Compte rendu d’un article sur la recherche-action

La Recherche-Action : mode et méthode spécifique de la recherche en sciences humaines ; sa pertinence dans le domaine de la formation et de l’éducation. Note d’éclaircissement. Décembre 2000 Jean-François Berthon. IUFM Nord-Pas-de-Calais.

Berthon commence par évoquer l’emploi flou et excessif du mot « recherche-action » qui provient des méconnaissances de la définition du mot. D’une part, l’aspect d’action n’exige pas seulement un dispositif d’innovation des outils pédagogiques; d’autre part, quant à la dimension de recherche, sa scientificité est souvent mise en question au nom d’une représentation de science plutôt au niveau de la nature.

Une confusion « institutionnelle » avec la « recherche-développement »

Pour qu’une vraie recherche-action se réalise, il faut tout d’abord un désir de la transformation de la réalité, et puis une mise en place d’un dispositif permettant de produire des connaissances sur ces transformations. De plus, les acteurs de cette recherche-action sont « en recherche» dans la mesure où leurs représentations concernant la réalité dans laquelle ils sont acteurs évoluent. Du fait qu’une recherche-action porte principalement sur une seule réalité contextualisée, on ne peut tirer des conclusions générales qu’en mettent en relation les différents cas étudiés. Et puis, il faut également que la dimension de recherche soit ouverte aux résultats inattendus mêmes s’il peut s’agir d’une réforme institutionnelle, car l’objectif de la recherche consiste à produire des connaissances nouvelles dont les connaissances non anticipées par le dispositif font partie.

La Recherche- Action : de la recherche ?

  • Sciences formelles et sciences de la nature

Dans les sciences dures se distinguent des sciences formelles et sciences expérimentales de la nature. Le critère de validité tient à la cohérence formelle dans la première catégorie alors la deuxième privilégiée le rapporte entre la loi et l’expérience ; mais sur le principe d’induction, se poser la question que le critère de scientificité repose sur la vérifiabilité ou falsifiabilité. À partir de cela, certains scientifiques vont plus loin selon lesquels il est impossible de réduire la science à quelques règles méthodologiques simple. Tout compte fait, il faut méfier de la façon simpliste le rapport entre les démarches de recherches « scientifiques » et celles qui ne le sont pas.

  • Sciences humaines : spécificités

Il est indispensable de tenir compte de la spécificité de l’objet de sciences humaines pour clarifier la position des sciences humaines ainsi que leur méthodologie. L’auteur énumère un certain nombre de caractéristiques qui différencient l’objet de recherche-action des objets de la nature :

  • toute démarche « expérimentale » invalide à condition que l’objet d’étude soit des personnes douées de conscience et de mémoire.
  • le sens, la signification, l’intentionnalité, les valeurs : objets d’études propres aux sciences humaines
  • activité sous forme de pratiques, connaissances au sens de maîtrise ne se réduisent pas simple à quelconque théorie
  • la prise de connaissances, moteur de transformation pour l’objet de recherche

L’auteur en tire la conséquence. Les critères de scientificité dans les sciences dures ne peuvent pas s’appliquer dans les sciences humaines. Il évoque ensuite la position d’Aristote. Selon lui, le domaine de l’art ainsi que le domaine de l’action ne sont pas sciences, mais peuvent relever de la rationalité. Il cite également les points de vue de Wilhem Dilthey et Max Weber dont les travaux aboutissent sur une conclusion. Les sciences humaines sont des sciences qui relèvent d’un autre paradigme des sciences explicatives de la nature. Dans ce paradigme, toute prise de connaissance est transformante pour le sujet connaissant. Plus précisément, les sujets connaissant en tant que l’objet de connaissances doivent se transformer par les nouvelles connaissances que les recherches apportent. Cette caractéristique essentielle de transformation se situe au coeur de toutes démarches et méthodes de recherches.

La Recherche-Action : pertinence de la démarche dans le cadre des sciences humaines

Ayant mis en lumière le critère principal des sciences humaines, Berthon aborde directement la pertinence de la recherche-action dans le cadre des sciences humaines. De prime abord, elle est pour principe de l’implication des chercheurs dans la recherche. Deuxièmement, il s’agit d’une recherche sur le terrain, sous-tendue par une visée de changement de représentations de membres d’un groupe donné. Troisièmement, les rapports dialectiques entre les différents éléments en interaction font l’objet d’une recherche de connaissance. À la fin de cette partie, l’auteur insiste sur les trois aspects sur lesquels porte la recherche de connaissance :

