombre d’histoires à la fois étrangers et passionnantes liées à des esprits de renardes ou de plantes. En fait, les histoires dans ce recueil ne sont pas toutes créées par l’auteur. La majorité de ses histoires sont ramassées de la vie folklorique. Il a ouvert une maison de thé, les passagers ne peuvent boire gratuitement du thé que s’ils lui racontent une histoire. Ces histoires ont été ainsi façonnées et arrangées dans ce recueil. Cet ouvrage est tourné aujourd’hui fréquemment en films et en feuilletons.

Même l’ouvrage classique de confucianisme Lunyu n’est pas écrit par Confucius, les paroles et les comportements de Confucius dans cet ouvrage sont rassemblés et arrangés par ses apprentis. La transmission entre Confucius et ses apprentis est sous forme d’oral, mais enfin les pensées de Confucius sont transmises par l’ouvrage « Lunyu », c’est à dire par un texte écrit. Les Chinois croient toujours que l’écriture est la véhicule de la littérature.

Les arts traditionnels chinois et le quyi

Aujourd’hui nous commençons à rendre compte que les mélodies, les danses ou les formes de performance fasaient également une partie primordiale dans la littérature. Donc l’écriture n’est pas la seule véhicule de la littérature, comme elle a ses limites. Grâce à la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel(PCI), de plus en plus de formes de littérature et d’arts traditionnels chinois sont enregistrés dans la liste du patrimoine culturel immatériel.

Parmi les éléments de la liste de PCI, j’adore surtout les arts traditionnels chinois, qui émerveillent le monde entier par leur éclat de sagesse. En fait ils sont riches en catégories et quasiment appréciés par tous—— la musique populaire distinguée par sa mélodie émouvante, les opéras locaux par leur intrigue entraînante, le lavis à l’encre de Chine par son élégance simple et la calligraphie, par sa vigueur mêlée de douleur.

Parmi les arts traditionnels chinois, je m’intéresse surtout au quyi, qui est la meilleur « fusion » des arts de narration et de contes chantés avec accompagnement de mimes et de gestes. Il a été formé sur la base de la littérature verbale et de l’art de ballades chantées, développées de manière spontanée parmi la population depuis l’antiquité. Il est propre à traduire le sentiment et refléter la vie sociale.

Xiangsheng, un genre de quyi

Nous pouvons dénombrer quelque 300 genres de quyi à l’heure actuel en Chine, dont le dialogue humoristique(Xiangsheng), le dagu[1], le kuaiban[2], le errenzhuan[3], le tanci[4], le shuanghuang[5] sont les plus connus. Parmi ceux-ci, le dialogue humoristique(Xiangsheng) est la forme de quyi la plus appréciée de la population chinoise.

Xiangsheng(« dialogue humoristique » en français, « crosstalk » en anglais) est un art folklorique chinois, propre à faire rire avec des paroles à caractère comique. Il est développé sur la base des histoires drôles anciennes ou populaires. Le dialogue humoristique tel qu’on voit aujourd’hui trouve en fait son origine à Pékin dès la dynastie Ming.

A cet époque-là, la représentation de Xiangsheng a lieu juste sur un pont connu à Pékin ——Tianqiao. Comme moyens aristiques, cette représentation est effectuée par une personne et elle a principalement recours à la narration, à l’imitation des gestes ou des paroles d’autrui, à la taquinerie et au chant. L’artiste de Xiangsheng donne souvent leurs représentations derrière une draperie, les spectateurs donnent de l’argent pendant ou à l’issue des représentations, cet art était un moyen artistique pour vivre avant tout. Progressivement les artistes de Xiangsheng ont perçu que les gens étaient portées à ne pas donner de l’argent comme les spectateurs ne voyaient pas les artistes pendant leurs représentations. Le mode de la représentation de Xiangsheng a ainsi changé, il devient ensuite une représentation de dialogues comiques effectuée par deux personnes. A l’heure actuelle, il existe plusieurs modes de la représentation de Xiangsheng, celui joué par un seul diseur est appelé « monologue humoristique », celui joué par deux disuers « dialogue humoristique alternatif » et celui interprété par plus de trois acteurs « dialogue humoristique de groupe ». Parmi ceux-ci, c’est le dialogue alternatif qui est le plus bienvenue par la population chinoise aujourd’hui, et que le public voit produire le plus souvent sur scène en Chine. Son interprétation consiste en une sorte de questions-réponses, à savoir qu’un acteur taquine(rôle appelé Pengen) pendant que son partenaire l’assiste(rôle appelé Dougen).

