Quatre carnets tracent le chemin de recherche

IMG_3105

Au moment où nous nous embarquions pour l’aventure de recherche, nous étions interrogés sur la destination où nous nous dirigeons. Lors de cette aventure, nous rencontrons sans doute des personnes différentes; nous communiquerons avec les auteurs à travers notre lecture; nous assumerons le rôle de chercheur sur le terrain. Tant d’éléments inconnus et incertains en face de nous, les professeurs nous aident, le directeur de recherche reste en contact avec nous, et de plus un outil nous a été confié : celui de quatre carnets.

Le philosophe et anthropologue Bruno Latour conseille dans son livre Changer de société, refaire de la sociologie la préparation de quatre carnets permettant au chercheur de tracer tous les mouvements de la recherche. L’objectif pour ce faire, tout simple et clair, est que « tout fait partie des données[1]».

Les quatre carnets assurent des fonctions différentes.

Carnet de bord. Le premier carnet, pareil à un agenda, sert à remarquer toutes les activités de recherche et à comprendre toutes les transformations que le chercheur a subies, car chaque facteur, chaque pas comptent. Les événements consignés peuvent reproduire le processus de l’étude. Je nomme ce premier carnet Paris. D’une part, c’est à Paris que je me reconnais la première fois comme chercheuse. La première recherche démarre à Paris. D’autre part, réfléchir sur la recherche et noter l’avancement font partie de la vie quotidienne à Paris.

Carnet de données. Le deuxième carnet est consacré à la collection de l’information. Le chercheur doit les classer en les datant et hiérarchisant en vue de faciliter la consultation et la reclassification ultérieures. Les informations ne concernent pas seulement les ouvrages auxquels nous pouvons nous référer, mais incluent aussi les données basées qui font l’objet d’analyse du terrain. Comme ce que recommande plusieurs fois ma collègue à Shanghai, il faut très bien garder tous les échanges entre nous. Je nomme ce carnet Shanghai. Du fait que mon terrain de recherche se situe à Shanghai et que cette recherche-action s’inscrit dans une expérimentation institutionnelle de la méthodologie. L’une de mes tâches, c’est de collecter les données destinées à la réforme méthodologique. J’établis ainsi ce carnet de Shanghai en linge qui garantit une communication régulière avant mon retour sur le terrain.

Carnet d’écriture. Le troisième est destiné à l’essai d’écriture. B. Latour insiste que la distinction entre l’enquête et la rédaction n’est qu’une illusion, parce qu’ «on ne saurait parvenir à déployer de façon adéquate des imbroglios complexes sans un flot continu d’esquisses et de brouillons[2] ». Un mémoire de cent pages pourrait faire peur, mais c’est en écrivant que nous nous habituons à écrire. L’écriture nous aide à saisir les idées fulgurantes, les mettre en ordre, les modifier et les transformer. Par ailleurs, accumuler des astuces littéraires, des petits bouts de phrases, des formules claires et habiles nous permet d’enrichir notre interlangue, ce qui est d’une grande importance pour les chercheurs étrangers qui sont toujours en quête de la bonne manière de dire ou seulement d’un mot juste. Le nom d’une ville côtière au sud-est de la Chine, Xiamen, est attribué à ce troisième carnet, parce que c’est à Xiamen que j’ai commencé à m’exprimer en français et que l’écriture exigence la persévérance et apporte de la joie.

Carnet de feed-back. Le quatrième carnet sert à consigner les effets que les comptes-rendus ou les mémoires ont produits sur les acteurs concernés. D’une part, les feed-back des autres, témoignant la transformation produite par la recherche, constituent les données de la recherche et font l’objet d’études ; d’autre part, « l’étude peut bien être terminée, mais l’expérience continue[3] ». La communication des acteurs autour du mémoire permet d’évaluer en quelque sorte le mémoire, d’éclairer les éléments impertinents dont le chercheur n’a pas conscience. Je le nomme Lyon, le nom de ma ville préférée en France. Même si la recherche est une aventure individuelle, elle suscite l’intervention des autres personnes, constitue un levier de transformation du terrain et incite les acteurs à y contribuer. Pour ce fait, les échanges sur le résultat provisoire ou final de la recherche sont fort précieux pour moi.

[1] Latour B. Changer de société, refaire de la sociologie. Paris. La découverte, 2006, p. 194

[2] Ibid. p.195

[3] Ibidem.

Référence : 

Bruno Latour, Changer de société. Refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, 1996, p. 194-197.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.