  • sur le rapport dialectique entre l’environnement du groupe (a à fois matériel et idéologique) de recherche et les représentations (en partie relationnelle et consciente) qu’en font des membres de groupes
  • sur le rapport dialectique entre les conditions de transformation de l’environnement et les conditions de transformations des représentations
  • sur l’action conduite par le groupe

Le rapport à la pratique

L’auteur élucide la relation entre pratique et théorie dans le domaine d’enseignement. La théorie sert aux enseignements de mieux se repérer dans leurs pratiques. Ce n’est pas en appliquant la théorie qu’on exerce des pratiques, mais en pratiquant on tire des théories. La pratique se classe en première dans l’enseignement. De ce fait, la recherche-action, due à l’action de transformation, est pertinente dans notre domaine concerné.

  • La recherche-action comme recherche

La recherche-action a pour objectif d’une part de donner sens aux pratiques et d’autre part, de proposer des améliorations au regard d’un certain nombre de critères à expliciter. Les démarches de recherche-action ne se limitent pas à une démarche idéale et elles peuvent être :

  • observation spontanée
  • observation armée de grilles
  • enquêtes par interview ou par questionnaires
  • analyse de documents
  • tests

Elles sont adoptées selon les types d’hypothèse posée, soit l’l’hypothèse d’explication soit l’hypothèse d’action, et selon les différents moments de recherche. Du fait que l’environnement étudié est un système analytique (le changement d’un élément provoque celui de certains d’autres éléments), une recherche constitue un cycle de différentes étapes : l’exploration, l’analyse de l’expérience, l’interprétation, la conclusion, une prise de décision qui entraîne la poursuite d’un autre cycle. La démarche de l’expérience de laboratoire est la seule démarche à exclure. L’auteur insiste sur le fait qu’une recherche-action n’est pas objective, car l’interprétation résultante de l’analyse se base sur la représentation du chercheur-acteur qui s’implique dans la recherche.

  • Explicitation

D’après l’auteur, le travail de recherche passe par l’explicitation qui porte sur la description de :

  • l’environnement dans lequel le chercheur se situe
  • les actions conduites
  • les effets d’actions sur l’environnement
  • les acteurs eux-mêmes à travers leurs intentions, perceptions e jugements.

Afin de faire cette description objectivante, le chercheur fait recours aux démarches telles que les tests, les questionnaires, les enquêtes, etc., et les organise à travers les travaux d’écriture, quelle qu’ils soient, intermédiaires ou finaux. Berthon propose ainsi l’un des outils de base pour l’écriture : le journal de bord. D’après lui, il est légitime d’y noter à chaud tout ce qui est notable, conformément à l’implication des acteurs, et leurs représentations, tels que:

  • événement
  • observation
  • remarque
  • bribe d’échange ou de conversation
  • réflexion personnelle
  • Formalisation

Une fois que le chercheur a explicité les éléments recueillis, on peut procéder à tisser les liens entre eux. Il s’agit de l’étape de formalisation qu’on peut considérer comme une généralisation au premier niveau qui consiste à extraire les formes sur le plan institutionnel, langagier, communicationnel, affectif, cognitif, etc. Ces formes sont censées servir de références aux acteurs sociaux donnés pour s’interroger sur les moyens et le sens de recherche-action en vue d’améliorer les résultats de recherche et d’éclaircir les conditions générales qui président à leur quête.

  • Modélisation

Le dernier moment de recherche, c’est la modélisation. À partir de plusieurs recherches menées dans des situations proches ou semblables, le chercheur essaie de dégager un modèle, un cas général qui sert de repère pour les actions dans les situations relevant du modèle. Il est conjoncturel. La mise en place des nouvelles recherches-actions permet de l’invalider, de le confirmer ou de l’enrichir.

Pour conclure, la recherche-action correspond à une vraie démarche de recherche dans la mesure où elle prend en compte les effets transformateurs entraînés par la recherche, l’implication des chercheurs et qu’elle correspond à la démarche de recherche pertinente dans le domaine des pratiques, en l’occurrence, celui de l’enseignement.

 


Une réflexion sur « Compte rendu d’un article sur la recherche-action »

  1. Merci Shuman pour ton compte -rendu . Je dois dans le cadre de mon mémoire mettre en place une recherche-action et cet article de Jean-François Berthon va bien m’aider. Je me posais en effet un certain nombre de questions relatives à mon implication. J’ai pour l’instant surtout lu des articles plus méthodologiques sur le sujet tels que ceux de Michèle Catroux, Dominique Montagne-Macaire et Jean-Paul Narcy-Combes… que tu connais sûrement. Merci encore à toi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.