Ses matériaux risibles sont disposés de manière habile dans des « ballots » de la représentation. Le mot « ballot » est un argot des acteurs de cette forme d’art signifant qu’on dissimule des propos propes à faire rire comme dans une série de ballots, dont on dévoile soudainement le contenu à des moments opportuns. Comme ces révélations sont souvent contre l’attente des spectateurs, ceux-ci ne peuvent généralement se retenir d’éclater de rire.

Dans la plupart des cas, le Xiangsheng a pour thème ce qu’on a vécu dans la vie quotidienne, mais il lui arrive aussi de puiser ses matériaux dans les histoires drôles populaires, les anecdotes historiques, voire les jeux de mots. Ses représentations n’ont besoin comme accessoire que d’une table ou d’un éventail.

L’interaction entre les acteurs et ses spectateurs est ainsi la plus importante pour les acteurs. Comme les artistes facent directement les spectateurs. Toutes les paroles et les conduites d’un acteur seront examinées séverement par l’autre acteur et aussi par le grand public. A l’occasion des contradictions, des confusions logiques ou d’expressions exagères, les spectateurs le sentent tout de suite et les sentiments manifestés par les spectateurs réagissent directement sur l’acteur. Dans ce cas là, l’acteur se trouve embarrassé, ce genre de choses arrivent toujours pendant les représentations. Par contre, si les spectateurs adorent une représentation, l’acteur le sait aussi. Les rires encouragent beaucoup les acteurs. Pendant une représentation, les spectateurs ne communiquent pas avec les acteurs, les spectateurs expriment son opinion et attitude par le rire. Par ailleurs, les paroles de Pengen représentent ce que les spectacles pensent dans la majorité des cas, Pengen communique avec le taquin Dougen en tant que porte-parole des spectateurs. Parfois les acteurs posent des questions aux spectacteurs et puis satisfaisont les demandes de spectateurs. Ce qui renforce largement l’interaction entre les acteurs et les spectateurs.

La transmission de cette forme de représentation dépend de l’interaction orale non seulement entre acteurs et spectateurs, mais aussi entre maîtres et apprentis. Parce que le Xiangsheng est difficile à apprendre pour les Chinois nous-mêmes, c’est pas un métier que tout le monde peut s’y prendre, il faut obligatoirement suivre un maître, et apprendre les techniques basiques dès la jeunesse. Les maîtres sont des acteurs connus en Chine, on note Zhu Shaowen, Ma Sanli, Hou Baoln, Ma Ji, Jiang Kun, Guo Degang, Yue Yunpeng, etc. Chacun a sa propre façon de faire rire les gens. De la dynastie Ming jusqu’à maintenant, le Xiangsheng a connu neuves générations de transmission, toutes les deux générations voisines ont une relation de maitre-apprenti. Grace aux efforts conjugués des artistes des différentes générations en la matière, le dialogue humoristique a déjà devenu une forme artistique nationale répondant aux goûts divers.

Le Xiangsheng est totalemt un art folklorique transmis en oral, Même si ses textes sont preparés avant les représentations. Bien sûr le texte est important, mais Xiangsheng est tout d’abord une forme de représentation, ce qui fait rire sont les manières de parler et de se comporter. Autrement dit, les types et les techniques de faire rire qui se variées de maître en maître, ne peuvent être acquérir que par un texte écrit.

Aujourd’hui, Xiangsheng est toujours en vogue, même si nous pouvons le regarder en ligne, nous voulons quand même acheter un billet d’une représentation et l’éprouver en présence. En plus, le Xiangsheng est un programme fix chaque année durant la soirée de la Fête du Printemp.

Conclusion

La nation chinoise est un peuple ancien doté d’une longue tradition culturelle. La culture était perçue comme l’ensemble des œuvres littéraires et artistiques. En Chine, la littérature écrite domine, parce que c’est l’écriture qui est considérée par les Chinois comme véhicule de la littérature. L’histoire de la Chine n’a jamais suspendu grâce à la création des caractères. Nous pouvons trouver les fonctionnaires destinés à la rédaction de l’histoire dans toutes les dynasties. Ces fonctionnaires écrivent les événements et les histoires importants qui se sont passés autour des familles impériales. Par contre, la littérature est souvent transmise chez les personnes ordinaires sous la forme d’oral, souvent avec musiques et danses. Malheureusement comme la musique et la danse étaient plutôt considérées comme des divertissements, et n’avaient donc pas attiré assez d’attention, beaucoup de mélodies magnifiques sont perdues. Nous comprenons ainsi que nous pouvons trouver les statues des sceintistes ou des humanistes partout dans les campus d’université, dans les parcs ou même dans les rues. Mais c’est difficile d’y trouver des statues des musiciens ou des danseurs.

La forme de la transmission de littérature est un choix, l’ancienne Chine a choisi la littérature écrite, mais la Chine d’aujourd’hui essaie de mettre de plus en plus d’accent sur la littérature orale, puisque l’art est une partie indissociable de la littérature. Nous pouvons trouver de nombreux programmes culturels chinois dans la liste du PCI, c’est pour la protection de ces patrimoines culturels immatériels. Le mot « Protection » fait preuve de la fragilité de PCI. Toutes les choses peuvent éprouver un processus de production, croissance, et extinction. Le PCI est aussi dans un tel processus dynamique. Si un PCI n’a pas assez de vitalité pour se développer, s’il ne peut se retenir que par la façon de la déclaration du projet de PCI et sans la transmission volontaire chez les générations futures, notre protection serait superflue, nous pensons aux patrimoines aux villages reculés qui ne sont pas encore inclus dans la liste de PCI, ce qui vont disparaître au fil du temps. L’impact de la modernisation et de la commercialisation dépouillent le PCI de son environnement social. Quand un programme culturel est protégé dans une serre pour que les générations futures puissent l’étudier, l’observer et le goûter, ce programme décale un peu de sa signification——son propre charme pour faire transmettre volontairement ce programme.

[1] Dagu: conte populaire chanté accompagné d’un tambour, de castagnettes et d’un sanxian(instrument à trois cordes pincées).

[2] Kuaiban: histoire contées de manière rythmique avec accompagnement de banhu et suona(violon et instrument à vent chinois).

[3] Errenzhuan: genre artistique populaire propre à la région du nord-est de la Chine. Il se joue généralement par un acteur et une actrice qui chantent et dansant avec accompagnement de banhu et suona.

[4] Tanci: ballade chantée avec accompagnement de sanxian ou de pipa(guitare chinoise à quatre cordes), répandue dans certaines régions méridionales de la Chine.

[5] Shuanghuang: spectacle donné par deux acteurs dont l’un fait les gestes et l’autre parle dans les coulisses.

Bibliographie

  1. Vincent Durand-Dastès, (2014)La Grande muraille des contes

Carreau de la BULAC

http://bulac.hypotheses.org/1676. 2014, pp.1-57. <hal-01055915>

  1. The Overseas Chinese Affaires Office of the State Council & The Office of Chinese Language Council International, (2007) Connaissances générales en culture chinoise, Pékin: Foreign Language Teaching And Research Press

Wenxuan LI

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.